Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Introduction à la Cyberstratégie

Publié le par Dimitry Queloz

KEMPF, Olivier, Introduction à la Cyberstratégie, Paris, Economica, 2012, 176 pages

Ce très intéressant ouvrage d’Olivier Kempf sur la cyberstratégie est une excellente introduction – même s’il est bien plus que cela – à ce sujet relativement nouveau, encore largement en friche. Synthétique, structuré, écrit dans une langue qui le rend accessible aux non-initiés, nous le recommandons vivement à tous ceux qui voudraient mieux comprendre cette "discipline en expansion" dont on entend beaucoup parler, mais souvent avec un dilettantisme qui en montre la méconnaissance, notamment chez certains politiciens suisses.

Pour Olivier Kempf, le domaine cyber doit être appréhendé avec de nouveaux paradigmes stratégiques. Il n’est en effet pas possible de reprendre directement les concepts développés en matière de stratégie classique, qu’ils soient liés à la guerre conventionnelle, révolutionnaire ou nucléaire, et ce pour de nombreuses raisons.

La première découle du fait que le cyberespace comprend plusieurs "lieux" et se compose de trois couches superposées de natures différentes, dans lesquelles les actions stratégiques sont elles aussi de natures différentes: une couche matérielle (les ordinateurs, les systèmes informatiques et les infrastructures de connexion), une couche logique (les programmes) et une couche sémantique ou informationnelle (les informations circulant dans le cyberespace).

La deuxième raison invoquée par l’auteur est la multiplicité des acteurs. Alors qu’en stratégie classique l’affrontement consiste généralement en un duel basé sur le principe de la dialectique – selon la définition bien connue du général Beaufre pour qui la stratégie est "l’art de la dialectique des volontés employant la force pour résoudre leur conflit" –, en cyberstratégie, les acteurs sont multiples et peuvent être regroupés en trois grandes catégories: acteurs individuels (internautes, consommateurs, travailleurs, opineurs…), acteurs collectifs (sociétés, médias, partis politiques, groupes idéologiques…), acteurs étatiques (gouvernements, administrations, polices, armées…). Il en découle que le principe dialectique n’est pas adapté et doit donc être remplacé par celui de "polylectique".

Le principe d’inattribution vient par ailleurs encore complexifier la question. Dans le cyberespace, les actions sont généralement anonymes; il est en effet très difficile, voire impossible, de les attribuer à un acteur précis. Cet anonymat ouvre bien sûr de nouvelles perspectives d’action. Il rend notamment à nouveau possible l’attaque contre un autre Etat, alors que seule la guerre défensive est considérée depuis des décennies comme légitime en droit international.

L’absence d’arme absolue et le caractère non-effrayant de l’action dans le cyberespace représentent d’autres caractéristiques propres qui différencient fondamentalement le domaine cyber du nucléaire. La notion de dissuasion est beaucoup plus difficile à théoriser et à mettre en œuvre, d’autant qu’il faut également tenir compte du principe d’inattribution et de la multiplicité des acteurs. Contrairement à l’atome, il n’y a, pour le faible, pas de "pouvoir égalisateur" dans le domaine cyber.

Enfin, et c’est là un point fondamental, le domaine cyber oblige le pouvoir politique à définir une politique et une stratégie précises, avec la désignation des adversaires, des cibles à attaquer et des effets à obtenir, et ce bien avant l’ouverture du conflit. L’action, surtout offensive, doit en effet être minutieusement préparée, chaque cible nécessitant la mise au point d’une arme spécifique soigneusement adaptée (virus, ver, cheval de Troie…). Comme cette mise au point demande du temps et une connaissance précise des cibles, il est indispensable, si l’on veut pouvoir agir rapidement à un moment donné, de se préparer suffisamment en amont, ce qui implique des choix politiques précis.

Liée à des domaines techniques en constante évolution, la cyberstratégie connaîtra un important développement dans le futur. Une autre des qualités de l’ouvrage est de sensibiliser le lecteur à ce problème et de présenter, notamment dans la conclusion, quelques pistes concernant ces évolutions futures.

(© blogdefense.overblog.com)

(© blogdefense.overblog.com)

Commenter cet article