Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'argumentaire du Comité anti-Gripen: un écran de fumée (3 et fin)

Publié le par Dimitry Queloz

Enfin, que penser de l’argument relatif à la coopération avec les pays voisins pour assurer la protection de notre espace aérien, coopération qui serait, selon les référendaires, la panacée? Tout d’abord, soulignons que des collaborations existent déjà, notamment avec la France. Des exercices aériens en commun ont lieu régulièrement et la police de l’air est assurée de manière coordonnée lors de certaines manifestations, comme lors de l’Eurofoot en 2008 ou, plus récemment, lors de la conférence de Montreux sur la Syrie.

La collaboration avec d'autres Etats peut-elle aller plus loin? La réponse est incontestablement oui, dans certains domaines comme la formation des pilotes, le renseignement ou le développement de programmes d’armement. Notons au passage que l’achat du Gripen permettrait de renforcer ces diverses formes de coopération avec un pays qui partage nombre d’intérêts communs avec la Suisse, même s’il n’est pas un voisin direct.

Toutefois, si la Suisse désire conserver sa souveraineté et sa neutralité, elle doit disposer de moyens suffisants pour assurer de la manière la plus autonome possible la protection de son espace aérien. La diminution des capacités des forces aériennes conduirait en effet à une baisse de crédibilité et, si elle était poussée au-delà d’un certain seuil, à une perte d’autonomie, voire d’indépendance. Or, l’exemple de l’affaire Snowden montre bien qu’il peut être hasardeux de dépendre d’une tierce puissance dans certains domaines stratégiques particulièrement sensibles. Que se passerait-il en effet en cas de crise majeure sur le Vieux Continent, hypothèse qui ne relève pas du simple fantasme puisque nombre d’analystes et même certains partisans d’une Europe unie n’écartent plus, par exemple, la possibilité d’un éclatement de l’Union européenne? Dans une telle situation, la collaboration serait-elle encore possible avec nos voisins et à quelles conditions? N’y aurait-il pas des tensions avec certains d’entre eux? Se montreraient-ils encore très amicaux envers la Suisse? Il est permis de se poser la question, car, dans les situations de crise, les intérêts des Etats priment sur leurs amitiés, comme l'exprimait si justement Churchill. D'ailleurs les différentes attaques menées contre notre pays au cours de ces dernières années (affaires des fonds en déshérence, conflits fiscaux avec l’Allemagne et la France…) l'ont clairement démontré.

En conclusion, nous pouvons dire que l’argumentaire des référendaires est pour le moins léger et montre au mieux leur non-maîtrise du sujet ou, au pire, leur volonté de tromper nos concitoyens. Il constitue un écran de fumée destiné à masquer les vraies raisons de leur référendum: affaiblir l’armée au maximum à défaut de pouvoir la supprimer. (Fin)

Gripen F Demonstrator. Au second plan, le Cervin (© DDPS)

Gripen F Demonstrator. Au second plan, le Cervin (© DDPS)

Gripen F Demonstrator au-dessus des nuages lors d'un vol en Suisse (© DDPS)

Gripen F Demonstrator au-dessus des nuages lors d'un vol en Suisse (© DDPS)

Commenter cet article