Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"La Suisse vigilante" (3)

Publié le par Dimitry Queloz

Comme annoncé il y a quelques semaines, nous avons assisté jeudi dernier à la conférence de David Auberson qui nous a parlé de l’armée suisse à l’Exposition nationale de 1964 (Expo 64), conférence suivie de la projection du film "La Suisse vigilante". La soirée s’annonçait fort intéressante et nous n’avons pas du tout été déçu. Ce fut une très belle prestation de la part du conférencier et nous avons le plaisir d’offrir à nos lecteurs une petite synthèse de ses propos.

Entre débats internes et remises en cause populaires

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, si l’armée sort renforcée politiquement et matériellement du conflit, elle doit faire face à une nouvelle situation géopolitique, stratégique, technique et sociale. D’une part, la Guerre froide qui s’installe rapidement conduit à s’interroger sur la défense de la Suisse face aux armées massives des deux grandes puissances et de leurs alliés. D’autre part, le développement de l’arme nucléaire implique également de repenser la conception de la défense. Si le cadre politique – la neutralité armée – est conservé, la doctrine et l’organisation sont totalement revues. Après les Organisations des troupes de 1947 et 1951, celle de 1961 donne à l’armée suisse une structure durable puisqu’elle ne sera modifiée qu’au lendemain de la Guerre froide. L’abandon de la stratégie du Réduit national ouvre un débat doctrinal dans lequel plusieurs conceptions – défensive statique, combat mobile, guérilla – s’affrontent. La doctrine finalement adoptée en 1966, la défense combinée, caractérisée par la mobilité et le combat interarmes, exige de posséder un armement moderne et offensif: chars, aviation, artillerie autopropulsée... Quant à l’adoption de l’arme atomique, le Conseil fédéral et le Haut commandement de l’armée y songent sérieusement dans les années 1950 et au début des années 1960. Finalement, et pour de multiples raisons, l’option est abandonnée et la Suisse signe en 1969 le traité de non-prolifération nucléaire.

La période 1950-1960 est également marquée par la contestation envers l’armée. Les opposants cherchent à diminuer le budget du Département Militaire Fédéral (DMF) – le ministère de la Défense – qui absorbe entre 30% et 40% des dépenses totales de la Confédération. Trois initiatives – dites initiatives "Chevallier" du nom de l’initiateur des trois projets – sont ainsi lancées en 1954-1955. Le peuple ne se prononce finalement sur aucune d’entre elles – la première est invalidée et les deux autres retirées en raison des événements de Hongrie –, mais le succès remporté au cours de la récolte des signatures montre que l’armée n’est plus une "vache sacrée", qu’elle peut être l’objet de critiques. Par ailleurs, la volonté de se doter de l’arme atomique fait également naître la contestation. Le peuple doit se prononcer sur deux initiatives anti-atomiques au début des années 1960. Si toutes deux sont rejetées, les cantons latins les acceptent, avec des majorités allant jusqu’à près de 70%! Enfin, la critique à l’encontre de l’armée atteint son paroxysme avec l’"affaire des Mirage" qui commence en 1964, au moment où a lieu l’Exposition nationale.

Une nouvelle stratégie de communication

Dans ce contexte de critique envers l’armée et de pessimisme par rapport aux chances qu’elle aurait de l’emporter en cas de guerre contre les grandes puissances dotées de l’arme atomique, le DMF lance une vaste campagne de communication visant à informer le citoyen-soldat-contribuable sur les mutations en cours en matière d’organisation, de doctrine et d’équipements et à le convaincre du bien-fondé de ces transformations. Cette campagne ne cherche toutefois pas seulement à atteindre un but intérieur. Elle a aussi un objectif extérieur: renforcer la dissuasion. Il s’agit en effet également de démontrer aux observateurs étrangers la crédibilité du système de défense, de leur faire comprendre que la Suisse est prête à défendre sa neutralité et sa souveraineté, que le prix à payer en cas d’attaque serait élevé.

La stratégie de communication du DMF emploie une vaste palette de moyens pour parvenir à ses fins. La distribution du Livre du soldat à tous les citoyens lors du recrutement en constitue un des principaux piliers. La préface de cet ouvrage, manuel d’instruction civique et militaire et de préparation à la réalité du combat, expose clairement les intentions du chef du Département: "à une époque où l’évolution des idées et des faits met en relief l’urgente nécessité de former des caractères, autorités politiques et chefs militaires ont à veiller à maintenir le contact avec le peuple, à faire appel à son raisonnement, à son libre arbitre, à son sens des responsabilités. Un travail d’information et d’éducation s’impose. Il faut que les hommes se lèvent pour reprendre les tâches de la vie publique et maintenir le patrimoine des valeurs matérielles et morales qui leur sont confiées par leurs devanciers."

Les défilés militaires, qui permettent de mettre en scène les armements les plus modernes de l’armée, représentent un autre volet de cette politique d’information. C’est ainsi qu’un "grandiose" défilé est organisé sur l’aérodrome militaire de Payerne en 1959, auquel assistent 180'000 spectateurs. Quelques années plus tard, c’est à Dübendorf que l’armée défile, avec plus de 35'000 hommes, que viennent voir plus de 200'000 personnes.

La présence de l’armée à l’Expo 64 s’intègre bien évidemment dans le cadre de cette stratégie de communication. Pour David Auberson, le mot d’ordre de cette participation est "CONVAINCRE". (A suivre)

Commenter cet article

Mazieres Bernard 07/11/2014 18:13

Excellent article.D'autant plus que vu de France.Je vais essayer de me documenter sur cette
" Affaire des Mirage" là;il y en a eu d'autres (avec Israel,par exemple).Je réalise seulement que les Votations ont certainement généré une "Psychologie ethnique comparative".Passionant. B. M.

Blogdefense 07/11/2014 18:54

Merci pour votre commentaire. En ce qui concerne l'"Affaire des Mirage", voici un lien vers l'article du Dictionnaire historique de la Suisse: http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F17348.php. Bonne lecture!