Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"La Suisse vigilante" (4 et fin)

Publié le par Dimitry Queloz

De Beaulieu à Vidy

Dans le concept initial de l’Expo 64, il n’est pas prévu d’attribuer à l’armée un secteur particulier du site de l’exposition qui se déroule à Vidy près de Lausanne. L’armée doit en effet être intégrée dans la Voie suisse de manière à montrer la symbiose avec la société civile et la démocratie. De plus, une grande exposition de matériels et d’armements est prévue au Palais de Beaulieu dans les halles nord du Comptoir.

A la fin de l’année 1962, l’armée se sent toutefois exclue du site principal de l’exposition. Le Palais de Beaulieu se situe loin de Vidy et l’on craint que les visiteurs ne s’y rendent pas en dépit de la mise en place d’un système de navettes spéciales. Il est donc décidé de changer de concept et de construire un pavillon de l’armée sur le site même de l’Expo 64. Cette présence est par ailleurs renforcée par l’organisation de journées de l’armée à l’exposition et sur la place d’armes de Bière.

Des publicitaires au service de l’armée

En raison du manque de temps – on est à moins d’un an et demi du début de la manifestation – et de la volonté de faire de la présence de l’armée à l’Expo 64 un outil de promotion d’Armée 61, l’armée fait appel à une agence de communication bien connue, la Dr. Rudolf Farner Werbeangentur AG. Son directeur, Rudolf Farner, est un spécialiste des médias et de la communication. Il a travaillé à la Weltwoche, a suivi une formation en marketing, vente et communication aux Etats-Unis et est un des pionniers de la communication commerciale et du lobbying en Suisse. Farner a également fondé la VFWW (Verein Sicherpolitik zur Förderung des Wehrwillens und der Wehrwissenschaft) ainsi que l’Action Liberté et Responsabilité. Ses liens avec l’armée sont par ailleurs très étroits. Colonel EMG, Farner est un proche du futur divisionnaire Gustav Däniker qui travaille au sein de son agence et sera le numéro 3 de l’organisation du pavillon de l’armée. Notons encore que l’Agence Farner conduit la campagne contre l’initiative anti-atomique en 1963.

Associé au graphiste Hans Looser, le Bureau Farner développe très rapidement un concept pour le pavillon de l’armée, ses bâtiments et les expositions et animations que le public allait pouvoir visiter. La réalisation du gros œuvre – la construction du pavillon nécessite 3'300 m3 de béton armé permettant notamment la réalisation des 141 pyramides de 3,5 t chacune destinées à la réalisation du "Hérisson", symbole de la défense helvétique tout au long de la Guerre froide – se fait ensuite en un temps record, notamment grâce à l’engagement des troupes du Génie.

Une visite en cinq étapes

L’exposition a pour but de délivrer un message simple et sans équivoque: la Suisse veut se défendre, aujourd’hui et demain, et elle dispose des moyens techniques les plus modernes pour y parvenir. L’espace et les animations sont ainsi scénarisés: l’architecture et le parcours en cinq étapes successives développant chacune une thématique et un message spécifiques ont pour fonction de convaincre le visiteur. La vision de la défense présentée correspond bien évidemment aux conceptions tactiques et opératives que Farner et Däniker préconisent depuis de longues années.

Le pavillon de l’armée est en rupture avec les devises – "Croire et créer pour demain" et "La Suisse de demain vous invite aujourd’hui" – et l’ambiance gaie et positive de l’Expo 64. Le visiteur commence en effet son parcours en traversant un champ de ruines symbolisant la guerre totale et l’apocalypse atomique et en étant soumis à une insidieuse propagande défaitiste exprimée par des voix affirmant l’inutilité des efforts de défense. Passé cette étape qui lui rappelle un passé récent et la possibilité d’un avenir différent de l’esprit des Trente Glorieuses, il pénètre dans le "Hérisson" où il assiste à un spectacle son et lumière. Sur une vaste carte en relief de la Suisse sont représentés, au moyen de 13'000 signaux lumineux, les infrastructures de défense de l’armée suisse: fortifications, barrages antichars, secteurs des grandes unités… Rassuré par de si nombreux préparatifs, le visiteur peut monter à l’étage pour le "clou" de l’exposition: assister à la projection du film "Nous pouvons nous défendre". Projeté sur trois écrans géants, le film met en scène la préparation et l’exécution d’une contre-offensive de l’armée suisse qui se termine naturellement par une victoire et une apothéose patriotique. Une fois ressorti du "Hérisson", le visiteur s’arrête devant un imposant mur sur lequel est écrit dans les quatre langues nationales "Notre destin est entre nos mains", référence directe à l’Exposition nationale de 1939, la Landi, où l’on pouvait lire, également dans les quatre langues: "Prêts à nous défendre." Enfin, le parcours se termine par la visite de l’exposition d’armes "preuves tangibles de l’existence de moyens de défense valables". En raison de l’espace réduit, seuls les matériels les plus modernes sont exposés.

Un film hollywoodien

Après la conférence, nous avons eu le plaisir d’assister à la projection du film "Nous pouvons nous défendre", dans une version restaurée présentée (probablement) pour la première fois en public dans son intégralité. Le film impressionne par la modernité de sa conception, la qualité de ses images et de la mise en scène, le rythme et le dynamisme de l’action, la puissance évocatrice des différentes scènes et de l’ensemble. Un demi-siècle plus tard, cette œuvre remarquable n’a pas pris une ride!

Une version "édulcorée", moins impressionnante et dont le début est sensiblement différent de celle projetée à l’Expo 64, est disponible sur Youtube. (Fin)

Tournage du film "Nous pouvons nous défendre". D'importants moyens techniques, notamment des caméras de 70 mm, ont été employés pour obtenir des effets spectaculaires. (© Médiathèque du DDPS)

Tournage du film "Nous pouvons nous défendre". D'importants moyens techniques, notamment des caméras de 70 mm, ont été employés pour obtenir des effets spectaculaires. (© Médiathèque du DDPS)

Entrée dans le "Hérisson". A l'arrière-plan, le "champ de ruines". (© Musée historique de Lausanne)

Entrée dans le "Hérisson". A l'arrière-plan, le "champ de ruines". (© Musée historique de Lausanne)

Spectacle son et lumière. Les 13'000 signaux lumineux montrent l'impressionnant système d'infrastructures de défense de la Suisse. (© Musée historique de Lausanne)

Spectacle son et lumière. Les 13'000 signaux lumineux montrent l'impressionnant système d'infrastructures de défense de la Suisse. (© Musée historique de Lausanne)

Exposition d'armements. Au premier plan, le Char-61 de fabrication suisse. (© Musée historique de Lausanne)

Exposition d'armements. Au premier plan, le Char-61 de fabrication suisse. (© Musée historique de Lausanne)

Commenter cet article

trafic 13/11/2014 01:31

On en veut encore avec autant d\'humour. Continuez.