Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rapport sur la politique de sécurité 2016 (3)

Publié le par Dimitry Queloz

Dans le contexte des attentats de Paris, intéressons-nous plus particulièrement à l’une des trois menaces principales définies dans le rapport, à savoir le terrorisme djihadiste – les deux autres sont la "relation entre l’ouest et l’est" et les "risques dans le cyberespace". L’analyse de la situation est réaliste et tient compte des nombreux facteurs influençant le phénomène. Il est toutefois regrettable de trouver un certain angélisme en ce qui concerne le lien avec les questions migratoires, preuve que l’on n’est pas encore sorti d’une posture soixante-huitarde idéaliste, comme le montre d’ailleurs d’une manière très concrète la récente décision d’installer un centre d’accueil de migrants dans les infrastructures de la place d’armes de Thoune qui constitue pourtant un site sensible.

 

Une menace qui s’inscrit dans la durée

Le rapport souligne à juste titre que le terrorisme djihadiste représente une menace depuis plusieurs années déjà. Celle-ci s’est par ailleurs récemment renforcée avec l’émergence en 2014 de l’Etat islamique qui a remplacé Al-Qaïda en tant qu’organisation djihadiste phare. Si l’Etat islamique paraît quelque peu sous-estimé – il n’est présenté qu’en tant que groupe terroriste alors qu’il constitue un véritable proto-Etat –, le rapport considère que la menace restera au premier plan durant la prochaine décennie, de nombreux facteurs, notamment l’instabilité et l’insécurité régnant au Maghreb et au Moyen-Orient, contribuant à nourrir le phénomène.

Une menace multiforme qui n’épargne pas la Suisse

Le Conseil fédéral se montre également très réaliste en écrivant que la Suisse constitue une cible pour les djihadistes. D’une part, notre pays fait partie du Monde occidental et, en tant que tel, il appartient au camp ennemi. D’autre part, si la Suisse n’a, jusqu’à présent, pas été une cible privilégiée – aucun attentat n’a encore frappé directement la Suisse –, la situation peut rapidement changer. En effet, les djihadistes ciblent fréquemment leurs victimes en fonction du contexte international et d’événements nationaux particuliers. De ce fait, certaines décisions politiques – pensons aux initiatives en cours actuellement visant à interdire le port du voile intégral – pourraient être perçues comme hostiles à l’islam et notre pays devenir une cible prioritaire des djihadistes.

Quant à la forme de la menace, le rapport en souligne le caractère multiforme. Elle peut aller des atteintes à des intérêts suisses à l’étranger à l’acte terroriste sur le territoire helvétique en passant par la prise en otages de ressortissants dans diverses régions du Monde. Dans ce cadre, l’apparition d’un "terrorisme endogène" – "homegrown" – constitue une nouveauté face à laquelle la Suisse n’a que peu d’expérience selon l’aveu du Conseil fédéral. Si la situation socio-économico-historique en Suisse ne favorise pas autant le développement du djihadisme que dans d’autres Etats européens, des personnes vivant dans notre pays se radicalisent, avec ou sans l’influence directe de groupes terroristes étrangers. Elles peuvent passer à l’acte sur le territoire suisse, partir faire le djihad à l’étranger et revenir en Suisse, représentant ainsi un risque évident, à l’instar des terroristes qui ont frappé la France au cours de ces dernières années. (A suivre)

Commenter cet article