Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Place d'armes aux Frannches-Montagnes ou à Bure?

Publié le par Dimitry Queloz

VIFIAN, Edouard, Place d’armes aux Franches-Montagnes ou à Bure? Influence sur la Question jurassienne, Porrentruy, Société jurassienne des officiers, 2015, 120 pages

Cet ouvrage, issu d’un travail de diplôme présenté à l’Académie militaire de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, s’intéresse aux deux épisodes majeurs de l’histoire du Jura bernois et du Jura de la seconde moitié du XXe siècle, l’installation d’une place d’armes et la Question jurassienne, ainsi qu’aux liens qui les unissent. A l’origine, les deux thèmes n’ont aucun rapport entre eux, mais, dans les années 1960, le Rassemblement jurassien (RJ) instrumentalise la question de la place d’armes et crée de toutes pièces un lien avec celle de la création du Jura.

L’installation d’une place d’armes dans le Jura bernois est un véritable serpent de mer. Elle a duré une trentaine d’années – de 1930 à 1960 environ – et s’est déclinée en plusieurs variantes. Le Département Militaire Fédéral (DMF) a successivement étudié trois possibilités dans la région des Franches-Montagnes: une place d’armes d’artillerie aux Breuleux à la fin des années 1940, une place d’exercices pour les troupes blindées dans la région Les Genevez – Lajoux – Montfaucon en 1956, un centre d’acclimatation des chevaux dans la même région en 1962.

A ces trois projets émanant du DMF vient s’ajouter une proposition de l’Association pour la défense des intérêts du Jura de juin 1935 qui recommandait l’implantation d’un camp militaire dans le but de soutenir l’économie locale durement touchée par la crise économique, ainsi que, peut-être, – selon les dires de certains militants, mais sans que l’on trouve de trace dans les archives militaires – un projet de polygone de tir dans la région de Bellelay au début des années 1930.

Parallèlement, le DMF a étudié d’autres possibilités dans le district de Delémont et en Ajoie, à partir de 1948. Finalement, c’est le projet de place d’armes pour les blindés à Bure qui est retenu en 1957. Les travaux de construction commencent en 1960 et l’inauguration des installations a lieu en 1968. Principale place d’armes des troupes blindées, Bure joue un rôle central dans l’instruction des troupes car elle permet d’entraîner le combat en formation, jusqu’à l’échelon du bataillon. Actuellement, elle dispose de moyens de simulation qui en font un des centres d’instruction parmi les plus modernes d’Europe.

Au début, les opposants à l’installation d’une place d’armes développent des arguments qui sont sans liens avec la Question jurassienne. Dans une région largement agricole et à une époque où l’on se souvient encore des restrictions alimentaires de la Deuxième Guerre mondiale, on veut préserver des terres pour l’agriculture. Des considérations relevant de l’écologie et de la protection du patrimoine sont également avancées. On craint les nuisances des chars, la modification des paysages… On ne trouve pas trace d’antimilitarisme ou d’antipatriotisme. D’ailleurs, les relations entre la population jurassienne et l’armée sont, depuis longtemps, cordiales, comme le montre la "symbiose" entre les Jurassiens et l’armée au cours des deux Guerres mondiales.

Cependant, dans les années 1960, le Rassemblement jurassien, qui vient de subir un échec en votation populaire – en 1959, les citoyens bernois rejettent l’initiative du RJ, lancée en 1957, demandant l’organisation d’un plébiscite dans les sept districts jurassiens –, doit modifier sa stratégie. Apparaît alors un nouvel argumentaire anti-place d’armes dont l’honnêteté intellectuelle n’est pas la première des qualités, mais qui sait très habilement exploiter les maladresses, pour ne pas dire plus, du DMF. Mettant en relation étroite les deux questions, il peut être résumé ainsi: l’installation d’une place d’armes dans le Jura bernois doit permettre de contrôler la région et sa population, d’empêcher la création d’un nouveau canton. Dès lors, "lutter contre la place d’armes et pour le Jura, [c’est] le même combat".

On regrette vivement que l’auteur n’ait pas eu accès aux archives du RJ qui ne sont pas facilement consultables par le public. Elles doivent en effet contenir des mines d’information sur le sujet. Pour terminer, notons encore que l’ouvrage est enrichi d’une très intéressante iconographie ainsi que de documents nombreux et variés.

(© blogdéfense)

(© blogdéfense)

Commenter cet article