Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vers la guerre civile moléculaire (2 et fin)

Publié le par Dimitry Queloz

Le problème des démocraties modernes face à la guerre civile moléculaire

 

Une fois la guerre civile moléculaire définie, Bernard Wicht s’est penché sur l’importante question de la capacité des démocraties occidentales à faire face à cette nouvelle forme de menace. En se basant notamment sur l’ouvrage de Gil Merom, How Democracies Lose Small Wars? (Cambridge, 2003), qui analyse les échecs de l’armée française durant la guerre d’Algérie et de l’armée israélienne au Liban, le conférencier a développé la thèse selon laquelle la démocratie libérale actuelle n’était pas en mesure de gagner des conflits de basse intensité.

 

Dernier stade de la démocratie, la démocratie libérale présente un certain nombre de caractéristiques qui sont autant de faiblesses face à un adversaire pratiquant la guerre civile moléculaire. La première d’entre elles est l’absence de récit national et de valeurs communes. Dans les sociétés modernes, il est de bon ton de nier l’existence d’une histoire et d’une identité communes, que ce soit au nom de l’individualisme ultralibéral ou du multiculturalisme prôné par la gauche. Cet état d’esprit conduit une partie de la population à prendre ses distances par rapport à une société dans laquelle elle ne se reconnaît pas et pour laquelle elle ne veut plus s’engager. La société est ainsi "en panne de cause" et les individus qui la composent ne veulent plus lutter pour la défendre contre les agressions.

 

La deuxième caractéristique est l’incapacité à identifier la menace et l’ennemi.

 

La troisième consiste en une dérive policière et autoritaire qui se traduit notamment par la volonté de désarmer les citoyens honnêtes plutôt que de s’attaquer aux groupes qui créent les véritables problèmes. En Suisse, la nouvelle loi sur l’armée constitue un bel exemple de cette méfiance envers le citoyen, avec son article 113 qui contient plusieurs alinéas donnant la possibilité de restreindre la possession de l’arme à domicile.

 

Enfin, la dernière caractéristique est la possibilité de déclenchement d’une guerre civile. Les exemples de mécontentement et de refus d’accepter les règles du jeu démocratique sont nombreux. Un des derniers en date est celui des manifestations qui ont succédé à l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis et qui découlaient du rejet des résultats issus des urnes.

 

Comment faire face à la guerre civile moléculaire?

 

Les démocraties modernes n’étant pas en mesure de faire face à la guerre civile moléculaire pour les raisons évoquées, comment répondre à ce phénomène? La réponse proposée est complexe et se situe à deux niveaux.

 

Premièrement, il s’agit de modifier certaines attitudes actuelles qui entrainent les faiblesses mentionnées précédemment. Pour Bernard Wicht, qui reprend les écrits du sociologue Alain Joxe, il faut "considérer le désordre comme premier". La violence et la guerre sont naturelles, la paix n’est pas donnée pour toujours et il faut sans cesse lutter pour la maintenir. Ensuite, il faut "rétablir la distinction dedans/dehors", c’est-à-dire définir qui est ami et qui est ennemi. Cette distinction a souvent été, au cours de l’histoire, le moyen de maintenir la cohésion d’une société, notamment en Suisse (guerres contre les Habsbourg, mobilisation de 1856 contre la menace prussienne, etc.). Enfin, il faut "redéfinir l’unité militaire". Ici, c’est la république romaine qui tient lieu d’exemple, avec la légion qui garantit l’unité politique et sociale de Rome. Les liens entre armée, société et politique sont nombreux et étroits. Les soldats sont citoyens, les cadres militaires cadres politiques. L’armée permet de socialiser les minorités et de les faire adhérer à un but commun. A ces considérations s’ajoute, bien sûr, la nécessité de donner un récit national à la population.

 

Pour répondre à la guerre civile moléculaire, il faut cependant également agir à un autre niveau, celui de l’échelle. L’Etat moderne ne correspond pas à l’échelle à laquelle il est pertinent d’agir contre cette menace. Cela ne signifie cependant pas que l’Etat soit dépassé et qu’il faut le remplacer. Bernard Wicht voit davantage une action en complément à celle de l’Etat. Il faut "travailler dans la marge d’erreur du système" et "construire une deuxième ligne de défense". Voilà pour la méthode. D’une manière plus concrète, c’est au citoyen de jouer ce rôle fondamental. On retrouve ici le lien entre citoyen et soldat mentionné plus haut qui est à la base de la stabilité et de la sécurité de la société. Le citoyen-soldat, combattant individuel, sait pourquoi il se bat et connaît ses chances de succès. Il est en mesure de pallier les insuffisances de l’Etat et d’agir rapidement et efficacement à une échelle locale, dans un terrain et parmi une population qu’il connaît.

 

Bernard Wicht a terminé sa conférence en affirmant que les sociétés traversaient actuellement une crise de civilisation. Comme fréquemment dans l’histoire, le remède proviendra de la société elle-même qui devra s’adapter et adapter son système de sécurité. Ainsi que l’écrivait le général Eric de La Maisonneuve dans La violence qui vient (Arléa, 1997), "l’évolution du corps social sera étroitement associée à celle du système militaire". (Fin)

Remise du cadeau au conférencier par le président de la SJO. (© SJO)

Remise du cadeau au conférencier par le président de la SJO. (© SJO)

Commenter cet article