Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dictionnaire de la guerre et de la paix

Publié le par Dimitry Queloz

DURIEUX, Benoît ; JEANGENE VILMER, Jean-Baptiste ; RAMEL, Frédéric, Dictionnaire de la guerre et de la paix, Paris, PUF, 2017, 1514 pages

 

Avec quelque 1'500 pages et 300 articles écrits par plus de 200 auteurs, le Dictionnaire de la guerre et de la paix que viennent de publier les éditions PUF représente une véritable somme qui comble un vide dans la littérature francophone relative à la polémologie. Cette publication s'inscrit dans un cadre plus général de développement des études sur la guerre, comme en témoigne par exemple le récent regain d'activités de l'IRSEM (Institut de Recherche Stratégique de l'Ecole Militaire) ou la création de l'AEGES (Association pour les Etudes sur la Guerre et la Stratégie) qui ont par ailleurs largement contribué à la réalisation de l'ouvrage.

 

Celui-ci n'est pas simplement un dictionnaire militaire. Il aborde également les nombreux autres domaines connexes que les Anglo-saxons regroupent sous le terme de warstudies. Souvent mises de côté par les milieux universitaires français, elles ont suscité l'intérêt de leurs homologues britanniques qui ont créé un département spécialisé au King’s College de Londres en 1962 déjà. Pour couvrir la vaste palette thématique des warstudies, les trois directeurs de l’ouvrage, le général Benoît Durieux, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer et Frédéric Ramel, eux-mêmes issus de milieux scientifiques et institutionnels différents, ont fait appel à des spécialistes, français ou étrangers, en histoire militaire, en géographie, en droit, en économie, en politique... 

 

Le titre peut paraître provocateur au premier abord. Cependant, comme le montre l’introduction, il correspond parfaitement à l’évolution qu’à connue au cours des dernières décennies ce caméléon qu’est la guerre. Depuis la Seconde Guerre mondiale, les conflits ne sont en effet que rarement interétatiques. Ils ne commencent plus forcément par une déclaration formelle et ne se terminent plus non plus par un traité de paix. Avec les guerres de décolonisation, l’émergence des nombreux acteurs non-étatiques, les luttes insurrectionnelles de toutes sortes, l’emploi du terrorisme et les interventions extérieures qui se poursuivent des années durant en parallèle à des missions de stabilisation et de reconstruction, la guerre et la paix ne sont plus séparées par une frontière nette et se confondent plus ou moins dans le temps et dans l’espace, avec tous les problèmes politiques, militaires, éthiques ou juridiques qui en découlent.

 

Une des nombreuses richesses du dictionnaire est qu’il s’intéresse également aux relations existant entre la géographie et la guerre. Outre des entrées consacrées aux espaces et aux territoires traditionnels – Etats, terre, mer, air… –, le lecteur trouvera aussi des articles sur les nouveaux espaces de conflit que sont le cyberespace, les médias, le web social…

 

Notons encore que chaque article comprend une bibliographie et des renvois aux entrées qui abordent des thèmes apparentés.

 

En conclusion, un très bon ouvrage pluridisciplinaire et un très bel outil de travail qui mérite de figurer en bonne place dans toutes les bibliothèques!

(© blogdéfense)

(© blogdéfense)

Commenter cet article