Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A propos de Flottes de combat (1)

Publié le par Dimitry Queloz

Paru en décembre dernier, l'édition 2012 de Flottes de combat, ouvrage de référence mondiale réalisé par Bernard Prézelin, vient de faire l'objet d'une série d'articles de synthèse sur le non moins remarquable site d'information et d'actualité maritime Mer et marine. Ces articles présentent les grandes tendances de ces dernières années et les récentes évolutions en ce qui concerne les flottes militaires du monde entier.

Bien que touchée par les difficultés budgétaires, l'US Navy, avec ses dix porte-avions, reste, et de loin, la plus puissante marine au monde. Elle conservera par ailleurs sa suprématie - ou à tout le moins une large supériorité - sans doute pendant plusieurs décennies encore. La flotte russe, quant à elle, se relève lentement des énormes difficultés qu'elle a connues au lendemain de la chute de l'URSS, mais elle se trouve face à de nombreux défis, notamment techniques. Sa modernisation s'effectue difficilement et deux voies différentes ont été adoptées pour la maintenir à niveau: l'achat de matériel à l'étranger avec transfert de technologie - 4 bâtiments de projection et de commandement (BPC) ont ainsi été commandés à DCNS et aux chantiers navals STX de St-Nazaire - et la mise en service de bâtiments de conception ancienne mais éprouvée, que les chantiers nationaux sont en mesure de construire. De leur côté, les marines asiatiques poursuivent leur développement qui s'inscrit dans un cadre plus général de course aux armements régionale et de tensions politiques grandissantes. La flotte chinoise continue à mettre en service de nouveaux navires à un rythme tel qu'elle va devancer celle de son voisin russe dans quelques années. La marine japonaise est désormais quatrième au classement, devant la Royal Navy, tandis que la flotte indienne talonne celle de la France et pourrait bientôt la dépasser.

Le recul des flottes européennes - essentiellement la Royal Navy et la Marine nationale, seules marines du vieux continent à capacité mondiale - dans le classement international, amorcé il y a quelques années, se confirme donc: on ne trouve plus aucune d'entre elles dans le quatuor de tête!

Ce classement, selon le tonnage, ne tient cependant pas compte de certains facteurs comme la qualité des matériels, la possession de capitalship (porte-avions et sous-marins nucléaires d'attaque), le savoir-faire technique et opérationnel ou le nombre de navires capables d'être déployés à longue distance. Les marines européennes, souvent relativement plus modernes et dotées d'un savoir-faire de premier ordre, sont donc en réalité sans doute encore supérieures à certaines de leurs rivales, même si elles sont moins importantes en termes de tonnage. Ceci dit, la tendance générale au recul est préoccupante, d'autant qu'elle risque de se renforcer dans les prochaines années par effet ciseau, en raison des coupes dans les budgets de défense européens - la déclaration du Président François Hollande du jeudi 28 mars ne donne qu'une garantie toute relative selon nous - et de l'augmentation des dépenses militaires des puissances émergentes. (A suivre)