Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Suisse: Une puissance maritime! (2 et fin)

Publié le par Dimitry Queloz

La flotte suisse a connu un important développement depuis le début des années 2000. En 10 ans, le nombre de bâtiments a doublé. Il s’élève actuellement à une cinquantaine d’unités, dont un voilier, représentant une capacité totale de chargement de plus de 1,7 mio de tonnes (tonnage de port en lourd – TPL), ce qui équivaut à environ un pour mille du tonnage mondial. La composition de cette flotte est variée et comprend des vraquiers, des navires à usages multiples ainsi que de navires-citernes pour le transport d'asphalte et de produits divers.

Ce développement est remarquable, surtout en comparaison avec le déclin général – Hervé Coutau-Bégarie parle même d’effondrement dans son Océan globalisé – enregistré par les pavillons européens au cours des dernières décennies, même si le recours aux pavillons bis a permis, dans une certaine mesure, de compenser cette évolution. Ainsi, un pays comme le Portugal n’avait plus que 22 navires sous pavillon national en 2001, tandis que la France est descendue, depuis quelques années, au-dessous des 200 unités.

Un géant mondial du shipping

La Suisse occupe une place prépondérante dans le domaine du shipping. Cette position est due à la présence de plusieurs sociétés basées notamment à Genève. La plus importante d’entre elles est la MSC SA (Mediterranean Shipping Company SA) qui se situe au deuxième rang mondial, avec, en 2015, 451 navires représentant 13,22% des capacités mondiales. Elle est devancée de peu par la société danoise Maers Line A/S et ses 478 navires (13,45%), tandis que la société française CMA CGM SA, en troisième position, possède 375 unités (8%).

MSC est une société très discrète qui délivre peu d’informations sur ses résultats financiers. Elle a été crée dans les années 1970 par un Italien, Gianluigi Aponte, qui a commencé à travailler avec un navire d’occasion. Le succès de l’entreprise a commencé en faisant du commerce entre la Méditerranée et la Somalie. Longtemps installé à Anvers, le siège social de l’entreprise a été déplacé à Genève à la suite d’un conflit avec le fisc belge. D’autres sociétés de shipping, nettement moins importantes mais tout aussi discrètes selon la tradition de la branche, sont également présentes en Suisse, comme Swiss Marine, Riverlake et Shipping Assets Management (SAM). Le nombre exact d’entreprises est inconnu, plusieurs d’entre elles ayant des activités multiples, ce qui entraîne des difficultés pour déterminer précisément leur secteur d’activité.

Le Lugano (© Poste)

Le Lugano (© Poste)

Comment expliquer cette position privilégiée de la Suisse dans le domaine du shipping? Outre les aspects fiscaux et la bonne réputation de la Suisse, cela s’explique par le développement d’un réseau économique dense comprenant des sociétés de trading, des banques, des compagnies d’assurances… Ce réseau s’est constitué à partir de la fin des années 1940, lorsque l’économie suisse a commencé à se spécialiser dans le commerce international et celui des matières premières. Avec la fin de la Guerre froide, le développement de la mondialisation et la croissance des importations chinoises, ces secteurs économiques se sont encore renforcés et Genève en est devenue une des plaques tournantes. Comme plus de 90% du commerce mondial transite par la mer, le shipping a trouvé à Genève un terrain particulièrement propice à son installation.

Une puissance menacée?

La puissance maritime de la Suisse est cependant précaire et au cours de ces dernières années diverses menaces sont apparues à l’horizon. L’existence de la flotte sous pavillon suisse est remise en cause, tout au moins dans son format. Le nombre d’unités est supérieur aux besoins de transport du pays et, du fait de la mondialisation et de l’influence d’un ultralibéralisme de mauvais aloi, les tentations de recours à des solutions étrangères sont nombreuses. Une étude est actuellement en cours pour déterminer si un pavillon suisse est toujours nécessaire. Elle sera prochainement transmise au Conseil fédéral. De son côté, le fonds de cautionnement est aussi menacé. En raison des difficultés rencontrées par le transport maritime à la suite de la crise de 2008, certains armateurs de la flotte suisse connaissent des difficultés et les finances fédérales craignent de devoir desserrer les cordons de la bourse. Les conditions d’un nouveau fonds de cautionnement, devant entrer en vigueur en 2017, sont en cours de négociation.

Les activités de shipping sont également soumises à de fortes contraintes. Les capacités de transport sont trop importantes alors que la demande en transport, suite à la crise de 2008, a connu une diminution. Certains prix ont chuté de 60%. Par ailleurs, le commerce des matières premières a tendance à se déplacer, notamment à Singapour. Ce déplacement pourrait entraîner les compagnies de shipping dans son sillage. (Fin)

Le Stockhorn (© Poste)

Le Stockhorn (© Poste)

Commenter cet article