Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mai-juin 1940: La Luftwaffe attaque! (1)

Publié le par Dimitry Queloz

Le 10 mai 1940, l’armée allemande, déclenchant le plan Manstein, attaque à l’ouest. Les combats se déroulent principalement aux Pays-Bas, en Belgique et dans le nord de la France. La Suisse est épargnée. Toutefois, des unités la Luftwaffe stationnées dans le sud de l’Allemagne effectuent des raids dans la région lyonnaise. Pour raccourcir les durées de vol, elles violent délibérément l’espace aérien helvétique obligeant la chasse à intervenir pour défendre la neutralité.

La neutralité aérienne

La question de la neutralité aérienne a été longuement débattue durant les premières décennies du XXe siècle. Les conventions de La Haye de 1907 relatives à la neutralité n’abordent pas le problème de l’espace aérien. De plus, nombre de spécialistes du droit international, parmi lesquels le Français Paul Fauchille, ne reconnaissent pas la souveraineté des Etats sur l’espace aérien situé au-dessus des territoires nationaux. Leurs conceptions s’inspirent du droit maritime et ils considèrent qu’à partir d’une certaine hauteur l’espace aérien est libre, à l’instar des mers.

Durant la Première Guerre mondiale, les Etats neutres n’appliquent pas cette conception et considèrent l’espace aérien comme partie intégrante de leur territoire, avec le devoir de combattre ou à tout le moins de protester contre les incursions illicites. Cette pratique fait jurisprudence. Toutefois, aucun accord international ne règle la question durant l’entre-deux-guerres. La plus grande incertitude règne donc au moment où éclate la Deuxième Guerre mondiale. Les pays neutres – voir à ce sujet les discussions du groupe d’Oslo en mai 1938 réunissant la Finlande, le Danemark, l’Islande, la Norvège et la Suède auxquels se joignent la Belgique et les Pays-Bas – sont donc inquiets, d’autant que certaines puissances ne respectent pas même les accords qu’elles ont signés.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la Suisse adopte une position identique à celle de 1914 en matière de neutralité aérienne. La déclaration de neutralité du 31 août 1939 est générale, mais elle stipule que "la Confédération suisse maintiendra et défendra par tous les moyens dont elle dispose l’inviolabilité de son territoire et la neutralité (reconnue par les traités de 1815)". Deux autres textes, entrés en vigueur à la même période, réglementent strictement le trafic aérien et définissent les mesures à prendre en cas de violation de l’espace aérien.

En dépit de la fermeté des déclarations politiques, les militaires suisses manquent d’assurance quant à la position à tenir. D’une part, ils redoutent que les puissances ne respectent pas l’espace aérien de la Suisse en raison du flou juridique relatif à la neutralité aérienne. Cette crainte n’est pas totalement infondée. On rapporte le cas d’une demande anglaise de libre passage au-dessus des Pays-Bas pour aller bombarder la région de la Ruhr. D’autre part, les militaires sont conscients de l’état d’impréparation des Troupes d’aviation et de DCA. Avec les moyens à disposition, il est impossible d’appliquer de manière stricte les principes définis dans la déclaration de neutralité. Le Conseil fédéral, conscient des carences en matière de défense aérienne, se montre dès lors plus modeste dans ses ambitions. Le 10 octobre 1939, il fait parvenir aux légations suisses une circulaire informant que "l’Etat neutre satisf(erait) à son obligation s’il défend(ait) l’espace aérien dans la mesure de ses forces". (A suivre)

Commenter cet article

for details 09/01/2014 13:21

Thanks for providing more information on Luftwaffe attack. I am very impressed by the way, you have presented this article and I really enjoyed it very much. It gave a clear picture of the first world war and the factors that lead to the second.