Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mai-juin 1940: La Luftwaffe attaque! (4)

Publié le par Dimitry Queloz

Les combats aériens et leurs conséquences politiques

Le 10 mai 1940, les Allemands déclenchent le plan Manstein. Le Conseil fédéral décrète alors la deuxième mobilisation générale de la guerre. Le dispositif aérien est remanié. Afin de les protéger contre des attaques surprises, des escadrilles sont transférées sur les aérodromes moins vulnérables de l’intérieur du territoire. Ces mesures rendent cependant plus difficiles les engagements de protection de la neutralité qui nécessitent une dispersion des escadrilles de manière à pouvoir intervenir rapidement contre les appareils pénétrant dans l’espace aérien. D’autres dispositions sont également prises. L’interdiction de survol de la zone frontière est levée et des patrouilles de C-35 reçoivent la mission de surveiller le secteur nord compris entre Les Rousses et Sargans à une altitude de 3'000 à 4'000 m. L’état d’alerte des escadrilles est renforcé et des avions sont en permanence prêts au décollage durant la journée.

Durant la campagne de France, la Suisse est victime de nombreuses violations de son espace aérien : 113 pour le mois de mai et 84 pour celui de juin. La plupart sont le fait d’appareils allemands désirant raccourcir leurs trajets de vols lors des raids contre le territoire français. La Suisse réagit avec vigueur contre ces actes contraires au droit international. D’une part, elle proteste diplomatiquement. D’autre part, elle fait décoller ses formations de chasse pour intercepter les intrus et faire respecter sa neutralité. En mai, 45 patrouilles sont ainsi engagées, en juin 37.

Ces engagements débouchent sur de véritables combats aériens. A plusieurs reprises, les Allemands cherchent délibérément le combat en tournant au-dessus du territoire helvétique ou en attaquant sciemment des appareils suisses. Les incidents les plus graves ont lieu les 4 et 8 juin. Durant ces deux jours, les Allemands perdent cinq Messerschmitt Me-110 et la Suisse deux Messerschmitt Me-109 et un C-35. Entre le 10 mai et le 8 juin, la Luftwaffe perd onze appareils et la Suisse seulement trois, ainsi que trois pilotes, le premier-lieutenant Emilio Gürtler et les lieutenants Rodolfo Meuli et Rudolf Rickenbacher. Ironie de l’histoire, les pertes allemandes ont été causées par les chasseurs livrés quelques mois plus tôt par l’Allemagne !

En dépit de leur responsabilité totale dans ces "incidents", les Allemands protestent diplomatiquement en arguant que leurs appareils ont été attaqués dans l’espace aérien français. De son côté, la Suisse ne se laisse pas faire, au début du moins, et se montre prête à recourir à la procédure d’arbitrage prévue par la Convention signée avec l’Allemagne le 3 décembre 1921. Cependant, le Département politique – le ministère des Affaires étrangères –, qui subit de manière directe les fortes pressions de Berlin, intervient auprès des militaires pour calmer le "calmer le jeu". Précisons que la situation internationale de la Suisse devient de plus en plus délicate. La France est désormais proche de la défaite. Le 10 juin, l’Italie entre en guerre aux côtés de l’Allemagne, avec pour conséquence un encerclement de la Suisse par les forces de l’Axe. Enfin, des saboteurs allemands entrent en Suisse pour détruire les chasseurs helvétiques.

La Suisse est alors contrainte de prendre des mesures d’apaisement, même si elle ne cède pas sur l’essentiel. Dès le 13 juin, le général Guisan ordonne des restrictions d’engagement de l’aviation. Une semaine plus tard, son ordre d’engagement du 20 juin interdit de faire décoller la chasse contre les avions violant la neutralité de l’espace aérien et ne permet à l’aviation suisse de voler que dans les limites d’un polygone bien défini. Cette mesure n’est annulé qu’en automne 1943! D’autres concessions, d’ordre politique, sont également faites par la Suisse. Les pilotes allemands et leurs matériels internés sont libérés entre juin et octobre 1940. Cependant, la situation entre les deux pays se détend petit à petit. Le 16 juillet, les Allemands annoncent que le conflit est terminé. (A suivre)

Monument inauguré au Chasseral en 2010 en mémoire des pilotes suisses morts à l’engagement au cours des combats aériens de juin 1940. (© Hervé de Weck)

Monument inauguré au Chasseral en 2010 en mémoire des pilotes suisses morts à l’engagement au cours des combats aériens de juin 1940. (© Hervé de Weck)

23 mars 2013: A l'occasion de son 100e anniversaire, la Société jurassienne des officiers dépose une gerbe au monument Gürtler, près de Porrentruy en Ajoie. (© Hervé de Weck)

23 mars 2013: A l'occasion de son 100e anniversaire, la Société jurassienne des officiers dépose une gerbe au monument Gürtler, près de Porrentruy en Ajoie. (© Hervé de Weck)

Commenter cet article

Microsoft tech support now 22/08/2014 12:22

La guerre n'est pas une solution définitive pour toute question. L'article que vous avez partagé ici était suffisante pour comprendre comment la guerre s'est passé entre l'allemand et suisse. Merci pour l'article détaillé indiquant les raisons et comment il a fini.