Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #fiches de lecture tag

Au front et à l'arrière

Publié le par Dimitry Queloz

An der Front und hinter der Front. Der Erste Weltkrieg und seine Gefechtsfelder. Au front et à l’arrière. La Première Guerre mondiale et ses champs de bataille, Baden, Hier und Jetzt, 2015, 320 pages

Les éditions Hier und Jetzt viennent de publier dans la collection Serie Ares les actes du colloque 2014 organisé conjointement par l’Association suisse d’histoire et de sciences militaires et l’Académie militaire de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Nous avions eu le plaisir de vous annoncer l’événement et, surtout, celui d’y participer en tant que conférencier. L’ouvrage, dirigé collectivement par Rudolf Jaun, Michael Olsansky, Sandrine Picaud-Monnerat et Adrian Wettstein, est trilingue – allemand, français et anglais – et regroupe les 17 présentations de la manifestation qui a réuni des spécialistes d’histoire militaire de renom provenant de 6 pays différents.

Les contributions sont regroupées en six grandes thématiques. La première s’intéresse à la conduite de la guerre. Après l’échec des offensives initiales menées par les principaux belligérants, une longue période de guerre de siège s’est installée avec le développement de la guerre des tranchées. Ni la stratégie d’attrition employée par les deux camps, ni la stratégie périphérique alliée, ni la guerre totale en Allemagne n’ont réussi à faire évoluer la situation et à donner la victoire. Il a fallu attendre la fin de l’année 1917 pour que la guerre reprenne un caractère mobile et manœuvrier, que l’offensive l’emporte à nouveau sur la défensive. En Allemagne, la grande innovation a été avant tout tactique. L’infanterie a adopté une nouvelle conception offensive – l’"esprit de Riga" – consistant à progresser rapidement après un bombardement intense et bref, sans s’attarder sur les points de résistance, selon le principe de "l’eau courante". Côté Allié, l’emploi de l’aviation et des chars, dans une conception plus méthodique, a fini par donner la victoire. Georges-Henri Soutou note à ce propos que les Allemands ont su opérer la synthèse entre les deux innovations pour développer la Blitzkrieg qui leur a apporté tant de succès au cours de la Seconde Guerre mondiale.

La deuxième thématique traite des forces armées et de leur évolution au cours de la guerre. Günther Kronenbitter montre que l’organisation militaire austro-hongroise a mieux résisté que prévu aux difficultés de la guerre. Tenant compte d’un budget militaire relativement faible, des différentes nationalités composant l’empire, ainsi que du principe de la double monarchie, cette organisation présentait, en théorie du moins, des faiblesses qui pouvaient conduire à une désagrégation rapide. Finalement, celle-ci n’a pas eu lieu – certes des réorganisations ont été nécessaires, notamment en raison des pertes élevées parmi les officiers au début des hostilités – et les problèmes de ravitaillement ont joué un rôle bien plus important dans la défaite austro-hongroise. L’armée britannique a connu, de son côté, une organisation très différente. Petite armée de professionnels, elle a cependant évolué d’une manière spectaculaire en rompant avec ses traditions en matière d’effectifs et de recrutement. Le rappel des réservistes et le volontariat ont rapidement été employés pour combler les pertes et augmenter le nombre des divisions – le nombre des grandes unités engagées sur le continent a été multiplié par dix. Cela n’étant pas suffisant, on a fini par introduire la conscription, mais de manière beaucoup moins rigoureuse que dans les autres armées.

La troisième thématique aborde la question de la conduite des combats. Outre notre contribution sur les facteurs et les processus de changement dans la doctrine et la pratique de l’armée française, deux conférenciers se sont penchés sur les cas allemand et suisse. Gerhard Gross présente un tableau sans concession de la pensée opérative allemande au cours de la guerre, qui présentait de graves lacunes et n’a que rarement atteint les objectifs qu’elle se fixait, à savoir l’encerclement et l’anéantissement de l’adversaire. Quant à la Suisse, ne participant pas directement à la guerre, elle a envoyé des missions d’observation auprès des belligérants pour tenter de suivre les évolutions tactiques et opératives. En raison de la diversité et de la complexité de ces dernières, l’armée suisse a eu de la peine à tirer des enseignements probants et à s’adapter. Finalement, ce n’est que durant les années 1920-1930 que l’adaptation a eu lieu.

La quatrième thématique s’intéresse à la guerre totale et aux raisons de la défaite allemande. Le concept de guerre totale est remis en cause par Roger Chikering qui en souligne les contradictions qui lui sont inhérentes. Selon lui, tous les Etats ont pratiqué à un moment ou un autre et à des degrés divers une guerre totale. La légende du "coup de poignard dans le dos" et la thèse selon laquelle l’armée allemande était invaincue sur le terrain sont une fois de plus battues en brèche. En 1918, l’armée allemande était au bord du gouffre après les offensives du printemps et ne pouvait plus faire face à la double supériorité matérielle et en effectifs des Alliés.

La cinquième thématique analyse les leçons tirées par les armées européennes au cours de l’entre-deux-guerres. Les cas suisse, hollandais, français, anglais et allemands sont présentés.

Enfin, la dernière thématique traite du souvenir et de la mémoire liés aux événements de la Première Guerre mondiale, qui ont pris des formes très différentes chez les vaincus (légende du "coup de poignard dans le dos", volonté de revanche, amertume et récupérations politiques), chez les vainqueurs (assurance d’être dans son bon droit, unité national autour des commémorations, intégration dans la mémoire collective, pérennité des manifestions du souvenir) et chez les neutres comme la Suisse.

(© blogdéfense)

(© blogdéfense)

Voir les commentaires

Morgarten

Publié le par Dimitry Queloz

STREIT, Pierre, MEUWLY, Olivier, Morgarten. Entre mythe et histoire, 1315-2015, Bière, Cabédita, 2015, 112 pages

En Suisse, l’année 2015 est une année de commémorations. Après Marignan, le rapport du Rütli et la fin du service actif de la Deuxième Guerre mondiale, la mi-novembre marque le 700e anniversaire de la bataille de Morgarten. Celui-ci n’a pas échappé non plus à la polémique. Sous prétexte de diverses incertitudes, notamment quant au lieu et au déroulement précis des événements, des historiens et des politiciens de gauche, adeptes de la déconstruction historique, ont remis en cause l’interprétation classique de cette bataille. Morgarten ne serait, selon eux, qu’un incident mineur grossièrement exagéré, voire un mythe inventé ultérieurement pour des raisons patriotiques.

Ce genre d’affirmation prête cependant le flanc à la critique. En effet, comment expliquer dans ce cas qu’un moine pragois, Peter de Zittau, ait mentionné dans sa chronique la bataille de Morgarten en 1316 déjà, soit au lendemain des événements, en donnant nombre de détails, comme le cadre politique dans lequel s’inscrit cette bataille – la lutte entre Louis de Bavière et Frédéric de Habsbourg pour l’accession au trône impérial –, les noms des vainqueurs – les habitants de Schwytz et d’Uri –, le rôle joué par la configuration géographique – le lac – dans la bataille? De plus, de récentes fouilles archéologiques ont permis de mettre au jour divers objets attestant du passage d’une armée au début du XIIIe siècle dans la région. Contrairement à ce que veulent donc bien dire les historiens inspirés par le principe de déconstruction historique, on s’est bel et bien battu à Morgarten le 15 novembre 1315!

En attendant la parution prochaine des travaux sur le sujet du professeur Jean-Daniel Morerod, spécialiste d’histoire médiévale et peu suspect de sympathie partisane pour l’un ou l’autre camp idéologique, voici un ouvrage publié par les éditions Cabédita. La première partie de l’œuvre est écrite par Pierre Streit. En une soixantaine de pages et trois chapitres, ce dernier présente les contextes de l’événement – notamment les contextes politiques régional et international, la géographie particulière des lieux –, la bataille elle-même – avec une synthèse concernant les sources – et les aspects mémoriels qui lui sont liés.

Dans la postface, Olivier Meuwly, historien bien connu du radicalisme suisse, s’intéresse au concept de mythe historique – il souligne la polysémie du mot – et en présente une analyse centrée sur l’histoire suisse. Pour l'auteur, l’histoire est un "élément constitutif du politique". Les historiens interprètent toujours le passé en fonction de leurs tendances idéologiques et de leurs buts politiques. Ce faisant, ils créent des mythes. Les historiens de gauche actuels n’échappent pas à ce travers, bien qu’ils le dénoncent avec insistance chez leurs confrères des autres bords politiques, et ce en dépit du sérieux scientifique avec lequel ils se targuent d'avoir travaillé.

Ainsi, dès le XVe siècle, et surtout au XVIe, "la Suisse invente ses mythes (fondateurs)", dans une période troublée par la violente rupture de la Réforme. Ceux-ci sont réinterprétés, à leur manière, au cours des siècles suivants, par les Lumières, les romantiques, les radicaux. Ces derniers, à la fin du XIXe siècle, alors qu'ils mettent en place les nouvelles institutions politiques de la Suisse moderne, ressentent, notamment face au développement du socialisme, "le besoin de s’ancrer dans un passé plus ancien (…) de penser la Suisse dans sa continuité" et de favoriser la réconciliation avec la Suisse conservatrice vaincue en 1847. Dès lors, "les deux Suisses, celle des Waldstaetten, catholique, et celle des radicaux (protestante) se retrouvaient sous la protection de la Suisse" mythique des origines. A partir des années 1960, les historiens de gauche, influencés par le marxisme, contestataires, souvent farouchement opposés à la société bourgeoise des radicaux, cherchent systématiquement à déconstruire les mythes existants ou ce qu’ils considèrent comme tel. Ce faisant, ils construisent des contre-mythes – donc de nouveaux mythes – dont nombre sont tout autant marqués idéologiquement que les anciens mythes qu’ils cherchent à remplacer.

(© Cabédita)

(© Cabédita)

Voir les commentaires

LINCOLN. L'HOMME QUI SAUVA LES ETATS-UNIS

Publié le par Dimitry Queloz

VINCENT, Bernard, Lincoln. L’homme qui sauva les Etats-Unis, Paris, Archipoche, 2015, 528 pages

Cette biographie d’Abraham Lincoln réalisée par Bernard Vincent est de la même veine que celle consacrée au général sudiste Robert Lee que nous avons présentée il y a quelque temps. Le texte est bien écrit et fort agréable à lire. L’auteur, qui maîtrise les sources et l’abondante historiographie, mêle habilement la grande histoire, la vie privée de Lincoln et les anecdotes tout en réussissant à faire la part des choses entre la légende – qu’elle soit positive ou négative – et la réalité.

Lincoln est sans aucun doute le président le plus célèbre des Etats-Unis et il occupe dans l’histoire et la mémoire collective américaines une place plus importante que celle des pères fondateurs de la fin du XVIIIe siècle, y compris George Washington. Cette célébrité est due à plusieurs facteurs. Lincoln représente l’exemple du pionnier et du self-made man chers à l’Amérique. Né dans une modeste famille d’agriculteurs, fréquentant tardivement et irrégulièrement l’école, travaillant à des tâches pénibles dans sa jeunesse, Lincoln devient avocat à 23 ans grâce à sa ténacité et ses talents oratoires et d’autodidacte et finit par être élu président des Etats-Unis en tant que candidat d’un nouveau parti qu’il contribue à créer, le parti républicain.

La célébrité de Lincoln est aussi la conséquence du rôle joué dans ce qui est l’épisode le plus tragique de l’histoire des Etats-Unis, la guerre de Sécession, qui a failli mettre un terme à l’Union fédérale. Lincoln a sauvé cette dernière en remportant la victoire contre les Etats de la Confédération après quatre années d’une guerre qui, avec 620'000 morts, a été plus meurtrière que tous les autres conflits postérieurs réunis. Par ailleurs, outre l’abolition de l’esclavage, il a, par sa magnanimité et sa volonté de réconciliation à la fin des hostilités, contribué au rapprochement des anciens ennemis, même si ses successeurs ont adopté une politique infiniment plus revancharde. A l’annonce de la mort du président, Lee a déclaré que la bonté de Lincoln avait été aussi déterminante que les canons de Grant dans sa décision de capituler à Appomattox.

Enfin, Lincoln a connu une fin tragique en étant assassiné quelques jours seulement après la reddition de la principale armée sudiste. Premier président des Etats-Unis à avoir été victime d’un assassinat, Lincoln est mort avant la fin de la guerre sans avoir pu mener son œuvre à son terme, ni montré ses capacités de gouvernement en période de paix. A l’instar d’autres grands de l’histoire, cette fin prématurée lui a permis d’entrer immédiatement dans la légende.

Bernard Vincent ne cache pas "les échecs politiques, les ambiguïtés philosophiques et les tourments personnels" de Lincoln. Sa vie privée est fortement marquée par une succession de malheurs qui le conduisent à des périodes de forte déprime: mort de sa mère et d’un de ses frères dans son enfance, échecs amoureux, esprit ambitieux et dépensier de sa femme Mary, par ailleurs atteinte dans sa santé mentale, morts de plusieurs de ses enfants...

Si Lincoln est connu pour sa modération à la fin de la guerre et sa volonté de ne pas faire couler le sang en premier dans l’épisode du fort Sumter, il a contribué à faire de la guerre de Sécession une guerre totale et moderne. Dès le début des hostilités et jusqu’à la nomination de Grant à la tête de forces de l’Union, il a conduit directement les opérations. Il a notamment décidé de mettre en place le blocus maritime des Etats sécessionnistes – plan Anaconda –, qui, conjointement avec le contrôle ultérieur du Mississipi, a conduit à l’asphyxie économique complète du Sud.

Enfin, l’attitude de Lincoln par rapport à l’esclavage est plus ambiguë que celle véhiculée par sa légende qui a fait de lui le héros de l’abolition de l’"institution particulière". Pendant longtemps, bien que farouchement opposé au principe de l’esclavage, Lincoln a défendu une position médiane consistant à vouloir empêcher son extension dans les futurs territoires de l’Union et à laisser faire le temps dans les Etats esclavagistes. L’émancipation se fait en plusieurs étapes à partir de 1862 et il faut attendre le début de 1865 pour que le Sénat ratifie le 13e Amendement, donnant ainsi au décret présidentiel une base juridique solide. Notons encore que Lincoln ne croit pas à l’égalité entre Noirs et Blancs, comme le montre une déclaration de 1862 faite devant une délégation de leaders noirs: "Nous sommes, vous et nous, deux races différentes. […] La vôtre souffre de se voir infliger le pire des traitements qu’on puisse imposer à des êtres humains. Mais, même lorsque vous cessez d’être esclaves […], pas un seul homme de votre race n’est de fait l’égal d’un seul membre de la nôtre. […] Mieux vaut donc, pour les uns comme pour les autres, que nous soyons séparés." D’où, son idée de favoriser l’émigration des affranchis, notamment vers le Liberia!

(© blogdéfense)

(© blogdéfense)

Voir les commentaires

Benjamin Disraeli (1804-1881)

Publié le par Dimitry Queloz

MC CEARNEY, James, Benjamin Disraeli (1804-1881), Paris, Pierre Guillaume de Roux, 2014, 304 pages

James Mc Cearney nous offre une très intéressante biographie de Disraeli, politicien anglais totalement atypique de la période victorienne. Petit-fils d’immigré juif, baptisé et élevé dans la foi anglicane mais ardent défenseur du chauvinisme juif – pour lui le christianisme n’est qu’un "judaïsme achevé" –, issu de la bourgeoisie et non propriétaire terrien, autodidacte – il ne suit aucune des public schools où sont formées les élites politiques du pays et où se tissent les réseaux sociaux indispensables –, toujours à deux doigts de la faillite, poursuivi pendant longtemps par les frasques de sa jeunesse, Disraeli ne possède aucune des qualités alors nécessaires à une carrière politique. Pourtant, il devient malgré tout l’un des plus grands politiciens britanniques du XIXe siècle, Premier Ministre à deux reprises, très apprécié de la reine Victoria avec laquelle il entretient des relations privilégiées. Détesté au début de sa carrière en raison de son opposition à Robert Peel, Victoria est très touchée par l’attitude de Disraeli au moment de la mort d’Albert. Les relations entre les deux personnes évoluent dès lors dans un sens positif et ils finissent par entretenir une réelle complicité. Victoria nomme Disraeli comte de Beaconsfield en 1876 et lui remet l’ordre de la jarretière deux ans plus tard. De son côté, Disraeli fait décerner à la reine Victoria le titre d’impératrice des Indes (Royal Titles Act).

L’ouvrage ne s’intéresse pas seulement à la carrière politique de Disraeli. Il aborde aussi longuement sa vie personnelle, ses relations avec sa famille, notamment sa sœur Sarah, son ambition et ses relations avec les femmes qui lui permettront, à l’instar d’un Rastignac ou d’un Rubempré auxquels l’auteur le compare, d’entrer dans les cercles les plus élevés de la société britannique. Sa carrière d’écrivain n’est pas non plus oubliée, même s’il n’est pas un grand romancier de la littérature anglaise. Esprit romantique très largement imprégné de Byron – Disraeli meurt un 19 avril, date anniversaire de la mort du poète –, il est en effet également l’auteur de nombreux ouvrages: Vivian Grey, Sybil, Lothair, Alroy

L’ascension politique de Disraeli est lente. Il ne doit en effet pas seulement vaincre les obstacles liés à ses origines sociales. Il doit aussi tenir compte de la situation du parti tory alors en perte de vitesse. Disraeli met trente ans à en refaire un véritable parti de gouvernement doté d’une majorité au Parlement. C’est lui qui crée le parti conservateur moderne dont il formalise la doctrine, ce qui lui permet de perdurer et de devenir l’un des deux grands partis politiques britanniques du XXe siècle. Elu à la chambre des Communes en 1837, Disraeli s’oppose à Peel à propos de la suppression des Corns Laws pour se venger de ne pas avoir été pris dans son gouvernement en 1841. Il devient alors un parlementaire incontournable, d’autant que le personnel politique tory de l’époque est particulièrement médiocre. Leader du parti aux Communes, il est nommé chancelier de l’Echiquier à trois reprises dans les gouvernements Derby au cours des années 1850-1860. A la mort de celui-ci, il accède au poste de Premier Ministre mais perd les élections quelques mois plus tard, ce qui le conduit à se retrouver à nouveau dans l’opposition.

En 1872, Disraeli prononce deux grands discours, à Manchester et au Crystal Palace. A défaut d’un réel programme politique – Disraeli "soigne les angoisses de la nation par la magie de la parole" –, il y expose deux grandes ambitions: l’intégration des classes laborieuses dans la nation et la grandeur de l’Empire. Ce dernier thème est nouveau chez Disraeli qui ne s’est jamais trop préoccupé de politique extérieure et qui a toujours, en tant que chancelier de l’Echiquier, limité les budgets militaires.

Redevenu Premier Ministre en 1874 à la suite de la dissolution décidée par son grand adversaire politique Gladstone, Disraeli met en application les deux grands thèmes de ses discours de 1872. En politique extérieure, il souhaite un retour de l’Angleterre, absente depuis la mort de Palmerston en 1865, sur la scène internationale. Ce retour est jugé nécessaire du fait de l’affaiblissement de la France à la suite de la défaite de 1870 et, conséquence directe, du développement des puissances appartenant à l’alliance des Trois Empereurs. Disraeli se distingue alors par une politique offensive et audacieuse en dépit des moyens militaires limités à sa disposition. En mai 1875, il montre son opposition à Bismarck qui menace de déclarer une nouvelle guerre à la France en train de se relever de sa défaite trop rapidement à son goût. A la fin de l’année, il achète des parts de la compagnie du canal de Suez vendues par le khédive d’Egypte en faillite. Cette acquisition marque le retour britannique dans la question d’Orient qui connaît, dans les années suivantes, une nouvelle crise de grande ampleur. A la suite de diverses révoltes menées contre l’empire Ottoman dans les Balkans et des répressions qui s’ensuivent, la Russie déclare la guerre à l’empire Ottoman en 1877. Opposé à son opinion publique, Disraeli adopte d’entrée de jeu une position favorable à ce dernier. Pour lui, les questions morales ne doivent pas intervenir et l’Angleterre doit maintenir sa politique traditionnelle d’endiguement envers la Russie dans le but de protéger la route des Indes. La crise se termine en 1878 au congrès de Berlin où Disraeli réussit à imposer ses vues.

Après le triomphe de 1878, l’année 1879 est un désastre en politique extérieure pour l’Angleterre et Disraeli, avec le massacre de la mission britannique installée à Kaboul et la défaite contre les Zoulous à Isandhlwana. Dans les deux cas, Disraeli, très affaibli, ne peut contenir les initiatives de ses subordonnés. Ces échecs s’ajoutent aux problèmes de politique interne et conduisent à la défaite des conservateurs lors des élections de 1880. Disraeli meurt l’année suivante à l’âge de 76 ans.

(© blogdéfense)

(© blogdéfense)

Voir les commentaires

La grande illusion

Publié le par Dimitry Queloz

SOUTOU, Georges-Henri, La grande illusion. Quand la France perdait la paix. 1914-1920, Paris, Tallandier, 2015, 484 pages

Cet ouvrage de Georges-Henri Soutou, remarquable en tout point et dont nous recommandons chaleureusement la lecture, s’intéresse aux buts de guerre et à la politique extérieure de la France au cours de la Première Guerre mondiale et des mois de négociations qui l’ont suivie et qui ont abouti aux cinq traités de la banlieue parisienne dont le plus connu est celui Versailles signé avec l’Allemagne. Le point de vue adopté est celui de l’"histoire vue d’en haut" – on ne peut que vivement saluer cette approche dans une période où domine l’"histoire vue d’en bas", fragmentée, vue par le petit bout de la lorgnette individualiste ou communautariste. Comme le rappelle l’auteur, "ce sont les dirigeants qui ont pris les grandes décisions, de l’entrée en guerre aux traités de paix, à travers les différentes phases du conflit", c’est cette histoire-là qui a façonné l’histoire ultérieure de l’Europe, de la Deuxième Guerre mondiale aux récentes tensions dans les Balkans et en Ukraine.

Divisé en huit chapitres, l’ouvrage aborde de nombreux thèmes: buts de guerre de la France, que l’on met du temps à définir et qui varient au fil du temps, qui sont assez largement atteints lors de la signature du traité de Versailles, mais qui ne connaissent pas une application durable du fait de la désintégration rapide du système international mis en place en 1919-1920; contacts avec les puissances adverses en vue de négociations au cours du conflit, parmi lesquels il faut mentionner tout particulièrement ceux de l’automne 1917 – affaire Briand-Lancken – qui auraient pu conduire à une paix négociée reposant sur le retrait allemand de Belgique et d’Alsace-Lorraine en échange de compensations coloniales en Afrique et territoriales à l’Est au détriment de la Russie; alliances et relations avec les Etats alliés et de l’Entente…

Du fait de l’approche adoptée, l’auteur met en exergue l’importance du rôle des individus qui agissent en fonction de leur personnalité, de leurs convictions et de leur appréciation de la situation du moment. Nous retiendrons, dans cette perspective, plus particulièrement l’influence prépondérante du trio Poincaré-Delcassé-Paléologue en politique étrangère. Tous trois se connaissent bien, œuvrent durant de longues années en politique ou en diplomatie et partagent une vision commune en matière de sécurité, basée sur l’alliance russe. Un autre épisode des plus intéressants est la gestion de la crise de juillet 1914. Durant une partie de celle-ci, les instances dirigeantes françaises sont séparées en plusieurs pôles mal reliés entre eux. En effet, le Président Poincaré, le président du Conseil et ministre des Affaires étrangères Viviani et le directeur politique du Quai d’Orsay, Pierre de Margerie, naviguent sur les eaux de la Baltique et de la Manche, de retour de leur voyage à Saint-Pétersbourg. En raison des problèmes de communication liés à la technique de l’époque, ils sont difficilement joignables et sont largement hors-jeu jusqu’au 29 juillet, date de leur arrivée à Dunkerque. La gestion de la crise repose donc beaucoup sur le directeur politique adjoint, Philippe Berthelot, qui conseille à Belgrade d’accepter l’essentiel de l’ultimatum autrichien, à l’exception de la clause autorisant la police impériale à enquêter en Serbie. Mentionnons encore les divergences de vue entre, d’une part, Poincaré et Pétain et, d’autre part, Clemenceau et Foch à propos de la signature de l’armistice le 11 novembre 1918. Les premiers, comprenant que l’Allemagne devait être vaincue militairement pour faire accepter la défaite par son peuple, souhaitent une poursuite des opérations de manière à donner aux Allemands la preuve de leur défaite. Les seconds, dans une appréciation politique à plus court terme de la situation (mais plus réaliste), défendent l’idée qu’il n’est plus possible de poursuivre les hostilités après plus de quatre années d’une guerre effroyable alors que l’adversaire demande la paix.

L’auteur revient également sur la question de la responsabilité dans le déclenchement de la guerre. S’il est maintenant couramment admis que l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie sont largement responsables du conflit, la Russie et la France ne sont pas exemptes de tout reproche. L’alliance franco-russe prend à la veille de la guerre une nouvelle dimension. Elle se renforce et le rôle joué par la Russie dans une guerre contre l’Allemagne gagne en importance, avec la promesse d’une attaque rapide en Prusse orientale. Cela ouvre, pour la France, de nouvelles perspectives opératives et politiques, d’où la fermeté française interprétée comme un "chèque en blanc" par Saint-Pétersbourg au moment de la crise de juillet 1914. Enfin, la Russie ment sciemment en ce qui concerne la mobilisation de ses troupes. Alors que celle-ci est déjà en cours depuis plusieurs jours, elle continue de proclamer n’avoir pris aucune mesure. Comme le souligne Soutou qui reprend la formule d’Alfred Fabre-Luce: "L’Allemagne et l’Autriche ont fait les gestes qui rendaient la guerre possible; la Triple Entente a fait ceux qui la rendaient certaine."

Retenons encore brièvement un dernier thème de l’ouvrage, celui traitant du système international de l’époque. Le Concert européen mis en place en 1815, basé sur l’équilibre et la concertation entre les grandes puissances, est malmené dès les années 1870 par l’Allemagne de Bismarck puis la France de Delcassé qui développent des systèmes d’alliances dès le temps de paix. Il ne disparaît toutefois pas complètement en dépit de nombreux accrocs au cours de la guerre et la période des négociations: volonté de démanteler l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, absence de l’Allemagne lors des négociations, nouvelle diplomatie wilsonienne… Finalement, les traités de 1919-1920 restent à mi-chemin entre l’ancien Concert et le wilsonisme qui ne parvient pas à écarter tout réalisme politique. Ainsi, le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes n’a été que partiellement appliqué dans la restructuration géographique de l’Europe centrale. On ne pouvait pas laisser l’Allemagne s’agrandir en l’appliquant, ni créer des Etats non-viables pour la contenir à l’Est en remplacement de l’alliance russe disparue avec la révolution bolchevique!

(© blogdéfense)

(© blogdéfense)

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>