Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #fiches de lecture tag

Faut-il enterrer la défense européenne?

Publié le par Dimitry Queloz

GNESOTTO, Nicole, Faut-il enterrer la défense européenne?, Paris, La Documentation française, 2014, 152 pages

Le dernier ouvrage de Nicole Gnesotto, titulaire de la chaire d’Union européenne au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), porte un titre provocateur qui reflète bien les interrogations – et sans doute aussi les convictions intimes de nombre d’Européens – par rapport à la Politique de Sécurité et de Défense Commune (PSDC). Dans le contexte politique, stratégique et économique actuel, la défense européenne semble en effet impuissante à gérer les crises de plus en plus graves qui touchent l’Europe depuis quelques années. De cette désillusion naît le sentiment d’inutilité et la tentation de s’en remettre aux institutions traditionnelles que sont l’OTAN, l’ONU et les Etats pour assurer la défense du Vieux Continent.

Dans la première partie de l’ouvrage consacrée à l’histoire de la défense européenne, l’auteur montre que la mise en place de cette dernière a été longue et difficile. Après le rejet de la Communauté Européenne de Défense (CED) en 1954, il faut attendre le traité de Maastricht pour voir l’Europe se doter d’une Politique Etrangère et de Sécurité Commune (PESC) comprenant un article fort ambigu (art. J.4.1) sur une éventuelle future défense européenne. La formulation permettant les interprétations les plus diverses, aucune réalisation concrète ne voit le jour dans les années suivantes tandis que trois pays neutres – l’Autriche, la Finlande et la Suède – rejoignent l’Union européenne, ce qui vient encore compliquer une situation déjà fort complexe. La guerre en Ex-Yougoslavie crée cependant un véritable électrochoc dans la seconde moitié des années 1990. La Grande-Bretagne de Tony Blair opère alors un virage à 180° et se joint à la France pour créer à Saint-Malo les bases de la Politique Européenne de Sécurité et de Défense (PESD). Celle-ci connaît un développement politique et institutionnel rapide par le biais de nombreux accords qui sont repris dans les deux traités européens de Nice en 2001 et de Lisbonne en 2009. A partir de 2003, la PESD remporte par ailleurs également des succès opérationnels, avec l’engagement d’une vingtaine de missions civiles et militaires. Cependant, au début de la décennie 2010, une "déception stratégique" s’installe dont les causes sont diverses et nombreuses: crise économique, réduction des effectifs des armées, complexité des systèmes de financement des opérations, absence de structures de commandement, divergences en matière de politique extérieure... Dès lors, l’Europe se montre absente de la plupart des grandes crises de ces dernières années: printemps arabes, Libye, Mali et Centrafrique.

La deuxième partie du livre analyse les raisons de cet échec. Pour l’auteur, la défense européenne est marquée par "l’ambiguïté et les divisions" et deux problèmes fondamentaux sont à l’origine des nombreuses difficultés actuelles et des divergences sur le rôle et le futur de la PSDC. Tout d’abord, la délicate question de la relation avec l’OTAN. La notion de défense européenne est ambiguë car elle se compose de deux volets distincts relevant de compétences institutionnelles différentes. En ce qui concerne son aspect "classique", la défense des pays européens relève soit de l’article 5 du traité de l’Atlantique nord pour les membres de l’alliance, soit de la compétence nationale pour les Etats neutres. Dès lors, seules les opérations de gestion de crises extérieures au territoire européen relèvent de la PSDC, donc de l’Union européenne. La situation n’est pas près d’évoluer dans le sens d’un rapprochement entre les deux volets du fait de l’influence politique des Etats-Unis et de leur supériorité militaire qui donnent par ailleurs un confort certain à nombre de pays de l’Union européenne: "… l’OTAN demeure la limite politique de la défense européenne: la question de l’autonomie stratégique de l’Europe reste (…) une question à éviter". Le deuxième problème est celui des institutions européennes elles-mêmes. Contrairement aux autres politiques européennes, la PSDC est faiblement intégrée et "purement et totalement intergouvernementale". Si le Parlement et la Commission sont associés, et si cette dernière a tendance à avoir une influence croissante, la PSDC est "une coopération entre Etats souverains, seuls décisionnaires de cette politique, chacun gardant son droit de veto sur telle ou telle proposition", et relève donc essentiellement du Conseil.

Si le constat est sans concession, l’auteur se montre malgré tout optimiste: la défense européenne ne doit pas être enterrée tout de suite. Elle est à la croisée des chemins et une réflexion est en cours dont les résultats seront présentés au Conseil européen de décembre 2015. La relance de la PSDC doit toutefois tenir compte de plusieurs conditions si elle veut sortir de l'impasse actuelle: prendre en considération la position spécifique du Royaume-Uni, résoudre les problèmes institutionnels en clarifiant les relations entre le Conseil et la Commission, définir clairement le rôle que veut jouer l’Union européenne sur la scène internationale.

Soulignons encore une autre qualité de cet ouvrage clair, précis et très didactique: l’insertion au fil du texte de nombreux encadrés répartis en quatre rubriques: "Retour en arrière" qui présente de manière synthétique et sous forme de chronologies l’histoire et les opérations de la PESD/PSDC; "Ce que disent les textes" qui cite de larges extraits des principaux documents sur le sujet; "Gros plan sur" qui donne des synthèses sur des sujets spécifiques; "Points de vue" qui laisse la parole à divers auteurs notamment Hubert Védrine et Jean-Dominique Merchet.

(© blogdefense.overblog.com)

(© blogdefense.overblog.com)

Voir les commentaires

Essai nucléaire

Publié le par Dimitry Queloz

WODKA-GALLIEN, Philippe, Essai nucléaire. La force de frappe française au XXIe siècle: défis, ambitions et stratégie, Panazol, Lavauzelle, 2014, 218 pages

Cet ouvrage de Philippe Wodka-Gallien, membre l’Institut français d’analyse stratégique et auteur d’un Dictionnaire de la dissuasion, donne au lecteur un très intéressant tour d’horizon de la force de dissuasion nucléaire française qui célèbre cette année un double anniversaire: le soixantième de la décision de Pierre Mendès-France de développer officiellement un programme nucléaire militaire et le cinquantième de la création des Forces aériennes stratégiques. En dix chapitres, le livre s’intéresse à tous les domaines relatifs au sujet: histoire, technique, politique et stratégie, recherche scientifique, désarmement et lutte contre la prolifération… Facile à lire et accessible à un large public, nous le recommandons tout particulièrement à ceux qui voudraient rapidement se faire une bonne idée globale sur ces questions complexes.

L’auteur montre que la dissuasion nucléaire bénéficie aujourd’hui d’un très large consensus dans les partis politiques, la population – en 2013, 59% des Français montraient leur adhésion – et même l’Eglise. Les partis de droite, héritiers de la tradition gaulliste, ont toujours soutenu la force nucléaire et sa souveraineté par rapport aux autres puissances, même si Alain Juppé a pu montrer une position plus nuancée. Au centre, si le principe de la dissuasion n’est pas contesté, c’est son ampleur et son caractère national qui sont fréquemment remis en cause, avec l’idée, difficile à mettre en œuvre, d’un partage avec les alliés de l’OTAN ou de l’Union européenne. A gauche, la position est aussi plus complexe. Chez les socialistes, il faut attendre l’influence de Charles Hernu et d’Hubert Védrine et, surtout, le changement de position de François Mitterrand pour que le parti se prononce majoritairement en faveur de la dissuasion. Cette évolution s’opère lentement, une fois le général de Gaulle disparu et s’explique peut-être par le fait qu’il n’y a plus la nécessité de s’opposer à ce grand rival – nous ne pouvons nous empêcher de faire un parallèle avec l’attitude par rapport aux institutions de la Ve République. Un courant anti-nucléaire continue toutefois d’exister au PS, emmené par Michel Rocard dont le père a été responsable scientifique des programmes ayant conduit à la réalisation de la bombe atomique. Même à l’extrême gauche, il est difficile de s’opposer à la dissuasion. Le parti communiste a dû tenir compte des syndicats qui défendaient les nombreux emplois liés à l’atome. Jean-Luc Mélanchon est favorable au maintien d’une force de frappe. Quant aux Verts, ils n’osent trop affirmer leur opposition au nucléaire, sans doute par prudence électoraliste.

Un autre aspect particulièrement intéressant de l’ouvrage concerne le continuum entre dissuasion nucléaire et forces conventionnelles. D’une part, la dissuasion nucléaire donne à la France la garantie de l’indépendance dans sa politique extérieure. Elle permet en effet une liberté d’action sur le plan international et un engagement de l’armée française sans risque de subir des pressions ou des menaces militaires majeures de la part des autres puissances. Dans ce cadre, l’auteur a raison de mentionner l’humiliant épisode de l’intervention de Suez comme un des chapitres fondamentaux de l’histoire de la politique nucléaire française. D’autre part, les forces de dissuasion contribuent largement au développement d’un outil militaire conventionnel de premier plan au point de vue technique et opérationnel. Les exigences en matière de qualité des programmes liés à la dissuasion – domaine spatial, électronique et communications, aéronautique, construction navale… – permettent aux différents fabricants de systèmes d’armes de faire bénéficier leurs programmes conventionnels des progrès technologiques les plus pointus. Ainsi du Rafale qui, prévu d’emblée pour le bombardement stratégique, dispose de capacités de pénétration à longue distance qui en font l’un des meilleurs bombardiers conventionnels au monde, comme l’ont bien montré les différents engagements, notamment en Libye et au Mali. Les forces stratégiques développent également un savoir-faire opérationnel de premier plan qui est largement diffusé au sein des forces conventionnelles. Enfin, les moyens des forces stratégiques sont fréquemment employés dans le cadre des engagements conventionnels: plus de 90% des missions des avions de ravitaillement de la force de dissuasion se font au profit de l’action conventionnelle et 25% des frappes aériennes de l’opération Harmattan ont été effectués par des Rafales et des Mirage 2000 des Forces aériennes stratégiques.

Défenseur de la force de dissuasion sous sa forme actuelle, Philippe Wodka-Gallien se montre un partisan du maintien de la composante aérienne des forces stratégiques. La suppression de cette dernière n’entrainerait que de très faibles économies – quelques dizaines de millions d’euros – qui ne permettraient ni de renforcer de manière significative les autres composantes de la défense ni de contribuer de manière efficace à la diminution du déficit budgétaire de l’Etat. Elle priverait par ailleurs le pouvoir politique d’une certaine souplesse en matière de dissuasion nucléaire, la force aérienne étant seule capable de mener des frappes d’ultime avertissement. Enfin, un démantèlement unilatéral n’apporterait aucun gain politique à la France et réduirait sa marge de manœuvre dans le long terme. En temps que signataire du Traité de Non Prolifération (TNP), elle renoncerait définitivement à toute capacité nucléaire aérienne. Avec d’autres arguments, le livre de Philippe Wodka-Gallien contribue donc également au débat du moment sur le rôle de la dissuasion nucléaire, ses composantes et les moyens qui leur sont attribués.

(© blogdefense.overblog.com)

(© blogdefense.overblog.com)

Voir les commentaires

Europe Mad Max demain?

Publié le par Dimitry Queloz

WICHT, Bernard, Europe Mad Max demain? Retour à la défense citoyenne, Lausanne, Favre, 2013, 152 pages

Dans cet ouvrage, Bernard Wicht nous donne une très intéressante analyse de l’évolution de la guerre et de ses conséquences sur l’organisation des Etats depuis la Deuxième Guerre mondiale. Il s’inspire de la célèbre théorie de Charles Tilly pour qui "la guerre fait l’Etat". Selon cette théorie, la guerre a un impact fondamental et direct sur la structure et l'organisation politiques des Etats. Or, depuis la Seconde Guerre mondiale – la dernière guerre industrielle et "classique" – la nature de la guerre a changé. Le triptique Etat-nation/citoyen-soldat/guerre "classique" laisse désormais la place au couple groupe armé/guerre irrégulière. Il en découle de profondes modifications structurelles dans les Etats-nations.

L’auteur distingue trois périodes dans ces changements. Tout d’abord une "période militaire" (1940-1945) qui se caractérise par un emploi de la guerre irrégulière – l’engagement de "combattants d’occasion et de groupes marginaux" – par les Alliés qui ne sont pas toujours en mesure de contrer les armées de l’Axe en leur opposant des forces classiques.

Après 1945, commence la "période politique". La guerre révolutionnaire marque les conflits de la décolonisation jusqu’en 1975, date de la chute de Saigon. Ses méthodes sont développées et codifiées de manière systématique par les Etats-Unis, l’URSS et la Chine. La population devient le véritable enjeu de la guerre. De plus, des procédures et des procédés sont développés pour permettre aux groupes armés de s’installer et d’opérer de manière autonome au sein des Etats en supplantant leurs infrastructures. Enfin, élément fondamental pour la suite de l’évolution du phénomène, les groupes armés ont développé des capacités d’entretien et de financement, notamment par le biais de différents trafics, celui de la drogue en particulier.

A partir des années 1980 débute la "période économique" durant laquelle a lieu un renforcement de l’autonomie économique de ces différents groupes armés, notamment à la suite de la fusion avec le crime organisé. L’implosion du bloc soviétique et la reconversion des services secrets de l'Est en organisations mafieuses ainsi que la mondialisation achèvent le processus de transformation. L’économie criminalisée représente aujourd’hui environ 20% du produit brut mondial et possède ses propres réseaux économiques. Elle est contrôlée par des seigneurs de la guerre et se caractérise également par sa dimension transnationale via les diasporas et les réseaux informels et virtuels.

Parallèlement à cette systématisation de la guerre irrégulière, l’Etat a vu ses fonctions politiques et militaires traditionnelles se délégitimer, conséquence des deux guerres mondiales et des idéologies totalitaires – avec les quatre "épisodes matrices" que sont Verdun, Auschwitz, Hiroshima et le Goulag. L’Etat-nation n’étant plus destiné à faire la guerre classique, il subit une recomposition. D’une part il adopte une organisation militaire différente, plus adaptée à la lutte dans le cadre de la guerre irrégulière (armée professionnelle, emploi de contractors qui agissent en dehors des règles du droit international), mais moins légitimée à faire la guerre "classique". D’autre part, il se réoriente sur la fonction de maintien de l’ordre sur son territoire, sans toutefois obtenir les succès souhaités. Par ailleurs, l’affaiblissement étatique s’est également accentué du fait de la mondialisation, de la création de structures supra-étatiques et des changements dans les modes de production économique avec le passage à l’économie numérique. La conséquence de toutes ces transformations est un retour au chaos, à une société de type féodale, d’où l’emploi de l’expression "nouveau Moyen Age".

Face à cette "dissolution de l’intérieur" de l’Etat, Bernard Wicht se demande comment reconstituer la cité? Il compare la situation actuelle avec la période de la fin de la guerre du Péloponnèse et celle des guerres d’Italie au début de la Renaissance et s’appuie sur les écrits de Platon et de Machiavel. Pour lui, la solution réside dans la "défense citoyenne", l’emploi du "citoyen-soldat" qui doit suppléer les carences de l’Etat, à l’image de ce qui se fait par exemple au Mexique pour se défendre contre la criminalité des trafiquants de drogue.

(© blogdefense.overblog.com)

(© blogdefense.overblog.com)

Voir les commentaires

Histoire de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT)

Publié le par Dimitry Queloz

MARTINI, André, L’histoire de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre. 1794-2014. De l’Entreprenant au Tigre, Panazol, Lavauzelle, 2013, 450 pages (2e édition)

Ce livre sur l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) est une version complétée d’un ouvrage issu d’une thèse de doctorat publié en 2005 par le général André Martini. Pilote d’avions et d’hélicoptères, le général Martini est à la fois acteur et historien de l’ALAT puisqu’il y a occupé diverses fonctions durant une trentaine d’années.

L’ouvrage, qui est structuré de manière chronologique, pose la question des relations de l’aviation avec l’armée de Terre. Celle-ci doit-elle disposer, pour ses besoins propres, d’une force aérienne intégrée ou doit-elle être totalement dépendante d’une armée de l’Air ayant le monopole des moyens aériens?

La première partie est consacrée aux origines de l’ALAT, qui remontent à la période révolutionnaire: un ballon, l'Entreprenant, est utilisé lors de la bataille de Fleurus. Au cours de la Première Guerre mondiale, l’engagement de l’aviation au profit de l’armée de Terre, notamment pour le réglage des tirs d’artillerie, devient indispensable. Toutefois, son développement extraordinaire conduit également à rendre l’aviation plus autonome. La loi de 1934 accorde le monopole des avions à l’armée de l’Air, à charge pour elle de répondre aux besoins de l’armée de Terre. Cette dernière craint de ne pas disposer des moyens nécessaires dans le cadre de la bataille aéroterrestre qu’elle envisage, l’armée de l’Air se préoccupant davantage d’une guerre aérienne globale. Cette carence est une des causes de la défaite de mai – juin 1940. Après 1945, l’aviation d’artillerie, créée en 1943 et équipée d’avions légers, "constitue le vecteur que l’armée de Terre va utiliser pour accéder à une composante aérienne".

Au cours des guerres de décolonisation, sujet de la deuxième partie du livre, la question de la subordination des moyens aériens est tranchée au profit de l’armée de Terre. Celle-ci a besoin d’un appui aérien intégré, qui diffère de celui que peut fournir l’armée de l’Air au-delà du champ de bataille. De plus, elle se montre capable de gérer et d’engager des effectifs aériens importants – 600 avions et 300 hélicoptères au cours de la guerre d’Algérie. L’emploi de l’hélicoptère est par ailleurs généralisé. Après les premières études des années 1920 et 1930, des appareils sont acquis à la fin de la guerre d’Indochine. La guerre d’Algérie voit un essor spectaculaire de l’emploi de cette nouvelle arme: transport, vols de nuit et sans visibilité, appui… La maîtrise de l’hélicoptère, sans équivalent dans les autres armées, intéresse fortement les Américains qui demandent à pouvoir bénéficier du savoir-faire français.

Grâce à l’expérience de la guerre d’Algérie, l’ALAT et l’armée de Terre peuvent s’adapter au nouveau contexte de la Guerre froide et à la menace des forces du Pacte de Varsovie. Dans cette troisième partie, l’auteur considère que "l’aéromobilité a atteint son maximum d’efficacité avec la réforme de 1977 et le règlement d’emploi qui a suivi". Toutefois, le fait de privilégier les actions à l’échelon du corps d’armée conduit l’ALAT à s’éloigner des divisions. De plus, la création de la Division aéromobile (DAM) au sein de la Force d’Action Rapide (FAR) en 1985 – cette décision est prise par le ministre de la Défense Charles Hernu alors que l’Etat-major de l’armée de Terre s’oppose au concept – accentue encore la centralisation des moyens et l’éloignement par rapport à l’armée de Terre.

Enfin, la dernière partie de l’ouvrage traite de la période allant de 1990 à nos jours. Celle-ci est marquée par une "remise en question profonde de la fonction aéromobile" à la suite de la chute du mur de Berlin. Tout d’abord, les moyens sont massivement réduits, dans des proportions identiques à ceux de l’armée de Terre. De plus, en raison des coupes budgétaires, les programmes prennent beaucoup de retard. Enfin, l’appui direct des troupes constitue l’élément fondamental de la doctrine d’emploi, ce qui représente un retour à la conception des années soixante.

Mentionnons encore que l’ouvrage comprend une série de huit annexes parmi lesquelles un état du marché et des industries de l’hélicoptère, une évolution des concepts de voilures tournantes avec de très intéressantes informations sur celui de convertible (programmes V22 Osprey et EUROFAR).

(© éditions Lavauzelle)

(© éditions Lavauzelle)

Voir les commentaires

Joffre

Publié le par Dimitry Queloz

PORTE, Rémy, Joffre, Paris, Perrin, 2014, 432 pages

Avec cet ouvrage, Rémy Porte nous offre une très belle biographie du maréchal Joffre. Documenté, équilibré, refusant l’hagiographie ou la critique systématique – tares de nombreux écrits sur Joffre – l’ouvrage donne un excellent portrait d’un des généraux à la fois les plus contestés (Joffre responsable des hécatombes des premiers mois de la guerre) et les plus adulés (Joffre vainqueur de la Marne) de la Première Guerre mondiale.

Rémy Porte consacre plus du tiers de son livre à la carrière de Joffre avant 1914, ce qui est particulièrement intéressant. Fils d’un viticulteur catalan, Joffre naît à Rivesaltes en 1852. Grâce à ses très bons résultats scolaires et à la relative aisance financière de sa famille, il peut intégrer les classes préparatoires du lycée Charlemagne, puis entrer à l’Ecole polytechnique où il est reçu quatorzième sur cent-trente-deux admis. Lorsqu’éclate la guerre de 1870, Joffre est nommé, comme ses camarades de l’X, sous-lieutenant. Il est affecté à une batterie stationnée à l’Ecole militaire et doit remplacer, sans aucune expérience, son capitaine devenu fou. Il écrira plus tard: "Je signais ce que mon maréchal des logis-chef me faisait signer." Après l’armistice, Joffre refuse de rejoindre la Commune et rentre dans son Sud-ouest natal.

Joffre achève Polytechnique dans des circonstances particulières du fait du conflit. Il choisit ensuite le génie, par hasard – "Je ne connaissais personne dans l’armée et seul le hasard dicta mon choix". Il connaît alors une période difficile du fait de la mort de sa femme quelques mois seulement après son mariage. Il participe aux travaux de fortification de Paris, puis sur les frontières. Il fortifie notamment le fort de Joux en Franche-Comté, ouvrage où a été emprisonné Toussaint Louverture qui y a trouvé la mort en 1803. Parallèlement à ces activités, Joffre exerce aussi la fonction d’instructeur et occupe divers postes à la direction du génie, devenant la cheville ouvrière du comité de rédaction du Règlement sur le service en campagne du génie de 1897.

Le futur maréchal est aussi un "colonial". En 1884, il est volontaire pour servir en Extrême-Orient. En 1892, il part pour le Soudan (l'actuel Mali) où il entre dans Tombouctou le 12 février 1894 et venge le massacre de la colonne Bonnier. Cinq ans plus tard, il dirige la fortification de la base de Diégo-Suarez, au nord de Madagascar, sous le commandement de Gallieni. Au cours de ces séjours outremer, Joffre est très bien noté par ces supérieurs. De plus, il acquiert une expérience unique en matière de commandement interarmes et de logistique qui lui sera particulièrement utile à partir de 1911, en tant que chef d’Etat-major général, puis comme commandant en chef des armées.

Après divers commandements, Joffre est nommé chef d’Etat-major général. S’il manque d’expérience au plan opérationnel et n’a pas suivi les cours de l’Ecole supérieure de guerre, il possède nombre de qualités: bon connaisseur de l’armée et de ses services, technicien et homme de dossier, républicain et non-pratiquant – ce qui le rend acceptable à la majorité politique de l’époque. Jusqu’à la déclaration de guerre, Joffre travaille à la modernisation de l’armée, vaste chantier. Même s’il n’obtient pas que des succès, notamment par manque de temps, il parvient cependant à rajeunir une partie du haut commandement, "prélude aux limogeages" du début de la guerre; à élaborer un plan de concentration (Plan XVII) qui tient compte d’un passage possible des armées allemandes à travers la Belgique mais néglige, principale erreur, l’emploi des formations de réserve par les Allemands; à moderniser les équipements de l’armée, notamment en ce qui concerne l’artillerie lourde – divers programmes sont lancés et seront en cours de réalisation au début des hostilités – et l’aviation; à améliorer la formation des cadres. En ce qui concerne la doctrine, Joffre cherche à mettre fin au chaos qui règne depuis quelques années. Il fait adopter les divers règlements de l’"offensive à outrance", doctrine beaucoup plus équilibrée que ce que l’on a généralement dit et qui n’est pas responsable, comme nous l’avons montré dans notre thèse – un bref compte-rendu est disponible sur la page consacrée à nos publications – des échecs de l’armée française au cours des premiers mois de la guerre.

Au début du conflit, Joffre doit faire face à de nombreuses difficultés alors que le gouvernement se replie à Bordeaux et n’est pas en mesure d’assumer certaines de ses responsabilités. Une fois constaté l’échec de ses offensives et l’ampleur du mouvement d’enveloppement allemand, Joffre doit réorganiser son dispositif tout en battant en retraite. Il peut ainsi éviter la défaite par la contre-offensive de la Marne qui fait de lui un héros. Il doit également procéder à de nombreux limogeages – le terme est inventé à l’époque – en raison des insuffisances de nombre de ses généraux. Enfin, il doit coordonner l’action de ses troupes avec celles des Britanniques, commandées par le francophone et francophile général French.

En 1915, Joffre mène les grandes offensives de Champagne et d’Artois, qui montrent les insuffisances de l’armée française, notamment en matière d’artillerie lourde. Il comprend également la nécessité de coordonner les actions militaires des Alliés. Dans ce cadre, la conférence de Chantilly de décembre 1915 lui permet de renforcer son "pouvoir intérieur, alors menacé, en utilisant son prestige extérieur". Joffre subit en effet, depuis le début de l’année, diverses attaques de la part de quelques-uns de ses subordonnés (Sarrail) et de certains politiciens (Pédoya, Accambray, Clemenceau).

L’année 1916 est encore plus difficile, avec les batailles de Verdun et de la Somme, la délicate gestion du front d’Orient. Les manœuvres parlementaires redoublent, les critiques militaires aussi. Le commandement de l'armée est réorganisé. Joffre est remplacé par la nouvelle étoile montante, le général Nivelle, ce qui permet de sauver pour quelques temps la majorité parlementaire. Nommé "conseiller technique militaire du gouvernement et membre à titre consultatif du comité de guerre", il est également élevé au grade de maréchal – la fameuse "apothéose maréchalesque" de Clemenceau. Ainsi écarté du pouvoir, Joffre continue cependant à servir jusqu’à la fin des hostilités, notamment dans le cadre de la mission qu’il mène aux Etats-Unis avec Viviani et au cours de laquelle son prestige joue un rôle important.

(© blogdefense.overblog.com)

(© blogdefense.overblog.com)

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>