Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #france tag

Essai nucléaire

Publié le par Dimitry Queloz

WODKA-GALLIEN, Philippe, Essai nucléaire. La force de frappe française au XXIe siècle: défis, ambitions et stratégie, Panazol, Lavauzelle, 2014, 218 pages

Cet ouvrage de Philippe Wodka-Gallien, membre l’Institut français d’analyse stratégique et auteur d’un Dictionnaire de la dissuasion, donne au lecteur un très intéressant tour d’horizon de la force de dissuasion nucléaire française qui célèbre cette année un double anniversaire: le soixantième de la décision de Pierre Mendès-France de développer officiellement un programme nucléaire militaire et le cinquantième de la création des Forces aériennes stratégiques. En dix chapitres, le livre s’intéresse à tous les domaines relatifs au sujet: histoire, technique, politique et stratégie, recherche scientifique, désarmement et lutte contre la prolifération… Facile à lire et accessible à un large public, nous le recommandons tout particulièrement à ceux qui voudraient rapidement se faire une bonne idée globale sur ces questions complexes.

L’auteur montre que la dissuasion nucléaire bénéficie aujourd’hui d’un très large consensus dans les partis politiques, la population – en 2013, 59% des Français montraient leur adhésion – et même l’Eglise. Les partis de droite, héritiers de la tradition gaulliste, ont toujours soutenu la force nucléaire et sa souveraineté par rapport aux autres puissances, même si Alain Juppé a pu montrer une position plus nuancée. Au centre, si le principe de la dissuasion n’est pas contesté, c’est son ampleur et son caractère national qui sont fréquemment remis en cause, avec l’idée, difficile à mettre en œuvre, d’un partage avec les alliés de l’OTAN ou de l’Union européenne. A gauche, la position est aussi plus complexe. Chez les socialistes, il faut attendre l’influence de Charles Hernu et d’Hubert Védrine et, surtout, le changement de position de François Mitterrand pour que le parti se prononce majoritairement en faveur de la dissuasion. Cette évolution s’opère lentement, une fois le général de Gaulle disparu et s’explique peut-être par le fait qu’il n’y a plus la nécessité de s’opposer à ce grand rival – nous ne pouvons nous empêcher de faire un parallèle avec l’attitude par rapport aux institutions de la Ve République. Un courant anti-nucléaire continue toutefois d’exister au PS, emmené par Michel Rocard dont le père a été responsable scientifique des programmes ayant conduit à la réalisation de la bombe atomique. Même à l’extrême gauche, il est difficile de s’opposer à la dissuasion. Le parti communiste a dû tenir compte des syndicats qui défendaient les nombreux emplois liés à l’atome. Jean-Luc Mélanchon est favorable au maintien d’une force de frappe. Quant aux Verts, ils n’osent trop affirmer leur opposition au nucléaire, sans doute par prudence électoraliste.

Un autre aspect particulièrement intéressant de l’ouvrage concerne le continuum entre dissuasion nucléaire et forces conventionnelles. D’une part, la dissuasion nucléaire donne à la France la garantie de l’indépendance dans sa politique extérieure. Elle permet en effet une liberté d’action sur le plan international et un engagement de l’armée française sans risque de subir des pressions ou des menaces militaires majeures de la part des autres puissances. Dans ce cadre, l’auteur a raison de mentionner l’humiliant épisode de l’intervention de Suez comme un des chapitres fondamentaux de l’histoire de la politique nucléaire française. D’autre part, les forces de dissuasion contribuent largement au développement d’un outil militaire conventionnel de premier plan au point de vue technique et opérationnel. Les exigences en matière de qualité des programmes liés à la dissuasion – domaine spatial, électronique et communications, aéronautique, construction navale… – permettent aux différents fabricants de systèmes d’armes de faire bénéficier leurs programmes conventionnels des progrès technologiques les plus pointus. Ainsi du Rafale qui, prévu d’emblée pour le bombardement stratégique, dispose de capacités de pénétration à longue distance qui en font l’un des meilleurs bombardiers conventionnels au monde, comme l’ont bien montré les différents engagements, notamment en Libye et au Mali. Les forces stratégiques développent également un savoir-faire opérationnel de premier plan qui est largement diffusé au sein des forces conventionnelles. Enfin, les moyens des forces stratégiques sont fréquemment employés dans le cadre des engagements conventionnels: plus de 90% des missions des avions de ravitaillement de la force de dissuasion se font au profit de l’action conventionnelle et 25% des frappes aériennes de l’opération Harmattan ont été effectués par des Rafales et des Mirage 2000 des Forces aériennes stratégiques.

Défenseur de la force de dissuasion sous sa forme actuelle, Philippe Wodka-Gallien se montre un partisan du maintien de la composante aérienne des forces stratégiques. La suppression de cette dernière n’entrainerait que de très faibles économies – quelques dizaines de millions d’euros – qui ne permettraient ni de renforcer de manière significative les autres composantes de la défense ni de contribuer de manière efficace à la diminution du déficit budgétaire de l’Etat. Elle priverait par ailleurs le pouvoir politique d’une certaine souplesse en matière de dissuasion nucléaire, la force aérienne étant seule capable de mener des frappes d’ultime avertissement. Enfin, un démantèlement unilatéral n’apporterait aucun gain politique à la France et réduirait sa marge de manœuvre dans le long terme. En temps que signataire du Traité de Non Prolifération (TNP), elle renoncerait définitivement à toute capacité nucléaire aérienne. Avec d’autres arguments, le livre de Philippe Wodka-Gallien contribue donc également au débat du moment sur le rôle de la dissuasion nucléaire, ses composantes et les moyens qui leur sont attribués.

(© blogdefense.overblog.com)

(© blogdefense.overblog.com)

Voir les commentaires

Les jeux et l’histoire se rencontrent

Publié le par Dimitry Queloz

En cette année de centenaire, le Musée suisse du jeu de La Tour-de-Peilz (en Suisse, près de Lausanne) présente une très intéressante exposition intitulée Les jeux et l’histoire se rencontrent. La Première Guerre mondiale. Dès la fin du XIXe siècle, les jeux de guerre connaissent un succès commercial important. Ainsi, le Jeu d’échecs de guerre, basé sur la situation internationale de l’époque marquée par la fin du système bismarckien et le début de la mise en place du système Delcassé, gagne une médaille d’or lors de l’Internationale Ausstellung mit Wettstreit für Hygiene, Volksernährung, Armeeverpflegung, Sport und Fremdenverkehr de Baden-Baden en 1896. Une dizaine d’années plus tard, en pleine guerre russo-japonaise, un éditeur allemand inconnu met sur le marché un jeu dont le but est "de pénétrer la Mandchourie et d’occuper Moukden". Au cours de la Première Guerre mondiale, le marché des jeux de guerre, particulièrement florissant, est multiplié par quatre et représente 8% de la production totale de l'industrie des jeux.

Les jeux présentés dans l’exposition s’inspirent fréquemment de jeux traditionnels très populaires. Plusieurs reprennent le principe de celui de l’oie, comme le Jeu de la guerre 1914 proposé par Rojoux et Schaufelberger de Genève. Adoptant le point de vue français, le but est bien évidemment de parvenir le plus rapidement possible à Berlin! Les échecs et les dames représentent une autre source d’inspiration. Les jeux de cette catégorie sont plus novateurs et complexes. Ils constituent des jeux de tactique ou de stratégie que l’on peut présenter comme les ancêtres de nos wargames actuels. Enfin, d’autres jeux sont des jeux d’adresse, comme le jeu trilingue allemand Unsere Luftflotte/Notre Flotte Aérienne/De Luchtvloot où le joueur doit renverser les éléments d’un campement de l’armée britannique au moyen d’une boule, simulant ainsi un bombardement aérien.

A l’instar de ce qui se fait dans le domaine de la littérature de l’époque, nombre de jeux montrent une véritable fascination pour les nouvelles technologies. Les navires de guerre et les sous-marins, les avions et les dirigeables, l’artillerie sont mis en scène. Côté français, le fameux canon de 75, dont certains officiers disaient qu’il était à la fois "Dieu de père, le Fils et le Saint-Esprit", occupe ainsi une place de choix. Un éditeur allemand inconnu va jusqu’à proposer dès 1915 un jeu exclusivement consacré à la grenade (Hurra! Mit Handgranaten vor!), arme ancienne et presque totalement disparue des arsenaux mais qui reprend de l’importance avec la guerre des tranchées.

Si les jeux se veulent avant tout instructifs et ludiques, ils sont également fortement marqués par l’esprit de l’époque. Le nationalisme et la propagande sont omniprésents. Dans les jeux français, on parle souvent du Boche plutôt que de l’Allemand. Le Jeu de la guerre 1914 comprend des cases sur lesquelles le joueur qui s’arrête doit crier "Vive les Alliés!" sous peine de se retrouver en prison. Dans la perspective de l’Entente, l’Allemagne représente l’adversaire fondamental. Le plateau du Jeu de la guerre 1914 prend ainsi de grandes libertés avec la situation géopolitique de l’époque. Seule l’Allemagne est représentée en tant qu’adversaire. Le nom de l’Autriche-Hongrie n’apparaît pas et son territoire semble se confondre avec celui de la Suisse! Quant au Giroulette, s’il distingue trois adversaires, les Allemands constituent les cibles de choix à abattre puisqu’ils rapportent trois points à chaque coup au but tandis que leurs alliés austro-hongrois et turcs n’en rapportent respectivement que deux et un chacun!

Notons encore que plusieurs des jeux exposés ont été édités en Suisse. L’un deux – On ne passe pas!/Wir halten fest! des éditions SPES (Säuberlin et Pfeiffer Editions Suisses, Lausanne) – met en scène la situation particulière de notre pays et envisage deux scénarios différents. Le premier est une invasion par les Empires centraux: "L’un des deux joueurs fait avancer les armées d’Outre-Rhin au nombre de cinq, qui violent la neutralité suisse pour pénétrer en France, ou en Italie. L’autre fait manœuvrer une armée suisse, laquelle, dès qu’elle juge bon, peut appeler à son secours l’armée française qui attend à Frasne ou l’armée italienne qui est cantonnée à Côme." Le second scénario est basé sur une invasion des Alliés: "Les pions noirs deviennent cinq armées franco-italiennes qui envahissent la Suisse (…) L’armée allemande et l’armée autrichienne sont alors supposées alliées de la Suisse."

Cette très intéressante exposition est à voir jusqu’au 16 novembre 2014.

 (© Musée suisse du jeu)

(© Musée suisse du jeu)

Voir les commentaires

Mutualisation des capacités militaires en Europe (2 et fin)

Publié le par Dimitry Queloz

En deuxième partie, le colonel Smets a présenté l’exemple de la Belgique. Cet européen convaincu qui souhaite lui aussi la création d’une armée européenne, mais qui craint de ne pas la voir, a commencé son exposé par un bref historique de la politique de défense belge. En tant que petit pays, la Belgique a toujours eu des difficultés à assurer sa défense de manière autonome. Après diverses périodes de neutralité qui n’ont pas toujours apporté la sécurité espérée, le pays s’est résolument tourné vers la solution des alliances au lendemain de la Seconde Guerre mondiale: OTAN, Union de l'Europe Occidentale (UEO), traité de Lisbonne.

Actuellement, la coopération s’avère absolument indispensable du fait de la diminution des budgets militaires – l’armée belge a vu son budget diminuer de 22% en valeurs réelles entre 2000 et 2014 – et de la baisse des effectifs qui ont passé de 100'000 hommes en 1966 à 31'000 de nos jours. Dans sa conclusion, le colonel Smets a souligné que tous les Etats européens se trouvaient dans une situation similaire à celle de la Belgique, même les anciennes grandes puissances. A ce propos, il a cité l’homme d’Etat belge et père (parmi d’autres) de l’Europe Paul-Henri Spaak: "Il y a deux sortes de pays en Europe: les petits pays et ceux qui ne savent pas qu’ils sont petits."

La Belgique a développé de nombreux projets de coopération surtout dans le cadre des forces aériennes et de la marine. En ce qui concerne l’armée de terre, elles sont moins nombreuses, même s’il en existe notamment avec le Luxembourg et dans le cadre de l’Eurocorps. Le colonel Smets a insisté sur le fait que, pour la Belgique, ces coopérations sont vitales. Elles ont permis de maintenir l’existence des différentes forces, de leurs capacités et de leurs savoir-faire. Outre la diversité des modèles de coopération qui doivent être adaptés aux cultures propres à chacune des forces, le colonel Smets a identifié plusieurs conditions de réussite. Les partenaires doivent disposer de matériels communs, avoir une proximité géographique et parler une langue commune. On comprend donc aisément que la coopération ne peut se faire avec des chances de succès que dans un cadre limité, souvent bilatéral – on retrouve ici un des points forts de l’exposé du général de Langlois dans la première partie de la conférence. Ces conditions expliquent par ailleurs que les coopérations les plus importantes se font avec la France (coopération dans le cadre de l’AJETS pour la formation des pilotes), le Luxembourg et les Pays-Bas (Amirauté BENELUX).

Parmi les coopérations réussies, le colonel Smets en a présenté plus particulièrement deux. La première est celle menée avec la marine des Pays-Bas dans le cadre de l’Amirauté BENELUX dont le quartier général est installé à Den Helder. Les deux marines sont totalement intégrées, même si la souveraineté de chacun des Etats est respectée pour les déploiements nationaux. La formation des équipages et le soutien opérationnel se font en commun, en Belgique (Zeebruge) pour les dragueurs de mines et au Pays-Bas (Den Helder) pour les frégates. Les équipages sont ainsi totalement interopérables, comme l’a montré l’engagement dans le cadre de l’opération Atalante.

Cette coopération a eu des effets très positifs pour la marine belge. Elle a tout d’abord permis de sauver la capacité "frégate" – actuellement, la marine belge dispose de deux navires de ce type – qui aurait probablement disparu sans elle. Elle a aussi fait de la marine belge un pôle d’excellence en matière de guerre des mines au sein de l’OTAN. Enfin, elle a créé un effet spill over lors de l’achat groupé des hélicoptères NH-90.

Dans le domaine aérien, le colonel Smets a présenté l’EATC (European Air Transport Command). Créé en 2006 par la France et l’Allemagne, l’EATC regroupe actuellement cinq pays (France, Allemagne, Pays-Bas, Belgique et Luxembourg) auxquels viendront probablement se joindre l’Italie et l’Espagne dans le futur. Chacun des pays partenaires met à disposition tout ou partie de ses moyens de transport aérien (avions et équipages) tout en conservant sa souveraineté d’emploi. Cette coopération est aussi une belle réussite qui a permis d’optimaliser les ressources, d’augmenter l’efficacité du soutien des opérations de l’Union européenne et de l’OTAN, d’améliorer l’interopérabilité des équipages et de réduire les coûts d’exploitation.

Au cours du débat, le public, composé de Suisses, s’est montré plus méfiant envers la mutualisation que les deux conférenciers. Cette attitude peut s’expliquer notamment du fait de la neutralité du pays et, sans doute aussi, en raison d’une expérience moins poussée dans ce domaine. Ce sont donc surtout les aspects négatifs de la mutualisation qui sont ressortis et ont été discutés. La mutualisation et la souveraineté ne sont-elles pas des conceptions antinomiques? Jusqu’à quel point peuvent-elles être poussées et coexister ensemble? La difficulté à définir une politique extérieure et de défense commune à 28 n’empêchera-t-elle pas tout engagement, à l’instar des exemples de la Centrafrique ou de l’emploi des battlegroups?

Pour notre part, nous pensons que si la mutualisation est indispensable pour conserver des capacités militaires en Europe, elle ne permettra pas à cette dernière de créer une véritable défense européenne efficace. D’une part, comme Christophe Réveillard, nous ne croyons pas à la pertinence d’une approche technocratique et fonctionnaliste. D’autre part, nous ne pouvons nous empêcher de comparer la situation militaire actuelle de l'Europe avec celle de la Confédération d’Ancien Régime, avec ses différentes armées cantonales, ses alliances intercantonales, ses combourgeoisies et ses défensionaux. Finalement, ce n’est qu’avec la création de la Suisse moderne en 1848, avec son pouvoir fédéral et sa politique étrangère propre, et, en 1874, la centralisation complète de la législation militaire, que la Suisse a pu mettre en place une véritable armée. (Fin)

Voir les commentaires

Mutualisation des capacités militaires en Europe (1)

Publié le par Dimitry Queloz

Le mercredi 30 avril dernier, MEAD Education, le Centre d’Histoire et de Prospective Militaires (CHPM) et le Centre de Politique de Sécurité de Genève se sont associé pour organiser un débat public sur le thème de la mutualisation des capacités militaires en Europe. Modéré par le Colonel EMG William Gargiullo, le débat a été précédé d’une présentation du sujet par le Général de Division Maurice de Langlois de l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM) de Paris et par le Colonel breveté d’Etat-major Bruno Smets du Centre de Politique de Sécurité de Genève.

La mutualisation des capacités militaires est un thème d’actualité – le Colonel EMG Gargiullo l’a relevé. Confrontés à des réductions budgétaires massives depuis la fin de la Guerre froide et, surtout, la crise de 2008, les pays de l’OTAN et de l’Union européenne ont mis en place d’importants programmes de coopération et de mutualisation. Même si le sujet est plus sensible – neutralité oblige – en Suisse, il touche également notre pays, comme le montrent les débats relatifs à l’achat du nouvel avion de combat Gripen.

Dans sa présentation du sujet, le général de Langlois a soutenu la création d’une armée européenne, qui représente, selon lui, la seule solution si les pays européens veulent disposer de moyens militaires suffisants dans le futur. Il a également relevé qu’une telle idée n’était pas nouvelle puisqu’elle a déjà été évoquée dans les années cinquante, avec le projet de Communauté Européenne de Défense (CED) rejeté en 1954 par le Parlement français.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, le général de Langlois a apporté quelques précisions bienvenues par rapport au concept de mutualisation. Celle-ci ne concerne pas seulement les équipements, elle intègre aussi les autres capacités, c’est-à-dire l’organisation, les personnels et les concepts… De plus, telle qu’elle est envisagée actuellement en Europe, la mutualisation comporte deux volets (concept de "pooling and sharing" adopté en 2010). Le pooling consiste à mettre à disposition des partenaires de l’accord des moyens de manière non-permanente. Dans ce cadre, le pays fournisseur reste souverain et peut reprendre, le cas échant, les éléments fournis. Avec le deuxième volet, le sharing, les moyens sont mis en commun entre les différents partenaires. Ceux-ci perdent donc une partie de leur indépendance. Pour le conférencier, ce sont les capacités des différents Etats qui doivent permettre la mutualisation; celle-ci ne doit donc pas représenter un oreiller de paresse.

Le général de Langlois a bien évidemment centré son exposé sur la position de la France par rapport à la mutualisation. Le Livre blanc de 2013 – et le général aussi – insiste sur l’autonomie de la défense française (maintien de la dissuasion nucléaire et de capacités permettant d’assurer la liberté d’appréciation et l’autonomie d’intervention) même si cette défense s’inscrit dans le cadre de la réintégration dans l’OTAN et de la relance de la défense européenne.

En ce qui concerne l’OTAN et son récent concept de "Smart defence", le général de Langlois a clairement exposé le refus français d’une intégration plus poussée et d’une délégation de la sécurité à l’Alliance. Ambitieuse – la Smart defence comporte 150 projets –, dominée par les Etats-Unis, disposant d’importants moyens notamment dans les domaines du renseignement, du C2 et de la défense antibalistique, l’OTAN pose un véritable problème de souveraineté pour un pays comme la France. La situation risque encore de s’aggraver dans le futur avec le concept de "nations cadres" ("Framework Nations Concept") qui sera étudié lors du sommet de l’OTAN de septembre 2014. Proposé par les Allemands et discuté une première fois lors de la réunion des ministres de la Défense de l’OTAN en octobre 2013, ce concept conduira à une spécialisation des Etats dans des domaines spécifiques de la défense.

Par rapport à l’Union européenne et à la Politique de Sécurité et de Défense Commune (PSDC), le général de Langlois a souligné la fragmentation à tous les niveaux des efforts de défense (budgets, définition des besoins et des programmes, recherche et développement…). Le problème réside dans la double absence d’une véritable politique européenne de défense et d’une conception commune de l’engagement des moyens. Sa conclusion est nette et sans appel: la mutualisation à 28 ne fonctionne pas! En revanche, de nombreux succès ont pu être réalisés dans un cadre plus restreint, entre quelques partenaires et lorsque les conditions de réussite étaient réunies (forte implication politique, scénarios d’emploi communs…): Eurocorps, accords de Lancaster House avec le Royaume-Uni (nucléaire, collaborations industrielles, force de projection commune), accords avec l’Allemagne dans le cadre du cinquantième anniversaire du traité de l’Elysée… De plus, des habitudes commencent à s’installer et l’adoption en 2012 par les ministres de la Défense de l’UE d’un code de conduite visant à rechercher systématiquement la coopération avec d’autres Etats représente un grand progrès puisque onze projets sont actuellement en cours, notamment dans des domaines aussi déterminants que les drones MALE, le ravitaillement en vol ou les communications satellitaires. (A suivre)

Voir les commentaires

Histoire de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT)

Publié le par Dimitry Queloz

MARTINI, André, L’histoire de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre. 1794-2014. De l’Entreprenant au Tigre, Panazol, Lavauzelle, 2013, 450 pages (2e édition)

Ce livre sur l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) est une version complétée d’un ouvrage issu d’une thèse de doctorat publié en 2005 par le général André Martini. Pilote d’avions et d’hélicoptères, le général Martini est à la fois acteur et historien de l’ALAT puisqu’il y a occupé diverses fonctions durant une trentaine d’années.

L’ouvrage, qui est structuré de manière chronologique, pose la question des relations de l’aviation avec l’armée de Terre. Celle-ci doit-elle disposer, pour ses besoins propres, d’une force aérienne intégrée ou doit-elle être totalement dépendante d’une armée de l’Air ayant le monopole des moyens aériens?

La première partie est consacrée aux origines de l’ALAT, qui remontent à la période révolutionnaire: un ballon, l'Entreprenant, est utilisé lors de la bataille de Fleurus. Au cours de la Première Guerre mondiale, l’engagement de l’aviation au profit de l’armée de Terre, notamment pour le réglage des tirs d’artillerie, devient indispensable. Toutefois, son développement extraordinaire conduit également à rendre l’aviation plus autonome. La loi de 1934 accorde le monopole des avions à l’armée de l’Air, à charge pour elle de répondre aux besoins de l’armée de Terre. Cette dernière craint de ne pas disposer des moyens nécessaires dans le cadre de la bataille aéroterrestre qu’elle envisage, l’armée de l’Air se préoccupant davantage d’une guerre aérienne globale. Cette carence est une des causes de la défaite de mai – juin 1940. Après 1945, l’aviation d’artillerie, créée en 1943 et équipée d’avions légers, "constitue le vecteur que l’armée de Terre va utiliser pour accéder à une composante aérienne".

Au cours des guerres de décolonisation, sujet de la deuxième partie du livre, la question de la subordination des moyens aériens est tranchée au profit de l’armée de Terre. Celle-ci a besoin d’un appui aérien intégré, qui diffère de celui que peut fournir l’armée de l’Air au-delà du champ de bataille. De plus, elle se montre capable de gérer et d’engager des effectifs aériens importants – 600 avions et 300 hélicoptères au cours de la guerre d’Algérie. L’emploi de l’hélicoptère est par ailleurs généralisé. Après les premières études des années 1920 et 1930, des appareils sont acquis à la fin de la guerre d’Indochine. La guerre d’Algérie voit un essor spectaculaire de l’emploi de cette nouvelle arme: transport, vols de nuit et sans visibilité, appui… La maîtrise de l’hélicoptère, sans équivalent dans les autres armées, intéresse fortement les Américains qui demandent à pouvoir bénéficier du savoir-faire français.

Grâce à l’expérience de la guerre d’Algérie, l’ALAT et l’armée de Terre peuvent s’adapter au nouveau contexte de la Guerre froide et à la menace des forces du Pacte de Varsovie. Dans cette troisième partie, l’auteur considère que "l’aéromobilité a atteint son maximum d’efficacité avec la réforme de 1977 et le règlement d’emploi qui a suivi". Toutefois, le fait de privilégier les actions à l’échelon du corps d’armée conduit l’ALAT à s’éloigner des divisions. De plus, la création de la Division aéromobile (DAM) au sein de la Force d’Action Rapide (FAR) en 1985 – cette décision est prise par le ministre de la Défense Charles Hernu alors que l’Etat-major de l’armée de Terre s’oppose au concept – accentue encore la centralisation des moyens et l’éloignement par rapport à l’armée de Terre.

Enfin, la dernière partie de l’ouvrage traite de la période allant de 1990 à nos jours. Celle-ci est marquée par une "remise en question profonde de la fonction aéromobile" à la suite de la chute du mur de Berlin. Tout d’abord, les moyens sont massivement réduits, dans des proportions identiques à ceux de l’armée de Terre. De plus, en raison des coupes budgétaires, les programmes prennent beaucoup de retard. Enfin, l’appui direct des troupes constitue l’élément fondamental de la doctrine d’emploi, ce qui représente un retour à la conception des années soixante.

Mentionnons encore que l’ouvrage comprend une série de huit annexes parmi lesquelles un état du marché et des industries de l’hélicoptère, une évolution des concepts de voilures tournantes avec de très intéressantes informations sur celui de convertible (programmes V22 Osprey et EUROFAR).

(© éditions Lavauzelle)

(© éditions Lavauzelle)

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>