Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #premiere guerre mondiale tag

Joffre

Publié le par Dimitry Queloz

PORTE, Rémy, Joffre, Paris, Perrin, 2014, 432 pages

Avec cet ouvrage, Rémy Porte nous offre une très belle biographie du maréchal Joffre. Documenté, équilibré, refusant l’hagiographie ou la critique systématique – tares de nombreux écrits sur Joffre – l’ouvrage donne un excellent portrait d’un des généraux à la fois les plus contestés (Joffre responsable des hécatombes des premiers mois de la guerre) et les plus adulés (Joffre vainqueur de la Marne) de la Première Guerre mondiale.

Rémy Porte consacre plus du tiers de son livre à la carrière de Joffre avant 1914, ce qui est particulièrement intéressant. Fils d’un viticulteur catalan, Joffre naît à Rivesaltes en 1852. Grâce à ses très bons résultats scolaires et à la relative aisance financière de sa famille, il peut intégrer les classes préparatoires du lycée Charlemagne, puis entrer à l’Ecole polytechnique où il est reçu quatorzième sur cent-trente-deux admis. Lorsqu’éclate la guerre de 1870, Joffre est nommé, comme ses camarades de l’X, sous-lieutenant. Il est affecté à une batterie stationnée à l’Ecole militaire et doit remplacer, sans aucune expérience, son capitaine devenu fou. Il écrira plus tard: "Je signais ce que mon maréchal des logis-chef me faisait signer." Après l’armistice, Joffre refuse de rejoindre la Commune et rentre dans son Sud-ouest natal.

Joffre achève Polytechnique dans des circonstances particulières du fait du conflit. Il choisit ensuite le génie, par hasard – "Je ne connaissais personne dans l’armée et seul le hasard dicta mon choix". Il connaît alors une période difficile du fait de la mort de sa femme quelques mois seulement après son mariage. Il participe aux travaux de fortification de Paris, puis sur les frontières. Il fortifie notamment le fort de Joux en Franche-Comté, ouvrage où a été emprisonné Toussaint Louverture qui y a trouvé la mort en 1803. Parallèlement à ces activités, Joffre exerce aussi la fonction d’instructeur et occupe divers postes à la direction du génie, devenant la cheville ouvrière du comité de rédaction du Règlement sur le service en campagne du génie de 1897.

Le futur maréchal est aussi un "colonial". En 1884, il est volontaire pour servir en Extrême-Orient. En 1892, il part pour le Soudan (l'actuel Mali) où il entre dans Tombouctou le 12 février 1894 et venge le massacre de la colonne Bonnier. Cinq ans plus tard, il dirige la fortification de la base de Diégo-Suarez, au nord de Madagascar, sous le commandement de Gallieni. Au cours de ces séjours outremer, Joffre est très bien noté par ces supérieurs. De plus, il acquiert une expérience unique en matière de commandement interarmes et de logistique qui lui sera particulièrement utile à partir de 1911, en tant que chef d’Etat-major général, puis comme commandant en chef des armées.

Après divers commandements, Joffre est nommé chef d’Etat-major général. S’il manque d’expérience au plan opérationnel et n’a pas suivi les cours de l’Ecole supérieure de guerre, il possède nombre de qualités: bon connaisseur de l’armée et de ses services, technicien et homme de dossier, républicain et non-pratiquant – ce qui le rend acceptable à la majorité politique de l’époque. Jusqu’à la déclaration de guerre, Joffre travaille à la modernisation de l’armée, vaste chantier. Même s’il n’obtient pas que des succès, notamment par manque de temps, il parvient cependant à rajeunir une partie du haut commandement, "prélude aux limogeages" du début de la guerre; à élaborer un plan de concentration (Plan XVII) qui tient compte d’un passage possible des armées allemandes à travers la Belgique mais néglige, principale erreur, l’emploi des formations de réserve par les Allemands; à moderniser les équipements de l’armée, notamment en ce qui concerne l’artillerie lourde – divers programmes sont lancés et seront en cours de réalisation au début des hostilités – et l’aviation; à améliorer la formation des cadres. En ce qui concerne la doctrine, Joffre cherche à mettre fin au chaos qui règne depuis quelques années. Il fait adopter les divers règlements de l’"offensive à outrance", doctrine beaucoup plus équilibrée que ce que l’on a généralement dit et qui n’est pas responsable, comme nous l’avons montré dans notre thèse – un bref compte-rendu est disponible sur la page consacrée à nos publications – des échecs de l’armée française au cours des premiers mois de la guerre.

Au début du conflit, Joffre doit faire face à de nombreuses difficultés alors que le gouvernement se replie à Bordeaux et n’est pas en mesure d’assumer certaines de ses responsabilités. Une fois constaté l’échec de ses offensives et l’ampleur du mouvement d’enveloppement allemand, Joffre doit réorganiser son dispositif tout en battant en retraite. Il peut ainsi éviter la défaite par la contre-offensive de la Marne qui fait de lui un héros. Il doit également procéder à de nombreux limogeages – le terme est inventé à l’époque – en raison des insuffisances de nombre de ses généraux. Enfin, il doit coordonner l’action de ses troupes avec celles des Britanniques, commandées par le francophone et francophile général French.

En 1915, Joffre mène les grandes offensives de Champagne et d’Artois, qui montrent les insuffisances de l’armée française, notamment en matière d’artillerie lourde. Il comprend également la nécessité de coordonner les actions militaires des Alliés. Dans ce cadre, la conférence de Chantilly de décembre 1915 lui permet de renforcer son "pouvoir intérieur, alors menacé, en utilisant son prestige extérieur". Joffre subit en effet, depuis le début de l’année, diverses attaques de la part de quelques-uns de ses subordonnés (Sarrail) et de certains politiciens (Pédoya, Accambray, Clemenceau).

L’année 1916 est encore plus difficile, avec les batailles de Verdun et de la Somme, la délicate gestion du front d’Orient. Les manœuvres parlementaires redoublent, les critiques militaires aussi. Le commandement de l'armée est réorganisé. Joffre est remplacé par la nouvelle étoile montante, le général Nivelle, ce qui permet de sauver pour quelques temps la majorité parlementaire. Nommé "conseiller technique militaire du gouvernement et membre à titre consultatif du comité de guerre", il est également élevé au grade de maréchal – la fameuse "apothéose maréchalesque" de Clemenceau. Ainsi écarté du pouvoir, Joffre continue cependant à servir jusqu’à la fin des hostilités, notamment dans le cadre de la mission qu’il mène aux Etats-Unis avec Viviani et au cours de laquelle son prestige joue un rôle important.

(© blogdefense.overblog.com)

(© blogdefense.overblog.com)

Voir les commentaires

Alfred von Schlieffen

Publié le par Dimitry Queloz

BECHET, Christophe, Alfred von Schlieffen. L’homme qui devait gagner la Grande Guerre, Paris, Argos Editions, 2013, 212 pages

Ce deuxième ouvrage de la collection "Maîtres de la stratégie" des éditions Argos sur Alfred von Schlieffen est tout aussi réussi que le premier consacré au stratégiste britannique Julian Corbett dont nous avions parlé dans un article précédent. Il comprend cinq chapitres qui traitent des origines et de la carrière du général allemand, de son rôle à la tête du Grand Etat-major, de sa pensée militaire et, enfin, cœur de l’ouvrage, du plan qui porte son nom.

Parmi les nombreux aspects intéressants du livre, retenons en plus particulièrement deux. Tout d’abord, Christophe Bêchet montre l’influence exercée par le milieu dans lequel a baigné le jeune Schlieffen. Il est né en 1833 dans une famille aristocratique. Son père, officier au 2e Régiment de la Garde à pied, est un héros de la guerre de libération contre Napoléon. Surtout, sa mère, fidèle servante de l’Eglise de l’Unité des Frères Moraves, est fortement marquée par le piétisme, mouvement religieux qui a aussi exercé son influence sur Clausewitz – voir à ce sujet l’ouvrage de Jean-Jacques Langendorf sur la pensée militaire prussienne également présenté dans un article antérieur. Schlieffen a par ailleurs effectué ses classes primaires à Niesky, école fondée par l’Eglise en 1761, où l’éducation et les enseignements reçus le préparent à sa future vie militaire. A dix ans, il est notamment nommé sous-officier du "régiment Niesky" créé en 1840.

Dans les deux chapitres consacrés au plan Schlieffen, l’auteur donne au lecteur les principaux éléments à retenir à propos de la longue historiographie relative au sujet. Il présente ainsi les écrits de l’immédiat après-guerre des généraux Hermann von Kuhl et Hugo Freiherr von Freytag-Loringhoven, de l’archiviste Wolfgang Foerster et de l’ancien militaire et politicien Wilhelm Groener, qui visent à glorifier Schlieffen et à rendre Moltke le Jeune seul responsable de l’échec de l’offensive de 1914. Il poursuit avec les ouvrages classiques de Gerhard Ritter, Der Schlieffenplan. Kritik eines Mythos, publié en 1956, et Staatskunst und Kriegshandwerk. Das Problem des "Militarismus" in Deutschland (4 volumes publiés entre 1954 et 1958). Pour Ritter, "nostalgique de l’Allemagne wilhelmienne et désireux de dédouaner le IIe Reich de toute forme de responsabilité dans l’avènement du IIIe", les autorités civiles allemandes se seraient engagées en 1914 dans une guerre qu’elles ne désiraient pas en subissant la mécanique contraignante des plans militaires. Enfin, il termine avec la controverse initiée à la fin des années 1990 par l’historien américain Terence Zuber pour qui le plan Schlieffen n’est pas un plan de guerre, mais un "plaidoyer en faveur du renforcement des effectifs de l’armée allemande" destiné au monde politique.

A partir de ces controverses et d’une étude approfondie des sources, Christophe Bêchet tire la conclusion que le plan Schlieffen de 1905-1906 et celui de 1914 sont deux plans distincts, même si de nombreux points communs les relient. Le plan appliqué par Moltke le Jeune au début de la guerre est une adaptation de celui de son prédécesseur à la tête du Grand Etat-major, avec trois différences notoires. Contrairement à celui de Moltke, le plan Schlieffen était conçu pour une guerre sur un seul front. Il a été élaboré à un moment où la Russie ne pouvait soutenir la France en raison de la défaite subie dans le conflit avec le Japon. De plus, le plan Schlieffen prévoyait la violation de la neutralité des Pays-Bas alors que cette dernière est respectée en 1914. Enfin, Moltke diminue la force relative de l’aile droite par rapport au plan de son prédécesseur. En 1914, le chef du Grand Etat-major allemand doit en effet tenir compte de la Russie, à nouveau capable de soutenir son allié, et des offensives françaises en Alsace et en Loraine. Il est donc contraint de renforcer son centre et le front Est au détriment de son aile marchante.

(© blogdefense.overblog.com)

(© blogdefense.overblog.com)

Voir les commentaires

"Au front et à l'arrière"

Publié le par Dimitry Queloz

La Première Guerre mondiale et ses champs de bataille militaires et sociétaux

En cette année 2014 de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, les manifestations ne manqueront pas. Ainsi, l’Association Suisse d’Histoire et de Sciences Militaires (ASHSM) et l’Académie militaire de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich organisent un colloque international sur le thème: "Au front et à l’arrière: La Première Guerre mondiale et ses champs de bataille militaires et sociétaux". Ce colloque, au cours duquel nous aurons le plaisir de présenter une communication sur la doctrine et les pratiques de l’armée française, se déroulera le vendredi 28 février et le samedi 1er mars prochain au bâtiment principal de l’Ecole polytechnique fédérale à Zurich.

L’approche choisie par les organisateurs du colloque est à la fois supranationale, avec notamment des communications sur les armées française, allemande et suisse, comparative et, surtout, multi-perspective. En ce qui concerne l’histoire militaire comprise dans son sens restreint, trois grands thèmes sont au programme: les changements dans la formation des forces armées, la motivation au combat des troupes, les défis tactiques et opératifs engendrés par la nouvelle forme de guerre - la guerre des tranchées - et les solutions adoptées pour y répondre.

Les problématiques ne se limitent toutefois pas au seul domaine de l’histoire militaire, mais concernent également l’histoire sociale et l’histoire culturelle. C’est ainsi que seront également traitées la question de la Première Guerre mondiale en tant que guerre totale et celle de son souvenir et de sa mémoire.

Organisation: Prof. Dr. Rudolf Jaun (Université de Zurich et ASHSM), Dr. Michael Olsansky (Académie militaire de l’EPF de Zurich et ASHSM).

Liste des intervenants: Béatrice Ziegler (Zurich), Sacha Zala (Genève), Georges-Henri Soutou (Paris), Adrian Wettstein (Zurich), Günther Kronenbitter (Augsburg), Ian Beckett (Canterbury), Nicolas Offenstadt (Paris), Markus Pöhlmann (Potsdam), Dimitry Queloz (Neuchâtel), Gerhard Gross (Potsdam), Stig Förster (Berne), Sönke Neitzel (Londres), Roger Chickering (Washington), Michael Epkenhans (Potsdam), Roman Rossfeld (Zurich), Gerd Krumeich (Düsseldorf), Martin Schmitz (Augsburg), Wim Klinkert (Amsterdam) et Michael Olsansky (Zurich).

Le colloque s’adresse à toutes les personnes intéressées par le sujet, même les non-spécialistes. La participation est gratuite pour les étudiants. Pour davantage de renseignements, consulter le site de l’ASHSM: www.militariahelvetica.ch/fr/ashsm.

(© ASHSM)

(© ASHSM)

Voir les commentaires

Les Amis du Km Zéro

Publié le par Dimitry Queloz

L’année 2014 sera marquée par le centième anniversaire du début de la Première Guerre mondiale. Les manifestations liées à la commémoration de ce tragique événement seront à la fois diverses et nombreuses. En France, la Mission du centenaire, présidée par le général Elrik Irastorza, a notamment pour but d’informer le grand public sur ces différentes manifestations. Un portail internet a été créé à cet effet: centenaire.org.

Parmi toutes ces initiatives à caractère historique ou mémoriel, en voici une qui intéresse nos voisins français et allemands mais qui concerne également la Suisse: Les Amis du Km Zéro. Outre son caractère international, cette association, qui se compose d’une "section" française et d’une suisse, présente l’originalité de s’intéresser à un secteur particulier du front Ouest, celui situé dans le Sundgau, près de la frontière avec la Suisse. A l’écart des principaux champs de bataille, cette région dont l’intérêt stratégique était limité a souvent été oubliée par les publications sur la Grande Guerre. Ainsi, Pfetterhouse n’est jamais cité alors que ce village constituait la limite Sud du front Ouest qui s’étirait jusqu’à Nieuport/Ostende sur la mer du Nord.

L’association Les Amis du Km Zéro a été constituée à la date symbolique du 11 novembre 2011, près de la borne 111 dans les environs de la ferme du Largin sur le territoire de la commune suisse de Bonfol. Elle s’est donné pour tâche d’inventorier, de dégager et de mettre en valeur les vestiges des fortifications construites par les troupes françaises, allemandes et suisses sur les communes françaises de Mooslargue et de Pfetterhouse et sur celle de Bonfol. Des études seront également menées dans les archives des trois pays et les résultats feront l’objet de conférences et de publications.

A ce jour, plusieurs réalisations sont achevées, tandis que d’autres nécessitent encore quelques mois de travaux. Un sentier didactique international de 7 kilomètres, équipé de panneaux explicatifs, est en cours d’aménagement, financé par l’Office du tourisme intercommunautaire du Sundgau et le Canton du Jura. Il permettra de découvrir des vestiges de fortifications, notamment, côté allemand, des tranchées et des fortins bétonnés et, côté français, le premier blockhaus depuis la frontière suisse, surnommé la "Villa Agathe", et un abri enterré de première ligne en tôle. Comme souvent, les fortifications allemandes sont nettement mieux conservées que celles construites par les troupes françaises. Cette différence s’explique par le fait que les Allemands ont davantage employé le béton, leurs fortifications et leurs ouvrages devant durer dans le cadre d’une stratégie plus défensive. Côté français, l’approche est différente. D’une part, les fantassins sont très mal instruits et équipés pour la construction de fortifications. Avant guerre, il n’est pas dans l’esprit du soldat et de l’officier français de remuer la terre. D’autre part, la volonté de terminer la guerre par l’offensive conduit à ne pas perdre du temps et des moyens dans la construction de tranchées qui n’avaient pas vocation de durer.

En Suisse, la commune de Bonfol a voulu mettre en valeur le site bien connu du Largin et a demandé le soutien de l’armée. Des troupes du génie ont aménagé une portion du sentier didactique, notamment en construisant une passerelle sur La Largue. Elles ont également reconstruit à l’identique le poste d’observation Nord situé près de la ferme du Largin, dont il ne restait plus que quelques vestiges des travaux de terrassement.

L’inauguration franco-suisse du sentier didactique aura lieu le 3 août 2014. A cette occasion, la Société jurassienne des officiers publiera une plaquette signée Claude-Henri Schaller et Hervé de Weck, intitulée Bonfol… Le Largin au «Kilomètre 0» du front Ouest (1914-1918).

Le fortin allemand au km 0 du front Ouest. Construit en béton, il était équipé d'un canon-revolver. (© Hervé de Weck)

Le fortin allemand au km 0 du front Ouest. Construit en béton, il était équipé d'un canon-revolver. (© Hervé de Weck)

La "Villa Agathe", le seul fortin en béton français dans le secteur de Pfetterhouse. (© Hervé de Weck)

La "Villa Agathe", le seul fortin en béton français dans le secteur de Pfetterhouse. (© Hervé de Weck)

Le poste d'observation suisse au nord de la ferme du Largin au cours de la Première Guerre mondiale. (© Hervé de Weck)

Le poste d'observation suisse au nord de la ferme du Largin au cours de la Première Guerre mondiale. (© Hervé de Weck)

La reconstruction à l'identique par le génie suisse en 2012. (© Hervé de Weck)

La reconstruction à l'identique par le génie suisse en 2012. (© Hervé de Weck)

Voir les commentaires

<< < 1 2 3