Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #suisse tag

La pensée militaire suisse

Publié le par Dimitry Queloz

La pensée militaire suisse de 1800 à nos jours. Actes du symposium 2012, Pully, Centre d’Histoire et de Prospective Militaires (CHPM), 2013, 192 pages

Cet ouvrage regroupe les contributions présentées lors du symposium organisé conjointement par le Centre d’Histoire et de Prospective Militaires (CHPM) et l’Association d’Histoire et de Sciences Militaires (ASHSM) les 24 et 25 février 2012. Il comprend également deux hommages – l’un de Jean-Jacques Langendorf et l’autre d’Hervé de Weck – à Hervé Coutau-Bégarie, malheureusement décédé quelques jours avant la manifestation, à qui les Actes sont dédiés.

Comme l’écrit Pierre Streit, directeur scientifique du CHPM, dans son introduction, "Oui, une pensée militaire suisse existe!", même si cela peut étonner pour un petit Etat neutre. Cette pensée militaire est d’ailleurs plutôt riche et ne se limite pas aux seules réflexions centrées sur la Suisse. Divers penseurs ont en effet eu ou ont encore une aura internationale, comme le célèbre théoricien du droit des gens Emer de Vattel, l’illustre Jomini qui a beaucoup influencé les conceptions américaines de la guerre, ou le colonel Ferdinand Lecomte, largement oublié après sa mort, mais redécouvert récemment. Par ailleurs, les travaux sur la pensée militaire suisse sont relativement nombreux – signalons notamment la collection des Ecrivains militaires romands publiés il y a quelques années par Semper Fidelis et les 11 volumes sur L’Etat-major général suisse/Der Schweizerische Generalstab –, même s’il reste encore beaucoup à faire, particulièrement dans le domaine de la synthèse.

La pensée militaire suisse est relativement complexe et présente diverses particularités: influence du milieu géographique – la montagne –, du cadre géopolitique – la Suisse a été durant plusieurs siècles une confédération, avec des armées cantonales –, de la pratique de la neutralité, du fédéralisme, du plurilinguisme et de la démocratie directe, de la conception des rapports entre la société et l’armée – l’armée suisse est essentiellement une armée de milice composée de citoyens-soldats –, du service militaire étranger… De plus, elle a souvent été peu formalisée et théorisée. C’est fréquemment davantage dans l’étude des plans, des analyses, des ordres et des règlements que l’on peut comprendre la pensée de tel ou tel militaire.

L’ouvrage comprend trois parties. La première est consacrée au XIXe siècle, "âge d’or de la pensée militaire suisse". Parmi les plus intéressantes communications – nous ne pouvons malheureusement pas parler de toutes les présentations et nous devons choisir –, mentionnons celle de Jean-Jacques Langendorf sur les écrits de trois personnages fort différents tant en termes de pensée militaire, que de caractère et de carrière, Johannes Wieland, Jomini et le général Dufour, ainsi que celle de David Auberson sur l’influence de la guerre de Sécession en Suisse – le lecteur intéressé pourra également lire sur ce sujet la fiche de lecture que nous avons publié sur son livre: Ferdinand Lecomte (1826-1899). Un Vaudois témoin de la guerre de Sécession.

La deuxième partie, consacrée au XXe siècle, comprend deux communications sur l’école zurichoise dont le chef de file a été le général Wille, commandant en chef au cours de la Première Guerre mondiale. David Rieder nous parle de Fritz Gertsch, cet "enfant terrible" du corps des instructeurs qui a joué un rôle crucial dans l’"affaire de l’hydre" qui a conduit à la démission des principaux chefs de l’armée et de l’administration militaire, y compris le chef de l’Etat-major général, vers 1905 – nous renvoyons le lecteur intéressé par cet épisode à l’une de nos fiches de lecture sur la thèse de David Rieder. De son côté, Peter Braun s’intéresse aux disciples de Wille et à leur influence après la Seconde Guerre mondiale. Mentionnons encore la communication de Martin Motte sur Daniel Reichel, penseur militaire et fondateur du CHPM.

Enfin, pour le XXIe siècle, la communication de Christian Bühlmann aborde la question de la stagnation de la pensée militaire suisse actuelle. Pour l’auteur, celle-ci est due d’une part à la nouvelle conception de l’armée adoptée depuis la fin de la Guerre froide et la victoire idéologique de l’ultralibéralisme: l’"armée de marché". Dans ce nouveau paradigme, l’armée est perçue avant tout comme une entreprise économique ce qui empêche une réelle réflexion sur la guerre et ses différentes formes. D’autre part, l’armée suisse ne peut plus s’inspirer des pensées militaires étrangères qui se préoccupent surtout des problèmes relatifs aux projections extérieures qui ne correspondent pas aux engagements potentiels de l’armée suisse.

(© blogdefense.overblog.com)

(© blogdefense.overblog.com)

Voir les commentaires

L'argumentaire du Comité anti-Gripen: un écran de fumée (3 et fin)

Publié le par Dimitry Queloz

Enfin, que penser de l’argument relatif à la coopération avec les pays voisins pour assurer la protection de notre espace aérien, coopération qui serait, selon les référendaires, la panacée? Tout d’abord, soulignons que des collaborations existent déjà, notamment avec la France. Des exercices aériens en commun ont lieu régulièrement et la police de l’air est assurée de manière coordonnée lors de certaines manifestations, comme lors de l’Eurofoot en 2008 ou, plus récemment, lors de la conférence de Montreux sur la Syrie.

La collaboration avec d'autres Etats peut-elle aller plus loin? La réponse est incontestablement oui, dans certains domaines comme la formation des pilotes, le renseignement ou le développement de programmes d’armement. Notons au passage que l’achat du Gripen permettrait de renforcer ces diverses formes de coopération avec un pays qui partage nombre d’intérêts communs avec la Suisse, même s’il n’est pas un voisin direct.

Toutefois, si la Suisse désire conserver sa souveraineté et sa neutralité, elle doit disposer de moyens suffisants pour assurer de la manière la plus autonome possible la protection de son espace aérien. La diminution des capacités des forces aériennes conduirait en effet à une baisse de crédibilité et, si elle était poussée au-delà d’un certain seuil, à une perte d’autonomie, voire d’indépendance. Or, l’exemple de l’affaire Snowden montre bien qu’il peut être hasardeux de dépendre d’une tierce puissance dans certains domaines stratégiques particulièrement sensibles. Que se passerait-il en effet en cas de crise majeure sur le Vieux Continent, hypothèse qui ne relève pas du simple fantasme puisque nombre d’analystes et même certains partisans d’une Europe unie n’écartent plus, par exemple, la possibilité d’un éclatement de l’Union européenne? Dans une telle situation, la collaboration serait-elle encore possible avec nos voisins et à quelles conditions? N’y aurait-il pas des tensions avec certains d’entre eux? Se montreraient-ils encore très amicaux envers la Suisse? Il est permis de se poser la question, car, dans les situations de crise, les intérêts des Etats priment sur leurs amitiés, comme l'exprimait si justement Churchill. D'ailleurs les différentes attaques menées contre notre pays au cours de ces dernières années (affaires des fonds en déshérence, conflits fiscaux avec l’Allemagne et la France…) l'ont clairement démontré.

En conclusion, nous pouvons dire que l’argumentaire des référendaires est pour le moins léger et montre au mieux leur non-maîtrise du sujet ou, au pire, leur volonté de tromper nos concitoyens. Il constitue un écran de fumée destiné à masquer les vraies raisons de leur référendum: affaiblir l’armée au maximum à défaut de pouvoir la supprimer. (Fin)

Gripen F Demonstrator. Au second plan, le Cervin (© DDPS)

Gripen F Demonstrator. Au second plan, le Cervin (© DDPS)

Gripen F Demonstrator au-dessus des nuages lors d'un vol en Suisse (© DDPS)

Gripen F Demonstrator au-dessus des nuages lors d'un vol en Suisse (© DDPS)

Voir les commentaires

L'argumentaire du Comité anti-Gripen: un écran de fumée (2)

Publié le par Dimitry Queloz

Les référendaires affirment également que les capacités des forces aériennes suisses, avec leurs 32 F/A-18 récemment modernisés, sont actuellement largement suffisantes pour assurer les missions de police de l’air et qu’il n’est, par conséquent, pas nécessaire d’acheter un nouvel avion de combat pour remplacer les Tiger qui seront bientôt retirés du service. Remarquons au passage que les opposants au Gripen font, dans ce cadre, l’éloge du F/A-18 et de ses performances, alors qu’ils l’ont fortement critiqué au début des années 1990 et qu’ils ont lancé une initiative pour en empêcher l’achat!

L’argumentation des référendaires en matière de capacités repose essentiellement sur des comparaisons avec divers pays européens. Invoquant notamment que l’Allemagne n’aurait que 4 avions en permanence prêts à décoller pour assurer la police de l’air et que l’armée de l’air autrichienne, avec ses 12 appareils, parviendrait à remplir cette mission, les opposants au Gripen essayent de faire acroire que les forces aériennes helvétiques sont, en fin de compte, déjà suréquipées avec les moyens en service.

Il est vrai que dans de nombreux pays européens, les forces aériennes ont vu leurs effectifs se réduire de manière significative depuis la fin de la Guerre froide. Depuis quelques années cependant, ces réductions ne sont nullement le fait d’une amélioration de la situation géopolitique internationale, mais uniquement la conséquence de la crise économique, doublée parfois aussi de l’augmentation des coûts de développement de certains programmes d’armement. De plus, comparaison n’est pas forcément raison. La situation géopolitique de la Suisse n’est pas identique à celles d’autres Etats européens. D’une part, nombre d’organisations internationales ont leur siège en Suisse. Celle-ci doit donc être en mesure de leur garantir une sécurité maximale dans la troisième dimension. La place de la Suisse internationale est ici, clairement, en jeu. D’autre part, carrefour aérien de première importance au cœur de l’Europe, le ciel helvétique est parmi les plus fréquentés du continent. Les missions de contrôle et de surveillance du trafic aérien sont donc proportionnellement plus importantes pour la Suisse que pour d’autres Etats. Pour les deux raisons que nous venons de voir, cette charge s’accroitrait bien évidemment en cas de détérioration de la situation internationale.

Par ailleurs, l’exemple de la République tchèque montre bien que certaines comparaisons faites à la légère sont trompeuses. L’armée de l’air de ce pays, qui dispose de 14 chasseurs (12 Gripen C et 2 Gripen D biplaces), est en mesure de faire décoller des patrouilles pour assurer la police aérienne 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Cependant, selon l’aveu de son commandant, elle ne peut plus, en raison de ses effectifs réduits, assurer les autres missions dévolues habituellement aux forces aériennes. De plus, le temps de réaction des patrouilles est de 15 minutes. Pour la Suisse, un pareil délai d’engagement signifierait qu’il serait à peu près impossible d’intercepter un appareil suspect volant à 800 km/h puisqu’il aurait souvent le temps de traverser le territoire avant d’être rejoint par les chasseurs helvétiques!

En réalité, les moyens actuels des forces aériennes suisses ne sont pas suffisants pour assurer en même temps la police de l’air de manière efficace et permanente, ainsi que les différentes autres missions d’entraînement (combat aérien, reconnaissance, attaque au sol). Ils ne permettraient en fait même pas de faire face à une situation de crise de moyenne durée. En effet, les 32 F/A-18 ne pourraient garantir la police de l’air de façon permanente que durant deux semaines et demie. Cette période ne pourrait par ailleurs pas être réellement prolongée, contrairement à ce que prétendent les référendaires qui affirment qu’il suffirait de faire travailler davantage les personnels chargés de la maintenance des appareils pour obtenir une meilleure disponibilité! (A suivre)

Gripen F Demonstrator en vol à l'Axalp (© DDPS)

Gripen F Demonstrator en vol à l'Axalp (© DDPS)

Voir les commentaires

L’argumentaire du Comité anti-Gripen: Un écran de fumée (1)

Publié le par Dimitry Queloz

Le Comité anti-Gripen a réuni les signatures nécessaires à son référendum lancé en automne dernier. Le 14 janvier, il les a déposées à la Chancellerie fédérale et le peuple suisse se prononcera le 18 mai prochain. Les référendaires ont tiré la leçon du cuisant échec des opposants à l’armée de septembre dernier – rappelons que le peuple a rejeté leur initiative sur la suppression du service obligatoire à plus de 73%. Depuis le début de la récolte des signatures, ils ont en effet adopté une tactique de campagne visant à se présenter comme des partisans d’une armée rénovée et moderne, adaptée aux besoins de ce début du XXIe siècle, et non comme des opposants absolus à l’institution. C’est ainsi, par exemple, que le GSsA fait actuellement profil bas et que certains politiciens qui ont toujours voulu la suppression ou, à tout le moins, l’affaiblissement de l’armée se montrent sous un jour nouveau en mettant beaucoup d’eau dans le vin de leurs discours.

Cherchant à masquer leurs intentions réelles, les opposants à l’acquisition du nouvel avion de combat ont donc développé une argumentation reposant essentiellement sur quatre piliers: l’importance des coûts de l’achat; l’insuffisance des performances du Gripen; les capacités suffisantes des forces aériennes pour assurer la police de l’air; la coopération avec les Etats voisins.

Comme le prix d’achat des Gripen est inférieur à celui de ses concurrents rejetés, les référendaires ne peuvent critiquer le fait d’avoir choisi l’avion le plus cher. Ils ont donc recours à des arguments particulièrement spécieux dans le but de gonfler artificiellement les coûts d’acquisition. Jonglant avec les milliards et les principes budgétaires, ils ajoutent les coûts d’entretien, de maintenance et d’exploitation de l’appareil. C’est ainsi que, selon eux, la facture ne serait pas seulement de 3,1 milliards, mais de plus de 9!

Cette somme, impressionnante, relève de la pure fantaisie. D’une part, elle est largement surévaluée comme le montre un article du blog avia news pour qui le total est de 7,5 milliards. D’autre part, si l’on veut tenir compte de l’ensemble des coûts d’un système d’armement, il faut les répartir sur sa durée de vie totale. Dès lors, la dépense annuelle se monte à un peu plus de 300 millions, soit environ 6,4% du budget annuel de l’armée et 0,5% de celui de la Confédération. Voilà des chiffres infiniment plus modestes que la somme brute de plus de 9 milliards mentionnée par les référendaires!

Comme à l’accoutumé lorsqu’il s’agit de dépenses militaires, les opposants au Gripen affirment en outre que l’argent consacré à l’achat du nouvel avion pourrait être dépensé plus utilement dans d’autres domaines. Ils égrènent donc la traditionnelle liste des secteurs dont les budgets sont insuffisants (AVS, formation, transports, protection de l’environnement…) tout en omettant bien sûr de dire que la somme destinée à l’achat du Gripen sera prise sur le budget ordinaire du DDPS et qu’en cas d’acceptation du référendum elle restera à disposition de ce département.

Le deuxième volet de l’argumentation des référendaires touche aux performances du Gripen. D’une part, ils affirment que celles-ci sont insuffisantes en se basant sur les évaluations effectuées au début de la procédure d’acquisition. D’autre part, qualifiant l’appareil suédois d’"avion de papier", ils insistent sur le fait que son développement n’est pas terminé. Les performances réelles n’étant dès lors pas encore connues, ils soulignent les risques techniques et financiers du projet et agitent le spectre d’une nouvelle "affaire des Mirage".

Outre le problème de la contradiction – on ne peut en effet pas affirmer que les performances d’un avion sont à la fois insuffisantes et inconnues – l’argumentation est, dans ce domaine également, fallacieuse. La comparaison avec l’"affaire des Mirage" est extravagante tant les situations sont différentes. Quant aux risques techniques et financiers, ils sont actuellement résiduels. Le contrat contient en effet de solides garanties financières de l’Etat suédois. De plus, le développement des systèmes du Gripen est presque achevé. Le programme, qui comprenait cinq phases, arrive à son terme, de sorte que les équipements ont été testés avec succès sur un appareil de démonstration. La construction de trois Gripen E – la version achetée par la Suisse – de présérie a par ailleurs déjà commencé au milieu de 2013 et le premier d’entre eux devrait voler à la fin de cette année. Le Gripen n’est donc pas un "avion de papier" et la plupart de ses performances sont connues. (A suivre)

Voir les commentaires

"Au front et à l'arrière"

Publié le par Dimitry Queloz

La Première Guerre mondiale et ses champs de bataille militaires et sociétaux

En cette année 2014 de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, les manifestations ne manqueront pas. Ainsi, l’Association Suisse d’Histoire et de Sciences Militaires (ASHSM) et l’Académie militaire de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich organisent un colloque international sur le thème: "Au front et à l’arrière: La Première Guerre mondiale et ses champs de bataille militaires et sociétaux". Ce colloque, au cours duquel nous aurons le plaisir de présenter une communication sur la doctrine et les pratiques de l’armée française, se déroulera le vendredi 28 février et le samedi 1er mars prochain au bâtiment principal de l’Ecole polytechnique fédérale à Zurich.

L’approche choisie par les organisateurs du colloque est à la fois supranationale, avec notamment des communications sur les armées française, allemande et suisse, comparative et, surtout, multi-perspective. En ce qui concerne l’histoire militaire comprise dans son sens restreint, trois grands thèmes sont au programme: les changements dans la formation des forces armées, la motivation au combat des troupes, les défis tactiques et opératifs engendrés par la nouvelle forme de guerre - la guerre des tranchées - et les solutions adoptées pour y répondre.

Les problématiques ne se limitent toutefois pas au seul domaine de l’histoire militaire, mais concernent également l’histoire sociale et l’histoire culturelle. C’est ainsi que seront également traitées la question de la Première Guerre mondiale en tant que guerre totale et celle de son souvenir et de sa mémoire.

Organisation: Prof. Dr. Rudolf Jaun (Université de Zurich et ASHSM), Dr. Michael Olsansky (Académie militaire de l’EPF de Zurich et ASHSM).

Liste des intervenants: Béatrice Ziegler (Zurich), Sacha Zala (Genève), Georges-Henri Soutou (Paris), Adrian Wettstein (Zurich), Günther Kronenbitter (Augsburg), Ian Beckett (Canterbury), Nicolas Offenstadt (Paris), Markus Pöhlmann (Potsdam), Dimitry Queloz (Neuchâtel), Gerhard Gross (Potsdam), Stig Förster (Berne), Sönke Neitzel (Londres), Roger Chickering (Washington), Michael Epkenhans (Potsdam), Roman Rossfeld (Zurich), Gerd Krumeich (Düsseldorf), Martin Schmitz (Augsburg), Wim Klinkert (Amsterdam) et Michael Olsansky (Zurich).

Le colloque s’adresse à toutes les personnes intéressées par le sujet, même les non-spécialistes. La participation est gratuite pour les étudiants. Pour davantage de renseignements, consulter le site de l’ASHSM: www.militariahelvetica.ch/fr/ashsm.

(© ASHSM)

(© ASHSM)

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 > >>