Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #suisse tag

Place d'armes aux Frannches-Montagnes ou à Bure?

Publié le par Dimitry Queloz

VIFIAN, Edouard, Place d’armes aux Franches-Montagnes ou à Bure? Influence sur la Question jurassienne, Porrentruy, Société jurassienne des officiers, 2015, 120 pages

Cet ouvrage, issu d’un travail de diplôme présenté à l’Académie militaire de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, s’intéresse aux deux épisodes majeurs de l’histoire du Jura bernois et du Jura de la seconde moitié du XXe siècle, l’installation d’une place d’armes et la Question jurassienne, ainsi qu’aux liens qui les unissent. A l’origine, les deux thèmes n’ont aucun rapport entre eux, mais, dans les années 1960, le Rassemblement jurassien (RJ) instrumentalise la question de la place d’armes et crée de toutes pièces un lien avec celle de la création du Jura.

L’installation d’une place d’armes dans le Jura bernois est un véritable serpent de mer. Elle a duré une trentaine d’années – de 1930 à 1960 environ – et s’est déclinée en plusieurs variantes. Le Département Militaire Fédéral (DMF) a successivement étudié trois possibilités dans la région des Franches-Montagnes: une place d’armes d’artillerie aux Breuleux à la fin des années 1940, une place d’exercices pour les troupes blindées dans la région Les Genevez – Lajoux – Montfaucon en 1956, un centre d’acclimatation des chevaux dans la même région en 1962.

A ces trois projets émanant du DMF vient s’ajouter une proposition de l’Association pour la défense des intérêts du Jura de juin 1935 qui recommandait l’implantation d’un camp militaire dans le but de soutenir l’économie locale durement touchée par la crise économique, ainsi que, peut-être, – selon les dires de certains militants, mais sans que l’on trouve de trace dans les archives militaires – un projet de polygone de tir dans la région de Bellelay au début des années 1930.

Parallèlement, le DMF a étudié d’autres possibilités dans le district de Delémont et en Ajoie, à partir de 1948. Finalement, c’est le projet de place d’armes pour les blindés à Bure qui est retenu en 1957. Les travaux de construction commencent en 1960 et l’inauguration des installations a lieu en 1968. Principale place d’armes des troupes blindées, Bure joue un rôle central dans l’instruction des troupes car elle permet d’entraîner le combat en formation, jusqu’à l’échelon du bataillon. Actuellement, elle dispose de moyens de simulation qui en font un des centres d’instruction parmi les plus modernes d’Europe.

Au début, les opposants à l’installation d’une place d’armes développent des arguments qui sont sans liens avec la Question jurassienne. Dans une région largement agricole et à une époque où l’on se souvient encore des restrictions alimentaires de la Deuxième Guerre mondiale, on veut préserver des terres pour l’agriculture. Des considérations relevant de l’écologie et de la protection du patrimoine sont également avancées. On craint les nuisances des chars, la modification des paysages… On ne trouve pas trace d’antimilitarisme ou d’antipatriotisme. D’ailleurs, les relations entre la population jurassienne et l’armée sont, depuis longtemps, cordiales, comme le montre la "symbiose" entre les Jurassiens et l’armée au cours des deux Guerres mondiales.

Cependant, dans les années 1960, le Rassemblement jurassien, qui vient de subir un échec en votation populaire – en 1959, les citoyens bernois rejettent l’initiative du RJ, lancée en 1957, demandant l’organisation d’un plébiscite dans les sept districts jurassiens –, doit modifier sa stratégie. Apparaît alors un nouvel argumentaire anti-place d’armes dont l’honnêteté intellectuelle n’est pas la première des qualités, mais qui sait très habilement exploiter les maladresses, pour ne pas dire plus, du DMF. Mettant en relation étroite les deux questions, il peut être résumé ainsi: l’installation d’une place d’armes dans le Jura bernois doit permettre de contrôler la région et sa population, d’empêcher la création d’un nouveau canton. Dès lors, "lutter contre la place d’armes et pour le Jura, [c’est] le même combat".

On regrette vivement que l’auteur n’ait pas eu accès aux archives du RJ qui ne sont pas facilement consultables par le public. Elles doivent en effet contenir des mines d’information sur le sujet. Pour terminer, notons encore que l’ouvrage est enrichi d’une très intéressante iconographie ainsi que de documents nombreux et variés.

(© blogdéfense)

(© blogdéfense)

Voir les commentaires

Loi sur le renseignement : un "Oui" net et sans appel, mais qui ne résout pas tous les problèmes!

Publié le par Dimitry Queloz

Hier, le peuple suisse a dit un "Oui" très net à la Loi sur le renseignement: plus de 65% des votants et tous les cantons l’ont acceptée. Cette victoire était prévisible. L’évolution plus qu’inquiétante du contexte sécuritaire mondial a bien évidemment joué un rôle déterminant dans la décision des citoyens suisses. Si la loi s’applique aux cas de terrorisme, d’espionnage, de dissémination d’armes de destruction massive et d’attaque contre les infrastructures importantes, c’est sans aucun doute à la première de ses menaces, et plus particulièrement au terrorisme islamiste, que le peuple a pensé en votant. En effet, celui-ci représentera une menace existentielle pour les prochaines décennies et il ne peut plus être minimisé comme cela a été le cas au cours des années 2000.

La nouvelle Loi sur le renseignement, qui devrait entrer en vigueur dans une année, est adaptée à la modernité et au contexte sécuritaire actuel. Elle tient compte à la fois de l’évolution technique des dernières décennies, notamment dans les domaines de l’informatique et des communications, et du nouveau visage adopté par les organisations terroristes islamistes, aussi bien en ce qui concerne les structures que les pratiques. Elle permettra de lutter beaucoup plus efficacement que maintenant contre les djihadistes et les terroristes installés en Suisse ou voulant agir sur son territoire.

Cette amélioration en matière d’efficacité ne constitue toutefois pas la seule vertu de la nouvelle loi. Elle renforcera tout d’abord l’autonomie des autorités suisses en matière de décision, donc la souveraineté nationale. Grâce à l’augmentation qualitative et quantitative des renseignements "maison", la Suisse sera en effet moins dépendante des informations en provenance de l’étranger. Les rétentions d’informations ou les problèmes de transmission porteront moins à conséquence sur la sécurité de notre pays. Par ailleurs, les risques de manipulation de la part de puissances tierces seront moindres, tandis que les possibilités de pression – fourniture de renseignements en échange de services quelconques – vont également diminuer.

Le deuxième grand avantage procuré par la nouvelle loi est le renforcement de la crédibilité et de la marge de manœuvre des services de renseignements suisses au niveau international. Disposant de meilleurs renseignements, tant qualitativement que quantitativement, le SRC sera considéré comme un partenaire plus sérieux par les autres services. Il aura davantage la possibilité de discuter d’égal à égal avec ces derniers et possédera de meilleurs atouts dans le cadre des coopérations avec ses homologues étrangers. La position de la Suisse dans le réseau sécuritaire international sera ainsi renforcée.

L’acceptation de la nouvelle Loi sur le renseignement représente donc un progrès significatif dans la lutte contre le terrorisme islamiste. Elle ne représente toutefois pas un élément suffisant pour vaincre la menace islamiste dont le terrorisme ne représente qu’un des aspects, celui qui est le plus violent. Pour remporter la victoire contre cette idéologie religieuse totalitaire, il faudra deux autres conditions. La première relève du domaine judiciaire. Il ne sert en effet à rien d’identifier et/ou d’arrêter plus facilement des djihadistes et des terroristes, potentiels ou ayant passé à l’acte, ainsi que leurs complices, si la justice ne les condamne pas de manière appropriée.

Ensuite, et surtout, le terrorisme islamiste ne représente – il faut insister sur ce point capital – que le volet le plus dangereux de l’islamisme. Il prospère sur le terreau idéologique que constitue ce dernier et c’est contre lui qu’il faudra absolument lutter avec davantage de sérieux qu’au cours de ces dernières années, en comprenant bien qu’il s’agit d’une guerre de civilisation et que la lutte se fera sur le terrain de la culture et des valeurs.

Depuis plusieurs décennies, l’islamisme s’installe de manière insidieuse dans nos sociétés occidentales, comme il l’a fait précédemment dans les Etats musulmans, sans que le danger ait été réellement pris en considération. La dernière enquête publiée en France, qui confirme toutes les études précédentes faites en Europe, montre bien à quel point la situation est actuellement critique. Moins de la moitié des musulmans français sont totalement intégrés et acceptent les lois de la République. Un autre quart est en accord avec les principes de la charia tout en disant accepter ceux de la laïcité. Les individus de cette catégorie se situent donc dans une marge grise et certains d'entre eux peuvent basculer à tout moment dans une idéologie plus radicale. Enfin, plus de 28% affirment la supériorité de la charia sur les lois françaises. Ces musulmans sont donc clairement islamistes et, même s’ils ne sont que quiétistes, ils défendent des valeurs qui sont incompatibles avec celles de la société française. De plus, ils constituent le milieu favorable dans lequel peuvent se développer et prospérer les islamistes politisés et djihadistes qui représentent une menace existentielle pour la société française – et par delà occidentale – puisqu’ils veulent lui imposer leur idéologie totalitaire.

28% d’une communauté estimée à 5 à 6% de la population française, cela semble bien peu. Toutefois, en chiffres, cela représente au moins 1 million de personnes! Sans réaction très forte de notre part, nous n’avons pas fini de voir des burkas, des burkinis … et des attentats!

Voir les commentaires

Police aérienne 24: Interview du colonel EMG Peter Bruns (2 et fin)

Publié le par Dimitry Queloz

Le F-5 Tiger arrive maintenant en fin de carrière. Peut-il malgré tout encore être utilisé pour les missions de police aérienne? Si oui, est-il en mesure de le faire dans toutes les circonstances?

Le F-5 Tiger ne peut pas être employé dans le cadre du projet PA24 qui nécessite des appareils pouvant voler de jour comme de nuit, dans toutes les conditions météorologiques. Il ne peut en effet être engagé que de jour et en dehors des nuages.

Une modernisation des Tiger permettrait-elle une utilisation plus importante de ces appareils pour la police de l’air?

Après les études qui ont été menées, il n’est plus envisagé de moderniser les Tiger.

Une fois le projet mené à terme, combien d’avions seront, au total, nécessaires pour remplir la mission? Quel pourcentage de la flotte de F/A-18 ce chiffre représente-t-il?

Le projet PA24 prévoit que deux avions soient disponibles en permanence. Il n’y aura pas un nombre spécifique d’avions dédiés à cette mission, qui sera par ailleurs prioritaire. Les appareils nécessaires seront puisés dans la flotte de F/A-18. Le nombre de F/A-18 en service actuellement sera suffisant pour les besoins de PA24. Celui-ci entraînera d’ailleurs une meilleure disponibilité des appareils. L’augmentation du nombre de mécaniciens et leur présence permanente permettra d’effectuer plus rapidement les travaux de maintenance habituels.

En revanche, si nous devions régulièrement faire décoller des avions dans le cadre de PA24 ou leur faire effectuer des patrouilles permanentes, nous n’aurions pas assez d’appareils.

Pour le moment, la police aérienne est en partie assurée dans le cadre de collaborations avec les Forces aériennes des pays voisins. Pouvez-vous nous expliquer comment fonctionnent ces collaborations? Y a-t-il des différences d’un pays à l’autre?

Avant de répondre à votre question, j’aimerais apporter quelques précisions par rapport aux missions de police aérienne et aux possibilités de collaboration avec l’étranger. Si l’on prend le cas de l’OTAN, qui effectue notamment des missions de police aérienne au-dessus des Pays baltes, les missions ne concernent que les menaces militaires. Les avions décollent sous la direction de l’OTAN seulement si les intrus ou les contrevenants sont des appareils militaires. En revanche, si les intrus ou les contrevenants sont civils, la conduite opérationnelle est du ressort de l’Etat. Si ce dernier n’a pas cette possibilité de conduite, il ne se passe rien. C’est à l’Etat d’assurer la police de l’air de son espace aérien pour les problèmes non-militaires, les autres pays ne le feront pas à sa place.

En ce qui concerne la Suisse, nous avons divers accords avec les Etats voisins. Tous ces accords concernent les menaces non-militaires et sont basés sur le principe de la réciprocité. Tout d’abord, il y a des échanges d’informations avec tous les voisins, soit la France, l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie. Ce premier aspect est fondamental en raison de la densité du trafic, de l’interconnexion des espaces aériens et de la rapidité des avions.

Avec trois de nos voisins – la France, l’Allemagne et l’Italie –, nous avons des accords d’accompagnement. Un avion peut franchir la frontière de l’Etat partenaire, avec son autorisation, pour suivre un cas qui est, dans l’idéal, transmis ensuite à l’aviation de cet Etat.

Enfin, avec la France et l’Italie seulement, nous avons des accords qui permettent de forcer un appareil à atterrir sur sol étranger.

En revanche, il n’y a aucun accord en ce qui concerne la possibilité d’ouvrir le feu dans l’espace aérien des Etats voisins. Chaque Etat garde souverainement le droit d’abattre un appareil dans son espace aérien et il n’existe pas de délégation d’ordre de tir.

Identification d'un Bombardier Global Express 5000 de la République fédérale d'Allemagne par des F/A-18 (© DDPS)

Identification d'un Bombardier Global Express 5000 de la République fédérale d'Allemagne par des F/A-18 (© DDPS)

Les drones civils de toutes sortes représentent un problème croissant pour la sécurité aérienne. Ce nouveau danger est-il pris en compte dans le cadre de PA24? Dispose-t-on actuellement des moyens nécessaires pour repérer, identifier et, le cas échéant, détruire des drones civils?

La présence des drones dans l’espace aérien est un vrai problème et il constituera un thème important dans le futur. Actuellement, la gestion des drones est répartie entre la police, qui s’occupe de ceux qui ont une masse inférieure à 30 kg, et l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC), qui a la charge des autres. La première catégorie ne concerne pas le projet PA24. En ce qui concerne la seconde, nous menons des études concernant les possibilités d’interception. Par exemple, nous avons fait un exercice avec un drone ADS 95 des Forces aériennes qui a démontré que les F/A-18 étaient tout à fait en mesure de les intercepter.

Après plus de six mois d’expérience, quels sont les principaux enseignements qui ont déjà pu être tirés?

Deux journées ont été particulièrement intenses. La première est celle du 6 mai, le vendredi du pont de l’Ascension. Ce jour-là, nous avons mené deux missions effectives. La première concernait une pénétration dans la zone contrôlée de l’espace aérien de l’aéroport de Berne. La seconde a eu lieu en raison d’une panne de radio.

La deuxième journée a été très médiatisée. Le 5 juillet, nous avons fait décoller deux F/A-18 pour intercepter un Boeing 747 de la compagnie israélienne El Al effectuant un vol New York – Tel Aviv. Il s’agissait d’un cas normal pour les Forces aériennes. La France nous avait informés de la situation et nous avons engagé les appareils en alerte dans le cadre de PA24 qui ont effectué un vol supersonique. Cet engagement, qui s’est passé sans aucun incident, a eu lieu durant une plage horaire qui n’était pas couverte par le service de police aérienne d’avant PA24. L’intérêt des médias est venu tardivement, lorsqu’il a été révélé que l’avion israélien était victime d’une menace d’attentat à la bombe.

D’une manière plus générale, le fait de travailler plus régulièrement qu’avant dans le cadre d’un QRA 15’ nous a permis de gagner en efficience et en rapidité. Nous avons fait des progrès dans les procédures qui ont été améliorées. Nous sommes en mesure de décoller plus vite et nous sommes également prêts plus rapidement pour effectuer une nouvelle mission au retour d’un engagement. Nous avons également besoin de moins de personnels que prévu au départ. (Fin)

24 juillet 2014: Identification visuelle de l'Airbus A330-343 "Neuchâtel" de la compagnie Swiss par des F/A-18 (© DDPS)

24 juillet 2014: Identification visuelle de l'Airbus A330-343 "Neuchâtel" de la compagnie Swiss par des F/A-18 (© DDPS)

Voir les commentaires

Police aérienne 24: Interview du colonel EMG Peter Bruns (1)

Publié le par Dimitry Queloz

En 2008, on découvrait – ou faisait semblant de découvrir pour certains – que les Forces aériennes suisses n’assuraient pas la police aérienne de manière permanente. En réaction, l’ancien conseiller aux Etats Hans Hess déposait, l’année suivante, une motion parlementaire demandant aux Forces aériennes de remplir cette mission en tout temps. Il en est résulté le projet de service de police aérienne 24 (PA24) dont la mise en application a commencé au début de cette année. Après six mois d’expérience, il nous a paru intéressant de faire le point sur le sujet. Nous avons eu l’occasion de rencontrer en juillet dernier le colonel EMG Peter Bruns, chef du projet PA24, qui a eu l’amabilité de répondre à nos questions. Nous lui adressons nos plus vifs remerciements pour son accueil cordial et le temps qu’il nous a accordé.

Le colonel EMG Bruns est un pilote professionnel. Il a 3'000 heures de vol sur des avions de type Vampire, PC-7, Hawk, F-5 Tiger et F/A-18 Hornet. Ancien de l’escadrille 11 et de l’escadre de surveillance, il est actuellement chef de la centrale des opérations des Forces aériennes depuis 2010 et remplaçant du chef des opérations des Forces aériennes. Depuis 2011, il dirige le projet PA24.

Depuis le début de cette année, le projet PA24 commence à être mis en application. Quel est le dispositif en place actuellement et quelles sont les grandes étapes de ce projet jusqu’à sa réalisation complète en 2020?

Le dispositif actuel comprend deux F/A-18 prêts à décoller en l’espace de 15 minutes au maximum entre 8 heures et 18 heures, cinq jours par semaine. Les deux appareils sont armés (canons, missiles Sidewinder et AMRAAM). Précisons qu’une intervention de police aérienne se fait toujours par deux. Un des avions vient se positionner sur la gauche de l’appareil intercepté. Il procède à l’identification visuelle et observe le comportement de l’équipage et des passagers. Le second avion se place derrière. Sa tâche consiste à observer la situation en général et à aider son co-équipier. C’est également à lui qu’incomberait la mission d’abattre l’appareil intercepté, le cas échéant. Le QRA (Quick Reaction Alert) des deux appareils est de 15 minutes. Ce délai, que le public considère souvent comme long, correspond toutefois aux standards internationaux en matière de police aérienne.

A partir du 2 janvier 2017, le projet connaîtra une nouvelle étape importante avec le passage à sept jours par semaine, tout en conservant le même horaire. Dès le 1er janvier 2019, l’horaire sera étendu: le service aura lieu entre 06h00 et 22h00. Cela permettra de pouvoir intervenir durant les heures couvrant plus de 90% du trafic aérien en Suisse. La capacité à remplir la mission de police aérienne de manière permanente sera atteinte à la fin de 2020. Jusqu’à cette date, il y aura, ponctuellement et sans information publique, des jours où le dispositif fonctionnera durant 24 heures.

Ces délais peuvent paraître longs, mais il faut du temps pour former le personnel nécessaire. Toutes les tâches sont remplies par des professionnels hautement qualifiés dont la sélection et la formation durent plusieurs années. Par exemple, celle d’un contrôleur aérien de Skyguide est de trois ans. Il faut aussi tenir compte des capacités de formation à disposition qui ne permettent pas d’instruire en une seule fois l’ensemble des personnels nécessaires. Enfin, il y a une grande variété de personnels et d’acteurs différents. En plus des pilotes appartenant aux Forces aériennes, le personnel est fourni par la Base logistique de l’armée (BLA), la Base d’aide au commandement (BAC) et Skyguide.

Le colonel EMG Peter Bruns, chef du projet Police aérienne 24 (© DDPS)

Le colonel EMG Peter Bruns, chef du projet Police aérienne 24 (© DDPS)

A propos de ce personnel, combien faudra-t-il en engager en plus par rapport à la situation antérieure? Quels seront les coûts de fonctionnement de l’organisation?

Le projet nécessite un peu plus d’une dizaine de pilotes supplémentaires, dont six pour l’engagement des avions proprement dit et 7 à 8 autres pour assurer la conduite et les opérations. Le gros des effectifs est cependant constitué par le reste du personnel (mécaniciens et piquet de sauvetage). Au total, il faudra engager 105 personnes, sans compter les contrôleurs aériens de Skyguide qui fournit aux Forces aériennes une prestation contre facture. Le coût total sera de maximum 30 mio de francs par année. Dans ces dépenses sont compris tous les coûts, y compris les prestations de Skyguide.

Actuellement, la police aérienne s’effectue depuis la Base aérienne de Payerne. D’autres bases pourraient-elles aussi être affectées à cette mission? Que se passe-t-il par exemple lors de travaux d’entretien sur la piste de Payerne?

La Base aérienne de Payerne est celle qui dispose des meilleures infrastructures et qui offre les meilleures conditions d’engagement. Deux autres places sont également employées, Emmen et Meiringen. Elles le seront notamment en août de cette année en raison de travaux effectués à Payerne et de la présence de la Fête fédérale de lutte sur l’aérodrome. Emmen offre cependant de moins bonnes infrastructures que Payerne. Pour Meiringen, si les infrastructures sont équivalentes à celles de Payerne, elle nécessite plus de personnels pour le contrôle aérien en raison des procédures de vol plus complexes liées aux conditions naturelles du site.

La mission de police aérienne incombe principalement aux F/A-18. Y a-t-il d’autres moyens aériens engagés, par exemple des hélicoptères pour intercepter des appareils volant à très faible vitesse ou à très basse altitude?

Pour la permanence, seuls les F/A-18 sont effectivement employés. Pour les autres cas, divers moyens peuvent être utilisés. Par exemple, il arrive, au quotidien, que l’on engage un avion déjà présent en l’air pour effectuer une mission de police de l’air. Dans certains cas spécifiques, comme lors de manifestation comme le World Economic Forum (WEF), des PC-7 ou des Super Puma sont aussi engagés. Ces derniers peuvent être armés avec des équipes des forces spéciales.

Pour les avions volant lentement, l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a mis en place des procédures particulières pour permettre une interception par des jets. Pour les Forces aériennes, il n’y a pas de problème, le F/A-18 pouvant, lui aussi, voler à des vitesses relativement faibles. (A suivre)

3 avril 2008: interception d'un avion des Forces aériennes royales néerlandaises par des F/A-18 des Forces aériennes suisses (© DDPS)

3 avril 2008: interception d'un avion des Forces aériennes royales néerlandaises par des F/A-18 des Forces aériennes suisses (© DDPS)

Voir les commentaires

Rapport 2016 du SRC (4 et fin)

Publié le par Dimitry Queloz

Lutte contre l’influence culturelle étrangère et promotion des normes chinoises

En cette période de globalisation et de circulation rapide de l’information via les différents médias, la Chine a mis en place une véritable politique de lutte contre l’influence culturelle étrangère et de promotion de ses propres normes. Cette importance accordée au soft power se traduit notamment par le développement d’un vaste réseau mondial d’instituts Confucius et l’ouverture de nombreux bureaux de la télévision centrale chinoise dans le monde entier.

Cette volonté de se prémunir des influences idéologiques externes s’explique par le fait que le système politique est de type communiste et autoritaire. Le rapport du SRC mentionne en effet un document du parti communiste chinois de 2013 mettant en garde contre les dangers que représentent notamment "la liberté de la presse, les droits de l’homme universels, la démocratie multipartite, l’Etat de droit et le constitutionnalisme".

Toutefois, l’attitude des autorités chinoises s’expliquent, selon nous, sans doute aussi par d’autres facteurs. Il ne faut pas négliger les aspects nationalistes de la posture chinoise. Le souvenir du "siècle de la honte nationale" durant lequel l’influence culturelle étrangère a été très forte, avec les conséquences négatives dont nous avons parlé, en est un. De plus, il ne faut pas oublier non plus que la Chine est un Etat multiséculaire et que sa culture est multimillénaire. Pourquoi devrait-elle accepter des normes extérieures en provenance de puissances sur le déclin ou beaucoup plus récentes qu’elle?

Les nouvelles Routes (maritimes et terrestres) de la Soie (© blogdéfense)

Les nouvelles Routes (maritimes et terrestres) de la Soie (© blogdéfense)

Emploi de la puissance économique comme moyen d’influence mondial

A travers les deux initiatives mentionnées – Routes de la Soie et Asian Infrastructure Investment Bank (AIIB) –, la Chine cherche à recréer l’ancien système des tributs. Comme à l’époque, le but est, via des investissements économiques massifs, de mettre en place "une nouvelle architecture économique régionale, qui va mettre les Etats environnants dans un rapport de dépendance accru vis-à-vis de la Chine". Le système, qui regroupera plus de 50 Etats d’Asie, d’Afrique et d’Europe, repose sur des accords bilatéraux. La Chine se trouve au centre de ce système hiérarchique et c’est elle qui "pilote le flux des biens commerciaux vers les pays rattachés".

En ce qui concerne plus directement la Suisse, le SRC voit le développement de la puissance chinoise comme une opportunité, mais aussi un risque. Si la Suisse profite de cette situation, notamment dans les domaines du tourisme et des exportations, le SRC perçoit au moins deux risques majeurs. Tout d’abord, la dépendance accrue de la santé économique helvétique vis-à-vis de la croissance économique chinoise. Un ralentissement économique ou une forte variation du yuan peuvent avoir un impact négatif important sur l’économie suisse.

L’autre risque réside dans le fait que la Chine pourrait devenir prochainement une concurrente pour certaines branches économiques suisses. En effet, les investisseurs chinois s’intéressent tout particulièrement à des secteurs dans lesquels la Suisse occupe une position dominante, comme les industries innovantes, les services financiers et le tourisme, et pour lesquels la Chine cherche à mener une politique de rattrapage. En investissant dans des entreprises suisses ou en les reprenant, la Chine acquiert un savoir-faire qu’elle ne possède pas et devient propriétaire de marques ayant une réputation mondiale de qualité.

De cette politique économique et culturelle chinoise, nous devrions, selon nous, retenir deux choses. Premièrement, le fait que la Chine ne laissera pas pénétrer sans rien faire des idéologies qui pourraient remettre en cause son unité et sa puissance. L’Occident devrait s’inspirer d’une telle attitude, notamment en ce qui concerne l’islamisme. Ensuite, il faudrait que nos dirigeants politiques aient toujours à l’esprit cette double politique de soft power et d'impérialisme économique dans le cadre de leurs relations avec la Chine et qu’ils ne se pâment pas d’aise et d’admiration lorsque des Chinois investissent massivement dans nos Etats ou rachètent nos fleurons économiques et industriels! (Fin)

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>