Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #suisse tag

DEVA ou la fin de l'euphorie kantienne (2)

Publié le par Dimitry Queloz

Une réforme marquée du sceau du réalisme

La réforme DEVA est marquée du sceau du réalisme. Elle tient en effet bien mieux compte que les deux précédentes organisations militaires des contraintes financières, démographiques et économiques propres au pays, ainsi que des limites du système de milice. Le fait d’inscrire la nouvelle réforme dans un cadre réaliste dans ces différents domaines doit être salué. L’armée vient de traverser en moins de vingt ans deux réformes majeures qui ont conduit à des impasses pour ne pas avoir suffisamment tenu compte de ces facteurs – notons toutefois que les problèmes de financement sont largement dus à la versatilité parlementaire. On ne peut donc qu’applaudir à la volonté de réaliser une réforme pérenne, économiquement et démographiquement viable dans le long terme. Cette stabilité est une question de survie pour notre armée qui ne peut, de par le système de milice, digérer de constantes réformes.

En ce qui concerne les moyens, c’est-à-dire le budget et les effectifs, le message du Conseil fédéral insiste sur la nécessité de maintenir un équilibre durable entre les ressources économiques et démographiques à disposition et les prestations à fournir. La diminution des effectifs et la faible augmentation du budget pèseront certes sur certaines capacités, notamment le combat classique, et c’est regrettable. L’évolution démographique, avec une baisse de la natalité, ne peut cependant pas être ignorée. Il est par ailleurs illusoire de penser, dans le contexte économique et politique actuel, et même si la situation internationale s’est notablement dégradée au cours de ces dernières années, que le Parlement accordera des moyens budgétaires nettement supérieurs qui permettraient de financer une armée moderne aux effectifs beaucoup plus importants.

A propos des effectifs et des moyens matériels, soulignons encore que la situation future ne sera pas fondamentalement différente (ni pire) qu’actuellement. La diminution des effectifs n’est en effet pas aussi importante qu’il y paraît au premier abord. Celle-ci est largement obtenue par la suppression des formations de réserve mal équipées et peu entraînées, donc peu disponibles à court et moyen termes – seules 20 formations actives sont supprimées sur un total de 72. Les 40'000 hommes du volant de "réserve" sont en outre bien mieux intégrés dans l’armée – leur disponibilité est donc supérieure – que les réserves d’Armée XXI. Quant aux moyens matériels, ils ne diminueront pas du fait de la réforme: les 134 chars de combat, les 133 obusiers et les 32 avions de combat qui équipent les brigades blindées et les forces aériennes resteront en service. L’élimination progressive des matériels désaffectés et obsolètes viendra par ailleurs redonner des capacités budgétaires supplémentaires pour l’acquisition de nouveaux moyens modernes indispensables dans les prochaines années.

La réforme de l’instruction constitue un deuxième aspect de ce réalisme de bon aloi. Armée XXI, désirant diminuer la charge de service des cadres, a raccourci la durée de leur école de recrues et celle de leurs paiements des galons. Il en a résulté des sous-officiers et des officiers plus jeunes et moins expérimentés. Le retour au système antérieur, avec une école de recrues complète pour tous et des paiements des galons dans le cadre d’écoles de recrues elles-aussi complètes, tient bien davantage compte des limites de notre système de milice, où les écoles de cadres sont moins longues que dans certaines armées professionnelles, ainsi que de l’expérience de vie et du commandement, forcément restreinte, de la jeunesse. Ce retour en arrière permettra de redonner aux cadres de milice une meilleure instruction technique et, surtout, une expérience dans la conduite des troupes, ainsi qu’une maturité dans la gestion des affaires humaines qui font actuellement défaut et qui constituaient des qualités importantes d’Armée 61 et d’Armée 95.

Enfin, le réalisme de la réforme tient aussi au fait qu’elle prend mieux en compte d'autres aspects du système de milice où les intérêts de l’économie, de la jeunesse et de l’armée sont en concurrence. Le raccourcissement de la durée des écoles de recrues et des cours de répétitions, la meilleure harmonisation des calendriers des services d’instruction de base avec ceux des universités et des hautes écoles devraient permettre de mieux concilier l’ensemble de ces intérêts. C'est le seul moyen si l'on veut éviter que les jeunes désireux de grader ne perdent un temps précieux dans leur formation civile ou finissent par renoncer devant de trop grands sacrifices, d'autant que le contexte actuel de la mondialisation et de la libre circulation des travailleurs exerce de fortes contraintes sur la vie professionnelle. (A suivre)

Voir les commentaires

DEVA ou la fin de l'euphorie kantienne (1)

Publié le par Dimitry Queloz

Après Armée 95 et Armée XXI, l’armée suisse s’apprête à vivre une nouvelle réforme – DEVA, pour Développement de l’armée – dont les Chambres fédérales ont commencé à débattre au cours de leur dernière session. Les délibérations se poursuivront jusqu’en 2015 et la nouvelle organisation de l’armée, une fois acceptée par le Parlement et si aucun référendum n’est lancé, devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2017.

Cette réforme constitue un retour au réalisme et marque la fin de l’euphorie kantienne née au lendemain de la chute du mur de Berlin. Avant de développer plus largement ces deux aspects dans de prochains articles, voici, dans ses grandes lignes, le projet DEVA.

Le cadre politico-budgétaire

Le message du Conseil fédéral du 3 septembre dernier fixe clairement le cadre politico-budgétaire de la nouvelle réforme. Le principe de neutralité de la Suisse est maintenu. De ce fait, la marge de manœuvre politique est étroite en ce qui concerne la coopération avec les Etats voisins. Celle-ci peut avoir lieu dans des domaines comme l’instruction, le partage d’informations et de renseignements, l’acquisition d’armements. En revanche, les possibilités de collaboration en matière d’engagement sont beaucoup plus restreintes, sauf en ce qui concerne la promotion de la paix. Il serait, par exemple, juridiquement très difficile de constituer une police de l’air totalement intégrée avec un ou plusieurs de nos voisins et absolument impossible de participer à la mise en place du système antimissiles développé par l’OTAN.

Les trois missions de l’armée – la défense, l’appui aux autorités civiles et la promotion de la paix – sont également maintenues. Définies dès le milieu des années 1990 – voir l’article 1 de la loi du 3 février 1995 sur l’armée – elles ont été reprises depuis lors dans tous les grands documents relatifs à l’organisation de l’armée et à la politique de sécurité: Constitution fédérale (article 58, alinéa 2), rapports sur la politique de sécurité de 2000 et de 2010, plan directeur de l’Armée XXI, rapport sur l’armée de 2010.

Quant au budget, il est, selon le vœu du Parlement, légèrement augmenté après plusieurs décennies de baisse ou de stagnation. Sa limite supérieure est désormais fixée à 5 mia de francs par année.

Une structure simplifiée et une instruction réorganisée

L’armée voit ses effectifs diminuer. Ils sont réduits à 100'000 militaires (effectifs réglementaires), qui permettent de constituer 106 bataillons, groupes et escadres, contre 178 aujourd’hui. Les effectifs réels sont toutefois de 140'000 hommes. Chaque formation dispose ainsi d’un volant de personnels de 40% permettant de maintenir ses effectifs réglementaires en dépit des dispenses diverses (obligations professionnelles, maladies, séjours à l’étranger…), causes fréquentes d’absence dans une armée de milice.

La structure de l’armée est simplifiée et comprend désormais trois domaines: instruction, engagement et appui, ce qui conduit à la création de deux nouvelles fonctions, toutes deux directement subordonnées au chef de l’armée: chef Opérations et chef Instruction. Le commandement des Opérations a comme principaux subordonnés directs les Forces terrestres – comprenant 2 brigades mécanisées, les forces spéciales et auxquelles peuvent être attribués des moyens supplémentaires – les 4 Divisions territoriales, dotées chacune notamment de 4 bataillons d’infanterie, la Police militaire et les Forces aériennes.

L’organisation de l’instruction est, elle aussi, largement revue et reprend nombre de principes des organisations antérieures. La nouvelle formation des cadres de milice vise à leur donner davantage d’expérience. Pour ce faire, les candidats à l’avancement suivent une école de recrues complète et paient leurs galons également dans une école de recrues complète, comme sous les régimes d’Armée 61 et, partiellement, d’Armée 95. Autre retour en arrière: le rythme bisannuel des écoles de recrues. Avec deux écoles par année au lieu de trois, le système espère une meilleure harmonisation entre le calendrier des services d’instruction de base et celui des universités et des hautes écoles, ainsi qu’une utilisation plus optimale des infrastructures d’instruction. Enfin, les écoles de recrues sont raccourcies, passant de 21 à 18 semaines, cette dernière durée étant considérée comme la limite inférieure pour donner une instruction suffisante.

Quant aux cours de répétition, ils passent de trois à deux semaines par année. Toutefois, il est prévu la possibilité d’ordonner périodiquement des cours de trois semaines. Le nombre de jours de service diminue ainsi de manière significative. Annuellement, il passe de 6 à 5 mio. De son côté, un soldat ne doit plus effectuer que 225 jours de service contre 260 actuellement. (A suivre)

Evolution des effectifs de l'armée depuis Armée 61. (© DDPS)

Evolution des effectifs de l'armée depuis Armée 61. (© DDPS)

Evolution du nombre des bataillons/groupes/escadres depuis Armée 61. (© DDPS)

Evolution du nombre des bataillons/groupes/escadres depuis Armée 61. (© DDPS)

Evolution des dépenses de la Confédération et de l'armée (valeurs réelles). (© DDPS)

Evolution des dépenses de la Confédération et de l'armée (valeurs réelles). (© DDPS)

Voir les commentaires

"La Suisse vigilante" (4 et fin)

Publié le par Dimitry Queloz

De Beaulieu à Vidy

Dans le concept initial de l’Expo 64, il n’est pas prévu d’attribuer à l’armée un secteur particulier du site de l’exposition qui se déroule à Vidy près de Lausanne. L’armée doit en effet être intégrée dans la Voie suisse de manière à montrer la symbiose avec la société civile et la démocratie. De plus, une grande exposition de matériels et d’armements est prévue au Palais de Beaulieu dans les halles nord du Comptoir.

A la fin de l’année 1962, l’armée se sent toutefois exclue du site principal de l’exposition. Le Palais de Beaulieu se situe loin de Vidy et l’on craint que les visiteurs ne s’y rendent pas en dépit de la mise en place d’un système de navettes spéciales. Il est donc décidé de changer de concept et de construire un pavillon de l’armée sur le site même de l’Expo 64. Cette présence est par ailleurs renforcée par l’organisation de journées de l’armée à l’exposition et sur la place d’armes de Bière.

Des publicitaires au service de l’armée

En raison du manque de temps – on est à moins d’un an et demi du début de la manifestation – et de la volonté de faire de la présence de l’armée à l’Expo 64 un outil de promotion d’Armée 61, l’armée fait appel à une agence de communication bien connue, la Dr. Rudolf Farner Werbeangentur AG. Son directeur, Rudolf Farner, est un spécialiste des médias et de la communication. Il a travaillé à la Weltwoche, a suivi une formation en marketing, vente et communication aux Etats-Unis et est un des pionniers de la communication commerciale et du lobbying en Suisse. Farner a également fondé la VFWW (Verein Sicherpolitik zur Förderung des Wehrwillens und der Wehrwissenschaft) ainsi que l’Action Liberté et Responsabilité. Ses liens avec l’armée sont par ailleurs très étroits. Colonel EMG, Farner est un proche du futur divisionnaire Gustav Däniker qui travaille au sein de son agence et sera le numéro 3 de l’organisation du pavillon de l’armée. Notons encore que l’Agence Farner conduit la campagne contre l’initiative anti-atomique en 1963.

Associé au graphiste Hans Looser, le Bureau Farner développe très rapidement un concept pour le pavillon de l’armée, ses bâtiments et les expositions et animations que le public allait pouvoir visiter. La réalisation du gros œuvre – la construction du pavillon nécessite 3'300 m3 de béton armé permettant notamment la réalisation des 141 pyramides de 3,5 t chacune destinées à la réalisation du "Hérisson", symbole de la défense helvétique tout au long de la Guerre froide – se fait ensuite en un temps record, notamment grâce à l’engagement des troupes du Génie.

Une visite en cinq étapes

L’exposition a pour but de délivrer un message simple et sans équivoque: la Suisse veut se défendre, aujourd’hui et demain, et elle dispose des moyens techniques les plus modernes pour y parvenir. L’espace et les animations sont ainsi scénarisés: l’architecture et le parcours en cinq étapes successives développant chacune une thématique et un message spécifiques ont pour fonction de convaincre le visiteur. La vision de la défense présentée correspond bien évidemment aux conceptions tactiques et opératives que Farner et Däniker préconisent depuis de longues années.

Le pavillon de l’armée est en rupture avec les devises – "Croire et créer pour demain" et "La Suisse de demain vous invite aujourd’hui" – et l’ambiance gaie et positive de l’Expo 64. Le visiteur commence en effet son parcours en traversant un champ de ruines symbolisant la guerre totale et l’apocalypse atomique et en étant soumis à une insidieuse propagande défaitiste exprimée par des voix affirmant l’inutilité des efforts de défense. Passé cette étape qui lui rappelle un passé récent et la possibilité d’un avenir différent de l’esprit des Trente Glorieuses, il pénètre dans le "Hérisson" où il assiste à un spectacle son et lumière. Sur une vaste carte en relief de la Suisse sont représentés, au moyen de 13'000 signaux lumineux, les infrastructures de défense de l’armée suisse: fortifications, barrages antichars, secteurs des grandes unités… Rassuré par de si nombreux préparatifs, le visiteur peut monter à l’étage pour le "clou" de l’exposition: assister à la projection du film "Nous pouvons nous défendre". Projeté sur trois écrans géants, le film met en scène la préparation et l’exécution d’une contre-offensive de l’armée suisse qui se termine naturellement par une victoire et une apothéose patriotique. Une fois ressorti du "Hérisson", le visiteur s’arrête devant un imposant mur sur lequel est écrit dans les quatre langues nationales "Notre destin est entre nos mains", référence directe à l’Exposition nationale de 1939, la Landi, où l’on pouvait lire, également dans les quatre langues: "Prêts à nous défendre." Enfin, le parcours se termine par la visite de l’exposition d’armes "preuves tangibles de l’existence de moyens de défense valables". En raison de l’espace réduit, seuls les matériels les plus modernes sont exposés.

Un film hollywoodien

Après la conférence, nous avons eu le plaisir d’assister à la projection du film "Nous pouvons nous défendre", dans une version restaurée présentée (probablement) pour la première fois en public dans son intégralité. Le film impressionne par la modernité de sa conception, la qualité de ses images et de la mise en scène, le rythme et le dynamisme de l’action, la puissance évocatrice des différentes scènes et de l’ensemble. Un demi-siècle plus tard, cette œuvre remarquable n’a pas pris une ride!

Une version "édulcorée", moins impressionnante et dont le début est sensiblement différent de celle projetée à l’Expo 64, est disponible sur Youtube. (Fin)

Tournage du film "Nous pouvons nous défendre". D'importants moyens techniques, notamment des caméras de 70 mm, ont été employés pour obtenir des effets spectaculaires. (© Médiathèque du DDPS)

Tournage du film "Nous pouvons nous défendre". D'importants moyens techniques, notamment des caméras de 70 mm, ont été employés pour obtenir des effets spectaculaires. (© Médiathèque du DDPS)

Entrée dans le "Hérisson". A l'arrière-plan, le "champ de ruines". (© Musée historique de Lausanne)

Entrée dans le "Hérisson". A l'arrière-plan, le "champ de ruines". (© Musée historique de Lausanne)

Spectacle son et lumière. Les 13'000 signaux lumineux montrent l'impressionnant système d'infrastructures de défense de la Suisse. (© Musée historique de Lausanne)

Spectacle son et lumière. Les 13'000 signaux lumineux montrent l'impressionnant système d'infrastructures de défense de la Suisse. (© Musée historique de Lausanne)

Exposition d'armements. Au premier plan, le Char-61 de fabrication suisse. (© Musée historique de Lausanne)

Exposition d'armements. Au premier plan, le Char-61 de fabrication suisse. (© Musée historique de Lausanne)

Voir les commentaires

"La Suisse vigilante" (3)

Publié le par Dimitry Queloz

Comme annoncé il y a quelques semaines, nous avons assisté jeudi dernier à la conférence de David Auberson qui nous a parlé de l’armée suisse à l’Exposition nationale de 1964 (Expo 64), conférence suivie de la projection du film "La Suisse vigilante". La soirée s’annonçait fort intéressante et nous n’avons pas du tout été déçu. Ce fut une très belle prestation de la part du conférencier et nous avons le plaisir d’offrir à nos lecteurs une petite synthèse de ses propos.

Entre débats internes et remises en cause populaires

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, si l’armée sort renforcée politiquement et matériellement du conflit, elle doit faire face à une nouvelle situation géopolitique, stratégique, technique et sociale. D’une part, la Guerre froide qui s’installe rapidement conduit à s’interroger sur la défense de la Suisse face aux armées massives des deux grandes puissances et de leurs alliés. D’autre part, le développement de l’arme nucléaire implique également de repenser la conception de la défense. Si le cadre politique – la neutralité armée – est conservé, la doctrine et l’organisation sont totalement revues. Après les Organisations des troupes de 1947 et 1951, celle de 1961 donne à l’armée suisse une structure durable puisqu’elle ne sera modifiée qu’au lendemain de la Guerre froide. L’abandon de la stratégie du Réduit national ouvre un débat doctrinal dans lequel plusieurs conceptions – défensive statique, combat mobile, guérilla – s’affrontent. La doctrine finalement adoptée en 1966, la défense combinée, caractérisée par la mobilité et le combat interarmes, exige de posséder un armement moderne et offensif: chars, aviation, artillerie autopropulsée... Quant à l’adoption de l’arme atomique, le Conseil fédéral et le Haut commandement de l’armée y songent sérieusement dans les années 1950 et au début des années 1960. Finalement, et pour de multiples raisons, l’option est abandonnée et la Suisse signe en 1969 le traité de non-prolifération nucléaire.

La période 1950-1960 est également marquée par la contestation envers l’armée. Les opposants cherchent à diminuer le budget du Département Militaire Fédéral (DMF) – le ministère de la Défense – qui absorbe entre 30% et 40% des dépenses totales de la Confédération. Trois initiatives – dites initiatives "Chevallier" du nom de l’initiateur des trois projets – sont ainsi lancées en 1954-1955. Le peuple ne se prononce finalement sur aucune d’entre elles – la première est invalidée et les deux autres retirées en raison des événements de Hongrie –, mais le succès remporté au cours de la récolte des signatures montre que l’armée n’est plus une "vache sacrée", qu’elle peut être l’objet de critiques. Par ailleurs, la volonté de se doter de l’arme atomique fait également naître la contestation. Le peuple doit se prononcer sur deux initiatives anti-atomiques au début des années 1960. Si toutes deux sont rejetées, les cantons latins les acceptent, avec des majorités allant jusqu’à près de 70%! Enfin, la critique à l’encontre de l’armée atteint son paroxysme avec l’"affaire des Mirage" qui commence en 1964, au moment où a lieu l’Exposition nationale.

Une nouvelle stratégie de communication

Dans ce contexte de critique envers l’armée et de pessimisme par rapport aux chances qu’elle aurait de l’emporter en cas de guerre contre les grandes puissances dotées de l’arme atomique, le DMF lance une vaste campagne de communication visant à informer le citoyen-soldat-contribuable sur les mutations en cours en matière d’organisation, de doctrine et d’équipements et à le convaincre du bien-fondé de ces transformations. Cette campagne ne cherche toutefois pas seulement à atteindre un but intérieur. Elle a aussi un objectif extérieur: renforcer la dissuasion. Il s’agit en effet également de démontrer aux observateurs étrangers la crédibilité du système de défense, de leur faire comprendre que la Suisse est prête à défendre sa neutralité et sa souveraineté, que le prix à payer en cas d’attaque serait élevé.

La stratégie de communication du DMF emploie une vaste palette de moyens pour parvenir à ses fins. La distribution du Livre du soldat à tous les citoyens lors du recrutement en constitue un des principaux piliers. La préface de cet ouvrage, manuel d’instruction civique et militaire et de préparation à la réalité du combat, expose clairement les intentions du chef du Département: "à une époque où l’évolution des idées et des faits met en relief l’urgente nécessité de former des caractères, autorités politiques et chefs militaires ont à veiller à maintenir le contact avec le peuple, à faire appel à son raisonnement, à son libre arbitre, à son sens des responsabilités. Un travail d’information et d’éducation s’impose. Il faut que les hommes se lèvent pour reprendre les tâches de la vie publique et maintenir le patrimoine des valeurs matérielles et morales qui leur sont confiées par leurs devanciers."

Les défilés militaires, qui permettent de mettre en scène les armements les plus modernes de l’armée, représentent un autre volet de cette politique d’information. C’est ainsi qu’un "grandiose" défilé est organisé sur l’aérodrome militaire de Payerne en 1959, auquel assistent 180'000 spectateurs. Quelques années plus tard, c’est à Dübendorf que l’armée défile, avec plus de 35'000 hommes, que viennent voir plus de 200'000 personnes.

La présence de l’armée à l’Expo 64 s’intègre bien évidemment dans le cadre de cette stratégie de communication. Pour David Auberson, le mot d’ordre de cette participation est "CONVAINCRE". (A suivre)

Voir les commentaires

"La Suisse vigilante" (2)

Publié le par Dimitry Queloz

Comme annoncé dans un précédent article, le Centre d'Histoire et de Prospective Militaires (CHPM) organise le jeudi 30 octobre prochain au Centre Général Guisan à Pully une conférence sur l'armée suisse à l'Expo 64.

En complément d'information, nous tenons à vous signaler que le film "La Suisse vigilante", projeté après la conférence de David Auberson, le sera dans une version restaurée, avec son et couleurs d'origine, ce qui constituera probablement une première en Suisse romande! Venez donc nombreux à cette manifestation!

Des images du film et de son tournage sont disponibles sur les sites de la SRF et de la NZZ. En voici quelques-unes en provenance de ces derniers, en guise d'avant-première et pour vous mettre l'eau à la bouche, à deux semaines de la projection!

Combat mobile dans les Alpes: une mitrailleuse sur une luge

Combat mobile dans les Alpes: une mitrailleuse sur une luge

Attaque au lance-flammes en combat de localité. Une telle scène montre la volonté des auteurs d'impressionner le spectateur.

Attaque au lance-flammes en combat de localité. Une telle scène montre la volonté des auteurs d'impressionner le spectateur.

Chasseur-bombardier Hunter, l'avion de combat le plus moderne en service au début des années 1960. La Suisse en a acheté 160 au total, en trois séries.

Chasseur-bombardier Hunter, l'avion de combat le plus moderne en service au début des années 1960. La Suisse en a acheté 160 au total, en trois séries.

Appui aérien. Toutes les munitions employées pour le film étaient des munitions de guerre!

Appui aérien. Toutes les munitions employées pour le film étaient des munitions de guerre!

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>