Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Encore un projet de force militaire européenne!

Publié le par Dimitry Queloz

Dans une interview parue dimanche dernier dans le journal allemand die Welt, le président de la Commission européenne a évoqué l’idée de créer une armée européenne. Cette déclaration s’inscrit dans le cadre de la crise ukrainienne qui montre, une fois de plus, la faiblesse politique et militaire de l’Union européenne. Pour Jean-Claude Junker, la création d’une armée européenne renforcerait la crédibilité de l’UE face à la Russie. Plus largement, cette armée contribuerait à la construction d’une politique étrangère et de sécurité commune, permettrait à l’Union européenne d’assumer ses responsabilités dans le monde et lui donnerait la possibilité de réagir à une menace dirigée contre un de ses Etats membres ou un pays voisin.

Un troisième projet de force militaire européenne en 15 ans?

Si les déclarations du président de la Commission européenne ne représentent pas une simple "bouteille à la mer" et sont le signe d’une "réelle volonté" de créer une force militaire européenne – voir à ce sujet l’article de Nicolas Gros-Verheyde dans Bruxelles2 –, l’Union européenne se lancerait dans un nouveau projet qui ne serait que le troisième du genre– rien que ça! – en 15 ans!

En effet, la première proposition de constituer une force militaire européenne remonte à 1999 lors du Conseil européen d’Helsinki, durant lequel les représentants européens ont abordé la question des capacités militaires de l’Union européenne et ont défini un objectif de capacités (Headline Goal). Un Corps européen comprenant 50 à 60'000 hommes devait être opérationnel en 2003. Très vite cependant, le projet a été remis en question (structure trop grande et pas assez souple pour une intervention rapide, manque de moyens des Etats de l’UE) et il a fini par être abandonné en raison du manque de soutien politique.

Très vite également – on ne manque jamais de bonnes idées! –, un nouveau concept a vu le jour, celui des groupements tactiques (battlegroups) qui devaient avoir la souplesse et la réactivité que n’avait pas le défunt Corps européen. Adopté en 2004, le programme prévoyait que 13 d’entre eux seraient opérationnels en 2007. Depuis, les 18 groupements tactiques existants n’ont jamais été engagés pour des raisons financières et politiques de toute sorte.

Toujours et encore une approche technocratique et fonctionnaliste!

Les déclarations de Jean-Claude Junker montrent par ailleurs qu’il ne s’interroge pas sur les raisons profondes des échecs du Corps européen et des groupements tactiques. Outre la question des moyens qui a certes joué un rôle important, ces échecs découlent essentiellement de l’approche technocratique et fonctionnaliste qui a prévalu à la conception des projets. Ainsi, en dépit de 8 années d’existence des groupements tactiques, aucune politique commune d’engagement n’a vu le jour – ou plutôt la seule politique qui existe est une politique de non-engagement!

Malgré les problèmes créés par cette approche, le président de la Commission européenne ne semble pas vouloir en changer. Il continue à penser que la mise en commun de moyens nationaux finira par faire naître une politique de sécurité et de défense commune. Il s’agit là d’une grave erreur de méthode qui montre plus fondamentalement une incompréhension de la nature de la politique et des institutions de gouvernement. Seul un pouvoir politique et des institutions appropriés peuvent définir et conduire une politique, créer les outils nécessaires et les adapter et, le cas échéant, en décider l’engagement.

Rester dans la dépendance de l’OTAN!

Un autre élément de continuité du discours du président de la Commission européenne est le maintien de la dépendance militaire de l’UE par rapport à l’OTAN et, par voie de conséquence, par rapport aux Etats-Unis. L’armée européenne à construire ne devrait en effet pas constituer une concurrence pour l’Alliance atlantique. Jean-Claude Junker reste donc dans le cadre du traité de Lisbonne qui spécifie bien, dans son article 42, que l’OTAN reste, pour l’Union européenne et les Etats qui en sont membres, "le fondement de la défense collective et l’instance de sa mise en œuvre".

Les déclarations de Jean-Claude Junker s’inscrivent, on le voit, dans la droite ligne de ce qui s’est fait jusqu’à présent en matière d’Europe de la défense. Il n’y a rien de nouveau, ni en matière d’approche, ni en ce qui concerne la création d’un réel pouvoir politique supranational, seul capable de définir et de mettre en œuvre une politique de défense, ni dans une volonté de sortir de la dépendance américaine. Comme l’écrivait justement Nicole Gnesotto dans son dernier ouvrage présenté dans un article précédent: "Vingt ans après Maastricht, l’OTAN demeure la limite politique de la défense européenne: la question de l’autonomie stratégique de l’Europe reste, sinon un tabou, du moins une question perçue comme inutile, irréaliste, coûteuse, bref une question à éviter." Même pour le Président de la Commission européenne!

Commenter cet article