Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

"La Suisse vigilante" (1)

Publié le par Dimitry Queloz

En Suisse, l'année 2014 est particulièrement chargée en commémorations. Outre le centième anniversaire du début de la Première Guerre mondiale, notre pays commémore également le centenaire de la création de ses Forces aériennes ainsi que le cinquantenaire de l’Exposition nationale de 1964 (Expo 64) qui s’est déroulée à Lausanne.

L’Expo 64 est, pour l’armée suisse, l’occasion de se présenter et de se mettre en scène dans le cadre d’un pavillon en béton en forme de hérisson, symbole de la volonté de résistance du pays dans le contexte menaçant de la Guerre froide. Un film, "La Suisse vigilante", est également réalisé à cette occasion, avec d’importants moyens financiers, matériels et techniques, qui en font une production digne d’Hollywood. Ce film a pour but d’impressionner et non d’informer selon le vœu de deux de ses principaux concepteurs, Rudolf Farner – colonel EMG partisan d’une armée hautement mécanisée et mobile et d’une aviation équipée d’armes atomiques, Farner est, au civil, directeur d’une agence de publicité et de relations publiques pionnière dans l’introduction des méthodes publicitaires et de lobbying américaines – et Gustav Däniker – collaborateur, puis directeur de l'agence de Rudolf Farner, le divisionnaire Däniker est un penseur et un écrivain militaire de premier plan qui préconise également de se doter de l’arme atomique.

Racontant l’ultime combat victorieux de l’armée suisse contre un envahisseur étranger, le film montre toute la panoplie des moyens de défense en service à cette époque dans l’armée suisse: aviation, chars, artillerie, lance-flamme… dans une série d’actions dynamiques très impressionnantes. Il se termine par une apothéose patriotique composée de paysages alpins et de drapeaux à croix blanche.

"La Suisse vigilante" est un succès, même s’il y a aussi quelques critiques, notamment en provenance de la gauche. Plus de 4 millions de visiteurs voient le film et la plupart sortent enthousiasmés de la projection. Présenté à l’étranger sous le titre "Fortress of Peace", le film est même nominé pour les Oscar en 1966 dans les catégories "court métrage" et "film d’action", mais sans remporter de titre.

Dans le cadre des commémorations d’Expo 64, le Centre d’Histoire et de Prospective Militaires (CHPM) organise le jeudi 30 octobre prochain au Centre Général Guisan à Pully une conférence au cours de laquelle l’historien David Auberson – voir notre article sur son ouvrage consacré à Ferdinand Lecomte et la guerre de Sécession – parlera de l’histoire du Pavillon de l’armée, de la Suisse à l'époque de la Guerre froide et de sa volonté de défense, de l’armée et du rôle joué par la Division mécanisée 1 dans l’organisation de la manifestation. La conférence sera suivie de la projection du film "La Suisse vigilante". La manifestation est ouverte au public et nous espérons avoir le plaisir de vous en donner un compte-rendu dans un prochain article.

Le pavillon de l'armée à l'Expo 64 en forme de hérisson (© CHPM)

Le pavillon de l'armée à l'Expo 64 en forme de hérisson (© CHPM)

Voir les commentaires

Le Haut-Commandement français sur le front occidental

Publié le par Dimitry Queloz

FRANC, Claude, Le Haut-commandement français sur le front occidental, 1914-1918, SOTECA, 2012, 464 pages

Dans cette étude, Claude Franc s’intéresse à l’organisation et à l’exercice du commandement au sein du Haut-commandement français au cours de la Première Guerre mondiale sur le front franco-allemand. Il décrit les institutions et leur évolution au cours du temps, ainsi que les processus de décision. Il aborde également les différents aspects politiques, stratégiques et tactiques, sans oublier les questions de relations interpersonnelles.

L’auteur commence par présenter l’organisation du Haut-commandement en vigueur au début du XXe siècle, caractérisée par un modèle bicéphale et la dispersion des pouvoirs. A cette époque, le Haut-commandement comprend en effet un état-major de l’armée dont le chef n’accéderait pas au commandement suprême en cas de guerre. Ce poste serait occupé par le vice-président du Conseil Supérieur de la Guerre (CSG). En raison de son incohérence qui est à l’origine de nombreux problèmes de l’armée française de la Belle Epoque – voir à ce sujet les ouvrages d’André Bach et de Michel Goya ainsi que notre thèse – l’organisation est modifiée en 1911 au moment de la nomination du général Joffre qui cumule dès lors les fonctions de chef d’état-major et de vice-président du CSG.

Cette réorganisation ne résout cependant pas la délicate question de la limite des compétences en matière de conduite de la guerre entre le Président de la République, le Gouvernement et le Commandant en chef. Elle ne règle pas non plus le problème plus général des relations entre le Haut-commandement et le monde politique, d’autant que l’opposition entre républicains anticléricaux et monarchistes catholiques persiste une décennie après l’affaire des fiches et le départ du ministre André. Ainsi, le général Sarrail, commandant l’armée d’Orient, est, dans son conflit avec le général Joffre, soutenu inconditionnellement par le Parlement et le Président du Conseil Aristide Briand en dépit de ses nombreuses erreurs et incapacités, en raison de ses liens politiques et personnels très étroits avec la gauche républicaine. A l’opposé, le général de Castelnau, pourtant très compétent, est regardé avec la plus grande méfiance du fait de ses convictions religieuses – rappelons qu’il est surnommé le "Capucin botté"!

La question des relations et des rivalités personnelles occupe également une part importante dans l’ouvrage. Elle vient par ailleurs fréquemment se greffer sur les questions de délimitation des compétences. Si le tandem Joffre – Millerand fonctionne bien, la situation s’envenime avec l’arrivée de Gallieni au ministère de la Guerre à la fin de l’année 1915. Joffre et Gallieni sont pourtant de vieux camarades qui se sont côtoyés avant guerre, notamment à Madagascar, et ils s’estiment. Gallieni a d’ailleurs joué un rôle non-négligeable dans la nomination de Joffre au poste suprême en 1911. Cependant, depuis le début de la guerre, les tensions s’accumulent entre les deux hommes, attisées par leurs entourages respectifs. Lors de la mobilisation, Gallieni est désigné comme adjoint auprès du généralissime, mais ce dernier l’empêche d’exercer cette fonction en limitant sa présence au Grand Quartier Général. De plus, au moment de la bataille de la Marne, le rôle de Gallieni est minimisé – "sciemment?" s’interroge l’auteur – par le Grand Quartier Général. Enfin, face à l’enlisement de la guerre, Gallieni se met à critiquer le Commandant en chef et son entourage. La querelle se termine le 7 mars 1916, avec la démission de Gallieni qui vient d’échouer dans une tentative de "remettre le haut-commandement à la place qu’il doit occuper et l’abstraire de toute préoccupation autre que celle de la conduite des opérations militaires (et de) restituer au ministre l’essentiel de sa gestion administrative".

Enfin, dernière qualité que nous tenons à souligner, l’ouvrage se termine par une série d’annexes comprenant notamment de nombreux ordres de bataille, quelques documents-clefs, ainsi que la liste des commandants et chefs d’état-major des groupes d’armées et des armées au cours de la guerre. Ces listes viennent avantageusement compléter les biographies de divers officiers – Pétain, Nivelle, Mangin, Debeney, Maistre… – qui connaissent des ascensions fulgurantes au cours de la guerre.

(© blogdefense.overblog.com)

(© blogdefense.overblog.com)

Voir les commentaires

Blogdefense est de retour

Publié le par Dimitry Queloz

Après un été très occupé, "Blogdefense" est de retour et, désormais, aussi présent sur Facebook à l'adresse: https://www.facebook.com/Blogdefense. Sur cette page, vous trouverez des annonces, des compléments à nos articles, des brèves...

Nous vous souhaitons d'ores et déjà une agréable lecture!

Voir les commentaires