Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les Amis du Km Zéro

Publié le par Dimitry Queloz

L’année 2014 sera marquée par le centième anniversaire du début de la Première Guerre mondiale. Les manifestations liées à la commémoration de ce tragique événement seront à la fois diverses et nombreuses. En France, la Mission du centenaire, présidée par le général Elrik Irastorza, a notamment pour but d’informer le grand public sur ces différentes manifestations. Un portail internet a été créé à cet effet: centenaire.org.

Parmi toutes ces initiatives à caractère historique ou mémoriel, en voici une qui intéresse nos voisins français et allemands mais qui concerne également la Suisse: Les Amis du Km Zéro. Outre son caractère international, cette association, qui se compose d’une "section" française et d’une suisse, présente l’originalité de s’intéresser à un secteur particulier du front Ouest, celui situé dans le Sundgau, près de la frontière avec la Suisse. A l’écart des principaux champs de bataille, cette région dont l’intérêt stratégique était limité a souvent été oubliée par les publications sur la Grande Guerre. Ainsi, Pfetterhouse n’est jamais cité alors que ce village constituait la limite Sud du front Ouest qui s’étirait jusqu’à Nieuport/Ostende sur la mer du Nord.

L’association Les Amis du Km Zéro a été constituée à la date symbolique du 11 novembre 2011, près de la borne 111 dans les environs de la ferme du Largin sur le territoire de la commune suisse de Bonfol. Elle s’est donné pour tâche d’inventorier, de dégager et de mettre en valeur les vestiges des fortifications construites par les troupes françaises, allemandes et suisses sur les communes françaises de Mooslargue et de Pfetterhouse et sur celle de Bonfol. Des études seront également menées dans les archives des trois pays et les résultats feront l’objet de conférences et de publications.

A ce jour, plusieurs réalisations sont achevées, tandis que d’autres nécessitent encore quelques mois de travaux. Un sentier didactique international de 7 kilomètres, équipé de panneaux explicatifs, est en cours d’aménagement, financé par l’Office du tourisme intercommunautaire du Sundgau et le Canton du Jura. Il permettra de découvrir des vestiges de fortifications, notamment, côté allemand, des tranchées et des fortins bétonnés et, côté français, le premier blockhaus depuis la frontière suisse, surnommé la "Villa Agathe", et un abri enterré de première ligne en tôle. Comme souvent, les fortifications allemandes sont nettement mieux conservées que celles construites par les troupes françaises. Cette différence s’explique par le fait que les Allemands ont davantage employé le béton, leurs fortifications et leurs ouvrages devant durer dans le cadre d’une stratégie plus défensive. Côté français, l’approche est différente. D’une part, les fantassins sont très mal instruits et équipés pour la construction de fortifications. Avant guerre, il n’est pas dans l’esprit du soldat et de l’officier français de remuer la terre. D’autre part, la volonté de terminer la guerre par l’offensive conduit à ne pas perdre du temps et des moyens dans la construction de tranchées qui n’avaient pas vocation de durer.

En Suisse, la commune de Bonfol a voulu mettre en valeur le site bien connu du Largin et a demandé le soutien de l’armée. Des troupes du génie ont aménagé une portion du sentier didactique, notamment en construisant une passerelle sur La Largue. Elles ont également reconstruit à l’identique le poste d’observation Nord situé près de la ferme du Largin, dont il ne restait plus que quelques vestiges des travaux de terrassement.

L’inauguration franco-suisse du sentier didactique aura lieu le 3 août 2014. A cette occasion, la Société jurassienne des officiers publiera une plaquette signée Claude-Henri Schaller et Hervé de Weck, intitulée Bonfol… Le Largin au «Kilomètre 0» du front Ouest (1914-1918).

Le fortin allemand au km 0 du front Ouest. Construit en béton, il était équipé d'un canon-revolver. (© Hervé de Weck)

Le fortin allemand au km 0 du front Ouest. Construit en béton, il était équipé d'un canon-revolver. (© Hervé de Weck)

La "Villa Agathe", le seul fortin en béton français dans le secteur de Pfetterhouse. (© Hervé de Weck)

La "Villa Agathe", le seul fortin en béton français dans le secteur de Pfetterhouse. (© Hervé de Weck)

Le poste d'observation suisse au nord de la ferme du Largin au cours de la Première Guerre mondiale. (© Hervé de Weck)

Le poste d'observation suisse au nord de la ferme du Largin au cours de la Première Guerre mondiale. (© Hervé de Weck)

La reconstruction à l'identique par le génie suisse en 2012. (© Hervé de Weck)

La reconstruction à l'identique par le génie suisse en 2012. (© Hervé de Weck)

Voir les commentaires

Le faux scandale de la P-26

Publié le par Dimitry Queloz

MATTER, Martin, Le faux scandale de la P-26 et les vrais préparatifs de résistance contre une armée d’occupation, Genève, Slatkine, 2013, 240 pages (traduction de Jean-Jacques Langendorf)

Cet ouvrage de Martin Matter – publié en 2012 chez hier + jetzt sous le titre P-26 – Die geheime Armee, die keine war – revient sur l’affaire de la P-26 qui a fait scandale en 1990. Basé sur divers documents et, surtout, les témoignages de certains acteurs, notamment celui du chef de la P-26, Efrem Catellan alias Rico, le livre nous présente une analyse dépassionnée des événements, ainsi qu’une intéressante description de cette organisation secrète dont la mission était de mener la résistance contre l’occupant en cas d’invasion de la Suisse.

L’auteur donne au lecteur une présentation synthétique des différents projets, plus ou moins élaborés et réalistes, des organisations de résistance depuis la Seconde Guerre mondiale. Durant la Guerre froide, trois "services spéciaux" se succèdent jusqu’au milieu des années septante. Toutefois, ce n’est qu’à la fin de la décennie qu’une véritable organisation commence à être mise en place avec la P-26. Celle-ci n’est pas encore totalement opérationnelle lorsque son existence est rendue publique en 1990. La nécessité du secret, les contraintes liées au recrutement, l’acquisition d’un savoir-faire spécifique et la formation des membres expliquent la "lenteur" des réalisations.

Pourquoi la révélation de l’existence de la P-26 a-t-elle conduit à un scandale politique? Pour l’auteur, les raisons sont multiples. Tout d’abord, au lendemain de la Guerre froide, la Suisse connaît trois affaires politiques successives en peu de temps: l’affaire Kopp, celle des fiches et celle de la P-26. Cela est d’autant plus grave que ces trois affaires sont liées entre elles. Elles conduisent naturellement à un climat de suspicion envers certaines institutions étatiques. Ensuite, la chute du mur de Berlin et le début du rapprochement Est-Ouest font vite oublier les conditions particulières de la Guerre froide. L’existence d’une organisation telle que la P-26 n’est plus comprise par les politiciens et la presse. Enfin, en raison du secret qui l’entoure, d’importants soupçons pèsent sur l’organisation. Qui contrôlait réellement la P-26 et ne constituait-elle pas un danger pour la démocratie, d’autant qu’elle possédait des stocks d’armes et d’explosifs? Ne serait-elle pas entrée en action en cas de victoire électorale de la gauche? Quels étaient les éventuels liens avec les différentes formations Stay Behind de l’organisation Gladio de l’OTAN?

L’auteur insiste sur le fait que la P-26 n’avait rien d’illégal au point de vue pénal, même s’il lui manquait une base juridique administrative. Il montre par ailleurs qu’elle était contrôlée par le chef de l’Etat-major général et qu’une entrée en action n’aurait pu être déclenchée sur l’initiative du chef de l’organisation ou d’un de ses membres. Enfin, en se basant sur une solide argumentation tenant compte de la mission, de la structure et des effectifs, de la personnalité des membres et de l’instruction qui leur était donnée, il démontre que la P-26 n’était pas une armée secrète et qu’elle n’aurait en aucun cas pu mener un coup d’Etat. Sa fonction aurait consisté, le cas échéant, avant tout à mener des actions destinées à soutenir la volonté de résistance de la population et à faire comprendre à l’occupant que celle-ci n’était pas soumise.

A propos du secret entourant l’existence de la P-26 et de l’absence de contrôle politique dénoncés par les parlementaires, surtout à gauche, la presse et divers autres politiciens, l’auteur rétablit certaines vérités. Outre le fait déjà mentionné du contrôle par le chef de l’Etat-major général, il montre que les autorités politiques étaient au courant de l’existence de l’organisation. Au sein du Gouvernement, non seulement les différents chefs du Département militaire fédéral connaissaient les détails de l’organisation, mais d’autres conseillers fédéraux en étaient également informés. Quant au Parlement, certains de ses membres – notamment ceux du Groupe 426, le président de la Délégation des finances des Chambres fédérales, le secrétaire des Commissions des finances des Chambres fédérales – avaient connaissance de l’existence de l’organisation même s’ils n’en connaissaient pas tous les détails. Enfin, l’auteur souligne que, depuis la publication du rapport du groupe de travail de la Commission de gestion du Conseil national présidé par le futur conseiller fédéral Jean-Pascal Delamuraz en 1981 suite à l’affaire Bachmann-Schilling, l’existence d’une telle organisation avait été dévoilée aux Chambres fédérales!

(© blogdefense.overblog.com)

(© blogdefense.overblog.com)

Voir les commentaires

Introduction à la Cyberstratégie

Publié le par Dimitry Queloz

KEMPF, Olivier, Introduction à la Cyberstratégie, Paris, Economica, 2012, 176 pages

Ce très intéressant ouvrage d’Olivier Kempf sur la cyberstratégie est une excellente introduction – même s’il est bien plus que cela – à ce sujet relativement nouveau, encore largement en friche. Synthétique, structuré, écrit dans une langue qui le rend accessible aux non-initiés, nous le recommandons vivement à tous ceux qui voudraient mieux comprendre cette "discipline en expansion" dont on entend beaucoup parler, mais souvent avec un dilettantisme qui en montre la méconnaissance, notamment chez certains politiciens suisses.

Pour Olivier Kempf, le domaine cyber doit être appréhendé avec de nouveaux paradigmes stratégiques. Il n’est en effet pas possible de reprendre directement les concepts développés en matière de stratégie classique, qu’ils soient liés à la guerre conventionnelle, révolutionnaire ou nucléaire, et ce pour de nombreuses raisons.

La première découle du fait que le cyberespace comprend plusieurs "lieux" et se compose de trois couches superposées de natures différentes, dans lesquelles les actions stratégiques sont elles aussi de natures différentes: une couche matérielle (les ordinateurs, les systèmes informatiques et les infrastructures de connexion), une couche logique (les programmes) et une couche sémantique ou informationnelle (les informations circulant dans le cyberespace).

La deuxième raison invoquée par l’auteur est la multiplicité des acteurs. Alors qu’en stratégie classique l’affrontement consiste généralement en un duel basé sur le principe de la dialectique – selon la définition bien connue du général Beaufre pour qui la stratégie est "l’art de la dialectique des volontés employant la force pour résoudre leur conflit" –, en cyberstratégie, les acteurs sont multiples et peuvent être regroupés en trois grandes catégories: acteurs individuels (internautes, consommateurs, travailleurs, opineurs…), acteurs collectifs (sociétés, médias, partis politiques, groupes idéologiques…), acteurs étatiques (gouvernements, administrations, polices, armées…). Il en découle que le principe dialectique n’est pas adapté et doit donc être remplacé par celui de "polylectique".

Le principe d’inattribution vient par ailleurs encore complexifier la question. Dans le cyberespace, les actions sont généralement anonymes; il est en effet très difficile, voire impossible, de les attribuer à un acteur précis. Cet anonymat ouvre bien sûr de nouvelles perspectives d’action. Il rend notamment à nouveau possible l’attaque contre un autre Etat, alors que seule la guerre défensive est considérée depuis des décennies comme légitime en droit international.

L’absence d’arme absolue et le caractère non-effrayant de l’action dans le cyberespace représentent d’autres caractéristiques propres qui différencient fondamentalement le domaine cyber du nucléaire. La notion de dissuasion est beaucoup plus difficile à théoriser et à mettre en œuvre, d’autant qu’il faut également tenir compte du principe d’inattribution et de la multiplicité des acteurs. Contrairement à l’atome, il n’y a, pour le faible, pas de "pouvoir égalisateur" dans le domaine cyber.

Enfin, et c’est là un point fondamental, le domaine cyber oblige le pouvoir politique à définir une politique et une stratégie précises, avec la désignation des adversaires, des cibles à attaquer et des effets à obtenir, et ce bien avant l’ouverture du conflit. L’action, surtout offensive, doit en effet être minutieusement préparée, chaque cible nécessitant la mise au point d’une arme spécifique soigneusement adaptée (virus, ver, cheval de Troie…). Comme cette mise au point demande du temps et une connaissance précise des cibles, il est indispensable, si l’on veut pouvoir agir rapidement à un moment donné, de se préparer suffisamment en amont, ce qui implique des choix politiques précis.

Liée à des domaines techniques en constante évolution, la cyberstratégie connaîtra un important développement dans le futur. Une autre des qualités de l’ouvrage est de sensibiliser le lecteur à ce problème et de présenter, notamment dans la conclusion, quelques pistes concernant ces évolutions futures.

(© blogdefense.overblog.com)

(© blogdefense.overblog.com)

Voir les commentaires

Conférence du chef du Service de Renseignement Militaire suisse (2 et fin)

Publié le par Dimitry Queloz

La transformation des actions militaires

Le Brigadier Gaudin a poursuivi sa conférence en parlant des profondes mutations subies par les actions militaires depuis la fin de la Guerre froide. Désormais, celles-ci ne sont plus que rarement le fait de grandes forces terrestres mécanisées. Toutefois, ces nouvelles formes d’engagement nécessitent encore l’emploi de moyens lourds, mais en plus petites quantités qu’auparavant et avec des doctrines d’engagement nouvelles. L’orateur a notamment mentionné l’exemple de l’intervention au Mali où les Français ont utilisé des canons de 155 mm.

Le chef du Renseignement militaire a ensuite distingué deux catégories d’opérations militaires, celles menées à l’extérieur et celles à l’intérieur du pays. Les premières comprennent des missions variables allant de l’aide humanitaire à l’engagement guerrier en passant par le maintien de la paix. Les engagements guerriers nécessitent des armées professionnelles, ainsi que des moyens technologiques et de projection considérables (satellites de renseignement et de communication, système AWACS, avions, hélicoptères et navires de transport, porte-avions, avions et hélicoptères de combat, munitions de précision…). Ils ont souvent lieu dans le cadre de coalitions et ont fréquemment pour adversaires des groupes de combattants disposant de moyens technologiques très inférieurs. Ceux-ci se cachent alors au milieu des populations et emploient des tactiques de guérilla et des armes rudimentaires, mais qui peuvent tout de même parfois être d’un calibre important.

Quant aux opérations intérieures, elles visent à soutenir l’action des moyens civils lorsque ceux-ci sont insuffisants pour faire face à un problème d’une ampleur particulière, comme lors de catastrophes naturelles ou technologiques. Le Brigadier Gaudin a cité l’exemple de Fukushima où les Japonais ont engagé 100'000 militaires durant plusieurs mois. Les forces armées peuvent aussi seconder la police lors d’émeutes, dans la lutte contre le terrorisme ou en cas de manifestations internationales d’envergure (jeux olympiques, conférences internationales…). Le rôle de l’armée dans les opérations de maintien de l’ordre risque de se développer avec l’emploi de moyens de plus en plus lourds de la part des délinquants. Ainsi, lors de saisies d’armes dans les banlieues marseillaises, les policiers trouvent désormais, outre des Kalachnikov, des mitrailleuses, des fusils de sniper, des obus de mortiers…

A propos des engagements militaires, le Brigadier Gaudin a conclu en parlant de la question des alliances en Europe. Il a tout d’abord souligné le fait qu’il n’y a pas de défense européenne, même s’il existe des coopérations, comme entre la France et la Grande-Bretagne (accords de Lancaster House) ou entre la France, l’Allemagne et la Pologne (Triangle de Weimar). La seule alliance en Europe est l’OTAN, largement dominée par les Etats-Unis. Ceux-ci assurent, à eux seuls, près des trois quarts des dépenses militaires et possèdent la plupart des moyens nécessaires à la projection des forces.

Les tendances actuelles en matière d’obligation de servir en Europe

La troisième et dernière partie de la conférence a été consacrée à l’obligation de servir. En Europe, la tendance est actuellement à la professionnalisation des armées. Cela s’explique par la volonté de créer des armées de projection destinées à intervenir en dehors du territoire européen. Ces armées sont plus petites numériquement, mieux équipées au point de vue technologique et mieux entrainées. En revanche, elles présentent des désavantages. Elles sont plus chères. De plus, en raison de leurs effectifs réduits, elles sont forcées d’externaliser certaines fonctions, ce qui fait le lit des sociétés de sécurité privées qui connaissent un important développement.

Cette tendance à la professionnalisation doit-elle influencer également l’organisation militaire de la Suisse? Le Brigadier Gaudin pense que non. Selon lui, les situations des différents pays européens ne sont pas forcément comparables. Il faut tenir compte des facteurs particuliers à chaque pays: géographie et histoire, éventuelles alliances, situation économique, cadre social… De plus, la professionnalisation des armées européennes ne se fait pas sans difficulté, notamment en ce qui concerne le personnel: problèmes qualitatif et quantitatif de recrutement, fidélisation des engagés face à la concurrence des employeurs privés, compatibilité entre vie professionnelle et vie familiale, reconversion des militaires en fin de carrière.

Le chef du Renseignement militaire a terminé sa très intéressante conférence en parlant de deux pays européens qui ont malgré tout conservé un système de conscription: l’Autriche – le peuple autrichien a été consulté à ce sujet au début de cette année et il a voté en faveur du maintien de l’obligation de servir à près de 60% des suffrages – et la Finlande. Ces deux pays partagent des points communs avec la Suisse, comme la neutralité ou le nombre d'habitants. (Fin)

Articles en relation:

- Conférence du chef du Service de renseignement militaire suisse (1)

- Interview du chef du Service de renseignement militaire suisse (1)

- Interview du chef du Service de renseignement militaire suisse (2 et fin)

Voir les commentaires