Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carnage et culture

Publié le par Dimitry Queloz

HANSON, Victor Davis, Carnage & culture. Les grandes batailles qui ont fait l'Occident, Paris, Flammarion, 2002, 600 pages

Dans ses ouvrages d'histoire militaire, Victor Davis Hanson veut expliquer la supériorité militaire de l'Occident. Il écarte les aspects techniques, stratégiques, tactiques et géopolitiques pour développer une thèse basée sur des raisons culturelles. Celle-ci a soulevé un débat parmi les historiens militaires et certains d'entre eux, notamment John Lynn (De la guerre. Une histoire du combat des origines à nos jours, Paris, Tallandier, 2007, 603 pages), contestent l'explication donnée par Hanson.

L'auteur définit un modèle spécifique de guerre occidentale, né dans la Grèce antique et qui s'est perpétué jusqu'à nos jours. A la base de ce modèle, se trouvent des valeurs qui constituent des caractéristiques particulières de la culture occidentale: individualisme, démocratie, rationalisme et esprit d’entreprise. Hanson prend l'exemple de neuf batailles décisives - Salamine (- 480), Gaugamèles (- 331), Cannes (- 216), Poitiers (732), Tenochtitlan (1520-1521), Lépante (1571), Rorke’s Drift (1879), Midway (1942), Têt (1968) - pour montrer que ces caractéristiques ont joué le rôle déterminant dans la victoire des armées occidentales au cours des conflits qui les ont opposées aux forces des autres civilisations du monde entier.

Pour l'auteur, les valeurs mentionnées sont spécifiquement occidentales et elles sont à peu près inconnues des autres aires de civilisation. Toutefois, il admet qu'elles n'ont pas toujours été présentes dans leur plein développement tout au long de la période étudiée et qu'elles n'ont pas toujours recouvert la même signification. De plus, il tient également compte du fait que, en raison des échanges entre les peuples, certaines de ces valeurs ont été adoptées ailleurs que dans le monde occidental. Il précise cependant que cette adoption n'a été que partielle, à l’instar de l'exemple japonais de la fin du XIXe siècle.

Le modèle de guerre occidental défini par Hanson se caractérise par le fait que la guerre est envisagée, en général et à l'instar de ce que Clausewitz en a donné comme définition, comme le prolongement de la politique et non pas comme un rite religieux, un simple "sport" ou une activité permettant de s'enrichir et de conquérir des territoires. Par ailleurs, la bataille présente également des caractères particuliers. Tout comme la guerre, elle est menée de manière rationnelle et a pour but la destruction de l'adversaire; elle cherche la décision rapide, au moyen du choc mené le plus souvent par une infanterie composée d'hommes libres, disposant de droits et de devoirs politiques. Les chefs sont puissants, mais pas omnipotents, et peuvent être critiqués et même révoqués.

Dans ce modèle d'explication, l'importance jouée par la supériorité technique de l'armement occidental est relativisée. Avec justesse, Hanson montre que la supériorité technologique n'a, pendant longtemps, été que partielle et qu'elle ne suffit pas à expliquer, à elle seule, la destruction d'armées nombreuses par des forces occidentales en infériorité numérique significative.

La conception culturelle de la guerre occidentale, telle que présentée par l'auteur, se caractérise essentiellement par son côté amoral. Elle n'est pas entravée par des considérations d'ordre religieux ou rituel. A l'instar de la science, autre "apanage" occidental, elle est avant tout régie par le souci d'efficacité. Dès lors, elle se trouve être particulièrement meurtrière et, justement, efficace. Ainsi, s'expliquerait la supériorité militaire de l'Occident, supériorité qui lui a permis de s'imposer victorieusement dans la plupart des conflits l'opposant à des armées issues d'autres aires culturelles et ce, en dépit des revers subis en de rares occasions, comme aux Thermopyles (- 480) ou au Little Big Horn (1876). L'auteur précise toutefois que si cette supériorité de l'efficacité occidentale a souvent constitué un avantage, elle a aussi conduit à des hécatombes lorsque les armées occidentales s'affrontaient entre elles, comme au cours des deux guerres mondiales.

 

(© blogdefense.overblog.com)

(© blogdefense.overblog.com)