Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PS et Verts: Une politique d’opposition systématique aux Forces aériennes

Publié le par Dimitry Queloz

Dans leur argumentaire, les opposants au Gripen présentent la situation des Forces aériennes suisses en matière d’équipement sous un jour particulièrement idyllique. Selon eux, les 32 F/A-18 en service seraient suffisamment nombreux pour remplir sans problème et en tout temps les missions de police aérienne. De plus, modernisés tout récemment à grands frais, ces appareils permettraient d’assurer sans difficulté ces dernières durant les prochaines décennies!

Outre le fait que ce tableau n’est pas conforme à la réalité – d’une part, les effectifs sont insuffisants pour assurer de manière permanente et dans la durée les tâches de police aérienne; d’autre part, le F/A-18 est arrivé à mi-vie et, en dépit de la modernisation en cours, il devra être remplacé dans une quinzaine d’années – il faut souligner que les référendaires ne sont pour rien dans la modernité des équipements des Forces aériennes dont il se plaisent pourtant à mettre en exergue les qualités. Bien au contraire! En effet, le Parti socialiste et les Verts, les deux principaux partis politiques opposés au Gripen, actuellement représentés aux Chambres fédérales respectivement par 57 et 17 élus, adoptent depuis plus de deux décennies une politique d'opposition systématique à chaque fois qu’il s’agit de moderniser les Forces aériennes, comme l'ont montré leurs positions lors de l'acquisition des F/A-18 en 1993 et, plus récemment, au moment de la remise à niveau de ces derniers.

1993: Initiative contre l’achat d’un nouvel avion de combat

Au début des années 1990, le Parti socialiste et les Verts ont soutenu l’initiative du Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA) visant à empêcher l’acquisition d’un nouvel avion de combat destiné à remplacer les Mirage III en service depuis plus de vingt-cinq ans. L’appareil directement concerné était le F/A-18. Si l’initiative avait été acceptée, cela ferait donc plus d'une quinzaine d’années que les Forces aériennes seraient équipées du seul F-5 Tiger, actuellement totalement dépassé, pour remplir leur mission!

A l’époque, les partisans de l’initiative ne voyaient que des défauts au F/A-18. Il était trop cher et son achat obligerait les autres départements fédéraux à faire des économies! Ses performances étaient jugées surdimensionnées pour un petit pays neutre comme la Suisse, d’autant que la Guerre froide venait de se terminer! Aujourd’hui, le discours sur le F/A-18 des opposants au Gripen a bien changé, propagande oblige. Les Socialistes et les Verts vantent les qualités de l’avion pourtant vertement critiqué vingt ans plus tôt, cela sans la moindre vergogne et sans rougir de pareilles contradictions!

2008: Rejet du programme d’armement

En 2008, les deux partis ont cherché à empêcher la modernisation des F/A-18. Celle-ci était proposée dans le cadre du programme d’armement de l’année qui prévoyait la mise à niveau des appareils pour la somme de 404 millions de francs. Cette modernisation devait s’effectuer entre 2009 et 2015 et donner aux F/A-18 des capacités accrues pour les quinze années à venir. Au Conseil national, le Parti socialiste et les Verts ont soutenu la proposition Widmer (PS) qui demandait le report du projet et sa présentation en même temps que le rapport sur le remplacement partiel des F-5 Tiger. Au Conseil des Etats, tous deux ont adopté une position identique avec la proposition de la minorité déposée par le trio Gisèle Ory (PS), Claude Hêche (PS) et Luc Recordon (Les Verts). Après avoir échoué au Conseil des Etats, le Parti socialiste et les Verts ont refusé, à une écrasante majorité, lors du vote final au Conseil national, le programme d’armement 2008.

En dépit de leur discours actuel et de leur soi-disant attitude constructive en matière de défense, le Parti socialiste et les Verts ne sont en rien favorables à une défense aérienne crédible. Depuis plus de vingt ans, ils mènent une politique d’opposition systématique aux Forces aériennes. La campagne qu’ils ont lancée dans le cadre du référendum contre le Gripen s’inscrit dans leur stratégie à long terme dont le but est d’affaiblir l’armée autant que faire se peut, à défaut de pouvoir la supprimer.

Résultats du vote final sur le programme d'armement 2008 au Conseil national

  Groupe Verts Groupe Socialiste Remarque
 Oui 0 0  --
 Non 20 37  --
 Abstention 1* 1**

 * Marie-Thérèse Weber-Gobet   (Parti chrétien-social)

 ** Edith Graf-Litscher

 Absent 0 1  --
 N'a pas voté 1 4***  *** dont Pascale Bruderer, Présidente du Conseil national en l'absence de la titulaire, qui ne prend pas part au vote

 

Commenter cet article