Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vers la guerre civile moléculaire (1)

Publié le par Dimitry Queloz

Il y a deux semaines, la Société jurassienne des officiers a eu le plaisir d’accueillir Bernard Wicht comme conférencier lors de son assemblée générale annuelle. Enseignant en sciences politiques à l’université de Lausanne depuis 2001, Bernard Wicht est connu pour ses réflexions sur le système de milice et l’évolution des guerres contemporaines – nous vous avions notamment présenté, en son temps, son ouvrage Europe Mad Max demain?. Avec ce qu’il faut d’humour et d’esprit provocateur pour maintenir son public en haleine, avec toute la clarté qui le caractérise, il a développé un exposé fort intéressant sur la guerre civile moléculaire qui a captivé l’auditoire.

 

La guerre civile moléculaire

 

Pour Bernard Wicht, la guerre connaît une mutation totale depuis la fin de la Guerre froide, comme l’avait déjà mis en évidence Martin van Kreveld dans La transformation de la guerre paru en 1991. Avec la mondialisation et le déclin du rôle de l’Etat moderne, les deux formes de guerre auxquelles nous étions habitués – guerre interétatique et guerre civile – ont disparu pour laisser la place à la guerre civile moléculaire. Selon Bernard Wicht, ce concept développé par Hans-Magnus Enzensberger est parfaitement adapté pour décrire la situation sécuritaire problématique que connaissent actuellement certains de nos voisins et qui sera probablement également celle de la Suisse dans un avenir plus ou moins proche.

 

La guerre civile moléculaire se distingue de la guerre civile classique, dont l’exemple le plus emblématique est la guerre de Sécession, par le fait qu’elle n’oppose pas simplement deux groupes, un majoritaire dominant – généralement un Etat – et un minoritaire dominé, comme c’était le cas durant la période de constitution des Etats modernes. En raison de son caractère mutant, elle conduit par ailleurs à se poser deux questions fondamentales qui ont constitué le cœur de la conférence: Pour l’Etat démocratique occidental, qui est l’ennemi? Comment lui faire face et ne pas se préparer à la guerre d’avant-hier?

 

Dans la guerre civile moléculaire, cet ennemi présente sept caractéristiques que Bernard Wicht a longuement développées et discutées.

 

- L’ennemi est transnational

 

L’exemple de Daech illustre bien cette caractéristique. Le groupe islamiste occupe un territoire à cheval sur la Syrie et l’Irak. Ses combattants proviennent du Monde entier et se fondent dans les flux de population pour aller s’installer en Afrique du Nord et en Europe. C’est, en fin de compte, une véritable "armée de la mondialisation".

 

- Sa stratégie des moyens repose sur le double principe low tech/low cost

 

Disposant de moyens financiers, techniques et logistiques limités, l’ennemi emploie tout ce qui est à sa disposition pour frapper. Le principe cardinal est celui de l’efficacité.

 

- Le recrutement se fonde sur un récit commun

 

Le recrutement se fait via une propagande qui cible les émotions et les frustrations de toute une génération. Elle propose aux futurs combattants un récit commun, une idéologie dans laquelle ils pourront se reconnaître et pour laquelle ils seront prêts à combattre et à mourir.

 

- Le contrôle des territoires selon le principe du zébrage

 

L’ennemi ne cherche pas à contrôler totalement le territoire. Seules certaines zones le sont, comme l’a bien montré l’exemple de la ville d’Alep.

 

- Le contrôle de la population par la terreur

 

Dans ce domaine, il n’y a pas d’innovation. Les vieilles techniques de terreur sont reprises, comme les assassinats, les exécutions soigneusement mises en scène, les expositions de cadavres…

 

- Une tactique visant à créer l’insécurité

 

L’ennemi recherche à déstabiliser son adversaire, à affaiblir ses forces morales. Pour ce faire, il utilise divers mode d’action de type terroriste, comme les tueries et les attentats kamikazes.

 

- Un financement par le biais de l’économie grise

 

Tous les moyens de financement sont bons, notamment les trafics en tout genre. (A suivre)

Bernard Wicht, conférencier de l'assemblée générale de la SJO. (© SJO)

Bernard Wicht, conférencier de l'assemblée générale de la SJO. (© SJO)

Commenter cet article